Palais Saint-Georges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Palais Saint-Georges
Abbaye Saint-Georges
Image dans Infobox.
Façade sud du palais.
Présentation
Destination initiale
abbaye
Destination actuelle
caserne de pompiers, bureaux municipaux
Architecte
Construction
1670
Propriétaire
Ville de Rennes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Région
Département
Ille-et-Vilaine
Commune
Rennes
Adresse
2 rue Gambetta (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Accès et transport
Autobus
C31244 Place Pasteur
Coordonnées
Localisation sur la carte de Rennes
voir sur la carte de Rennes
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Ille-et-Vilaine
voir sur la carte d’Ille-et-Vilaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg

Le palais Saint-Georges est un édifice de la ville de Rennes, en Ille-et-Vilaine. Il est construit sur l'emplacement de l'abbaye Saint-Georges de Rennes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le palais se trouve à l’est du centre ville de Rennes dans la partie ouest du quartier Thabor - Saint-Hélier - Alphonse Guérin. Il se situe le long de la Vilaine à l’extrémité de la rue Jean Janvier (dont la gare occupe l’autre extrémité).

Histoire[modifier | modifier le code]

La caserne Saint-Georges vers 1892.

L'abbesse Magdelaine de la Fayette présida à sa construction en 1670 par l'architecte de l'école lavalloise Pierre Corbineau. Le nom de l’abbesse est d’ailleurs écrit en lettres capitales sur la façade. La grande galerie qui donne sur le jardin vers la Vilaine est très similaire au cloître du Monastère des Ursulines de Laval.

Le palais Saint-Georges devint une caserne à la Révolution française.

Dans la nuit du 4 au , l'ensemble du bâtiment a subi un incendie dévastateur, ne laissant que les maçonneries des façades[3]. Reconstruit à la suite de l'incendie, il accueille à présent la caserne des sapeurs pompiers, la police municipale, ainsi que des services administratifs de la ville. Un jardin à la française s'étend devant la façade.

Ce monument fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

En 2010, l’aménagement du palais en hôtel de luxe est envisagé[4]. En , quatre candidats présentent à la municipalité (propriétaire du bâtiment) un projet de 120 à 140 chambres. Le lauréat sera désigné début 2014, pour des travaux débutant en et une ouverture prévue pour [5]. Ce projet de réaménagement fut abandonné en , laissant la construction de l'hotel de la place des Lices[6].

Le , le conseil municipal vote la réhabilitation du palais Saint-Georges pour créer une Maison de citoyenneté et de la tranquillité, ouverte au public. Au rez-de-chaussée, des guichets accueilleront le public pour effectuer des formalités tandis que dans les étages, plusieurs services municipaux seront regroupés. La police municipale sera ainsi rejointe par la direction du quartier centre, et celles s'occupant de la santé publique et handicap, des associations, de la jeunesse et de l’égalité, de la culture, des sports et de la communication[7].

Architecture[modifier | modifier le code]

Détail des lettres.
Vue sur le jardin Saint-Georges

Le bâtiment central comprend une galerie orientée vers le sud et composée de 19 arcades. Au-dessus des piliers de chaque arcade se trouvent des lettres en fer formant le nom de MAGDELAINEDLFAYETTE en lettre capitale. Au centre de ce bâtiment se trouve un fronton circulaire surmonté d’une croix et contenant un blason coupé de la France et de la Bretagne. Entre le premier étage et le deuxième, au niveau du fronton central ainsi qu’à chaque extrémité se trouve le blason des La Fayette.

Archives municipales[modifier | modifier le code]

Les archives des travaux effectués sur le Palais Saint-Georges sont conservées aux archives municipales de Rennes et numérisées. Elles sont consultables en ligne[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00090671, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notice no IA35022376, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  3. Le Gall, Erwan, « Au tour de la caserne Saint-Georges ! », En Envor, consulté le 14 mars 2014
  4. Stéphane Vernay, Et si le Palais Saint-Georges devenait un hôtel ?, Ouest-France, 4-5 septembre 2010, no 20078.
  5. C.S., « Et si le Palais Saint-Georges devenait un Crowne plaza ou un Golden Tulip ? », Le Mensuel de Rennes, (consulté le )
  6. « Rennes. Il n'y aura pas d'hôtel au palais Saint-Georges », sur www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  7. « Rennes. Feu vert des élus pour les travaux au Palais Saint-Georges », sur www.ouest-france.fr, (consulté le ).
  8. Palais Saint-Georges, Rennes, Archives municipales de Rennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :