Palais Bulles de Pierre Cardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais Bulles de Antti Lovag
Type Maison bulle
Architecte Antti Lovag
Début construction 1975
Fin construction 1989
Propriétaire initial Pierre Bernard
Destination initiale Résidence secondaire
Site web http://www.palaisbulles.com
Coordonnées 43° 29′ 19″ nord, 6° 56′ 37″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Commune Théoule-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Palais Bulles de Antti Lovag

Le Palais Bulles de Antti Lovag, parfois abusivement attribué à Pierre Cardin, est une villa de 1 200 m2 style maison bulle, au bord de la mer Méditerranée à Théoule-sur-Mer dans le Massif de l'Esterel conçue originellement pour le compte de Pierre Bernard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit entre 1979 et 1984 par l'architecte Antti Lovag , Boulevard de l'Esterel à Théoule-sur-Mer, le Palais Bulles, avec ses mille hublots est en réalité la troisième maison de ce type construite par l'architecte atypique. C'est la deuxième œuvre commandée par Pierre Bernard à l'architecte Anti Lovag mais celui-ci avait déjà expérimenté ses techniques de conception novatrices sur une première maison réalisée à Tourettes Sur Loup pour le compte d'Antoine Gauder.

L'architecte a voulu un retour aux racines, aux habitats ancestraux : les grottes, l'habitat troglodyte... Un lieu tout Art où l'expression de la beauté, la souplesse, l'harmonie et l'équilibre laissent libre cours à l'imagination[2]. Tout, du sol au plafond, du dehors au-dedans, épouse des formes sphériques. « C’est le corps d’une femme » aime dire Pierre Cardin, « tout est absolument sensuel ». Le palais a en effet été racheté après la mort du commanditaire Pierre Bernard en 1991 par le célèbre couturier Pierre Cardin qui l'agrandit et en fait un lieu de réception (notamment pendant le festival de Cannes[3]) et y expose sa collection de mobilier, d'objets d'arts et de design des sixties et seventies. Il la met en vente en 2016, pour un prix estimé à 350 millions d'euros[3].

D'autres maisons de couture y organisent des défilés, comme Dior en 2015[3].

La Maison Gaudet, première réalisation du maître réalisée sans permis de construire est inscrite aux monuments historiques par le ministère de la Culture depuis 1998. Le palais Bulles l'est depuis 1999[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

La maison de 1 200 m2 (cette surface est atteinte après les travaux engagés par Pierre Cardin[3]) est composée de :

  • Une salle de réception pouvant accueillir 350 personnes assises ;
  • Un salon panoramique ;
  • 10 suites, chacune originales, toutes décorées par des artistes contemporains tels que Patrice Breteau, Jérome Tisserand, Daniel You, François Chauvin ou Gérard Le Cloarec ;
  • Une piscine, des bassins et un jardin sur un espace de 8 500 m2 ;
  • Un amphithéâtre à ciel ouvert de 370 m2 et 500 places.

Du sol au plafond, des murs aux fenêtres-hublot, tout est ondulant et sphérique. Ces formes féminines se prolongent dans la décoration avec des meubles conçus sur mesure pour épouser harmonieusement l'architecture par des artistes contemporains. Cette maison sculpture de couleur ocre s'intègre parfaitement dans le site et se fond avec la couleur des collines de l'Estérel surplombant la mer et parsemant les terrasses, les piscines, les bassins et les murs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. http://www.palaisbulles.com/4l%27architecte.html
  3. a, b, c, d et e Bénédicte Burguet, « Le palais Bulles de Pierre Cardin », Vanity Fair n°37, juillet 2016, pages 46-47.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]