Pairisadès Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pairisadès.

Pairisadès Ier
Titre
Roi du Bosphore
ca. 349310 av. J.-C.
Avec Spartokos II
Prédécesseur Spartokos II
Successeur Satyros II
Biographie
Dynastie Spartocides
Père Leucon Ier
Conjoint Kamasarye
Enfants Satyros II, Gorgippos, Prytanis, Eumélos

Pairisadès Ier (grec ancien : Παιρισάδης, Pairisádēs, Παρισάδης, Parisádēs, Βηρισάδης, Bērisádēs) est roi du Bosphore d'environ 349 à 310 av. J.-C.

Règne[modifier | modifier le code]

Selon Diodore de Sicile, Pairisadès Ier est le second fils de Leucon Ier et il succède à son frère Spartokos II, mort a priori sans descendant[1] ; il règne pendant 38 ans[2].

Strabon ajoute que « Pairisadès Ier gouverna avec beaucoup de douceur et de modération et aurait même mérité qu'on lui rendît les honneurs divins »[3].

Selon Dinarque, Démosthène est à l'origine de la statue élevée à Athènes en l'honneur de Pairisadés Ier et de deux de ses fils, son héritier Satyros et Gorgippos, en 324/323 av. J.-C.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

De son union avec Kamasarye, fille de Gorgippos connue par une dédicace aux dieux Sanergès et Astara[4] faite à Phanagoria, il a plusieurs enfants[5], dont au moins quatre fils : Satyros II, Gorgippos, Prytanis et Eumélos qui se disputent entre eux la succession au trône[6].

Bosporan Kingdom growth map-fr.svg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en+de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G. Saur, Munich, 1984-1988 (ISBN 978-3-598-10491-6), s.v. « Crimea/Krim » (p. 2635).
  2. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XVI, 52.
  3. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 4 (« La Chersonnèse »), 4.
  4. (en) Yulia Ustinova,The supreme gods of the Bosporan Kingdom: Celestial Aphrodite and the Most High God, Library of Congres, 1999 (ISBN 9004112316), p. 51-53.
  5. Revue des études grecques, Ernest Leroux Éditeur, Paris, 1891, p. 325.
  6. Diodore, XX, 22.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Carlier, « Statue de Pairisadès Ier et de ses fils érigée sur proposition de Démosthène (selon Dinarque Contre Démosthène) », dans (de) Heinz Heinen, Vom hellenistischen osten zum römischen westen, Franz Steiner Verlag Gmbh, Stuttgart, 2006 (ISBN 9783515087407), p. 283-294.