Palais de justice de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Palais de justice de Bordeaux
Palais-justice-Thiac.jpg
Cour d'appel, place de la République (ancien bâtiment)
Présentation
Type
Architecte

Joseph-A. Thiac (ancien bât.)

Richard Rogers (nouveau bât.)
Construction

1839-1846 (ancien bât.)

1998 (nouveau bât.)
Propriétaire
État français
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le palais de justice de Bordeaux se situe à Bordeaux en France, sur le côté nord de la place de la République. Le bâtiment ancien a été construit entre 1839 et 1846. Il a été inscrit monument historique le [1]. Avec l'École nationale de la magistrature (ENM) inaugurée en 1972 et le tribunal de grande instance (TGI) construit en 1998 sur le périmètre de l'ancienne prison, l'ensemble constitue l'îlot judiciaire. Le nouveau bâtiment (TGI) a été labellisé « Patrimoine du XXe siècle »[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le bâtiment ancien, devenu cour d'appel (1846)[modifier | modifier le code]

Le palais de justice est bâti sur l'emplacement de l'ancien fort du Hâ d'après des dessins réalisés en 1836 par l'architecte Joseph-Adolphe Thiac, qui avait présenté une dizaine de projets, entre 1831 et 1846, tous rejetés. Sa construction a coûté deux millions de francs, soit le double de la somme prévue.

Sur sa longue façade principale (inspirée du temple d'Aphaïa), un péristyle monumental (inspiré du Parthénon) à douze colonnes doriques, surmonté de trois frontons triangulaires, s'ouvre, en retrait de deux larges avant-corps, sur un escalier très large.

Sur la toiture plate des avant-corps, quatre personnages sont sculptés par le bordelais Dominique Fortuné Maggesi : Montesquieu et Michel de L'Hospital à droite, Malesherbes et D'Aguesseau à gauche.

De style néoclassique marqué par l'influence gréco-romaine, l'ensemble est conçu pour manifester la solennité et rigueur de la justice.

La Cour d'assises était au centre du bâtiment, les salles d'audiences de la Cour royale et du Tribunal civil réparties à droite et à gauche d’une vaste salle des Pas-perdus rectangulaire et la prison du Hâ. Les procès de Marie Besnard et de Maurice Papon s'y sont déroulés. Le bâtiment abritait aussi le tribunal de grande instance. Il n'abrite aujourd'hui que la cour d'appel de Bordeaux.

Le nouveau tribunal de grande instance (1998)[modifier | modifier le code]

Le tribunal de grande instance dans le fort du Hâ.

Le nouveau palais de justice, abritant le tribunal de grande instance, a été réalisé en 1998 par le cabinet d'architectes Richard Rogers à l'époque où se tenait dans l'ancien bâtiment le procès Papon. Le bâtiment présente une architecture audacieuse symbolisant la transparence de la justice. Les salles d'audience sont des coques de bois, en lévitation sur des coupelles de béton et protégées par une immense cage de verre à contreventement par raidisseurs en verre[3]. Les coques de bois évoquent des ruches, des cuves vinicoles, des verres de vins. Le bâtiment est intégré dans l'ancien fort du Hâ dont deux tours subsistent, augmentée d'un troisième, nouvelle et carrée, disposée à l'angle de la place Pey-Berland et à proximité de la cathédrale Saint-André.

Construit autour des idées de transparence[4], d'ouverture et d'accessibilité, le bâtiment affiche clairement sa fonction et son organisation[5].

L'éclatement des raidisseurs de verre de la façade a nécessité leur remplacement par des haubans d'acier en 1999. A cause de problèmes électriques, une salle d'audience a été détruite par un incendie en 2010[6]. La chute de parements de bois tapissant l’intérieur d'une salle d'audience[7] a nécessité leur révision et leur fixation en 2017. L'ensemble du système de ventilation a été revu en 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Palais de justice de Bordeaux », notice no PA00083471, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 3 septembre 2009).
  2. « Notice du TGI au label de Patrimoine du XXe siècle », notice no EA33000011, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le 25 mars 2016).
  3. « Tribunal de grande instance (Bordeaux) », sur aquitaine.culture.gouv.fr, DRAC Aquitaine (consulté le 15 juin 2018).
  4. Nicolas César, « A Bordeaux, le rêve d'une justice transparente », La Croix,‎ (lire en ligne).
  5. Richard Rogers, « Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Bordeaux », sur idhbb.org, Institut des droits de l'homme du barreau de Bordeaux (IDHBB) (consulté le 15 juin 2018).
  6. « Incendie au tribunal », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  7. Élisa Artigue-Cazcarra, « Tribunal de Bordeaux : une grosse planche s’effondre, les salles d’audience sont fermées », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :