Palais de la Femme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais de la Femme
P1000850 Paris XI Rue Faidherbe Rue de Charonne Maison de la femme reductwk.JPG

Vue générale de l'entrée principale.

Présentation
Type
Architecte
Construction
1910
Propriétaire
Privé
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le palais de la Femme est un immeuble situé au 94 rue de Charonne, à l'angle de la rue Faidherbe, dans le 11e arrondissement de Paris, en France[1]. Depuis 1926, c'est un établissement de l'Armée du salut destiné à l'accueil des jeunes filles et femmes seules[2]. Le bâtiment est composé de 630 chambres[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1641 et 1904, le terrain sur lequel l'immeuble est bâti était occupé par un couvent, le couvent dominicain des Filles-de-la-Croix[2]. Ce dernier a la réputation d'être le lieu de sépulture de Cyrano de Bergerac[2],[3]. Expulsées en 1792 pendant la Révolution française, les religieuses reviennent en 1825 et le couvent est finalement fermé en 1904 puis est démoli[2].

Carte postale montrant le bâtiment dans les années 1920.

En 1910, les architectes Auguste Labussière et Célestin Longerey édifient pour la fondation Groupe des Maisons Ouvrières, financée discrètement par Madame Amicie Lebaudy, le nouveau bâtiment[2]. Il sert d'hôtel populaire pour hommes célibataires[2],[1]. Le foyer se vide en 1914, quand ces hommes célibataires sont mobilisés pour la Première Guerre mondiale[2]. Le bâtiment se transforme alors en hôpital de guerre[2]. Puis de 1919 à 1924, le ministère des Pensions y installe ses bureaux[2].

L'Armée du salut décide alors d'acquérir le bâtiment et lance en janvier 1926 une grande campagne de souscription pour réunir la somme de onze millions de francs papier de l'époque nécessaire à l'achat[2]. Les donateurs pourront avoir leur nom inscrit sur une plaque apposée sur la porte d'une des 630 chambres. Le Palais de la Femme est officiellement inauguré le [2].

Entre 2006 et 2009, le bâtiment subit une importante restauration.

Le site fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1]. Les éléments protégés comprennent le vestibule, l'escalier, le restaurant, le salon de thé, la bibliothèque, les décors intérieurs et l'élévation[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d Notice no PA75110004, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Le Palais de la Femme, un lieu d'accueil pour les femmes », Lieux de vie et de mémoire, Armée du salut (France) (consulté le 31 mars 2017)
  3. Edmond Rostand y fait mourir son héros, mais Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655) est inhumé à Sannois.