Pain de mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pain de mort sucré, typique du centre du Mexique.

Le pain de mort (Pan de muerto) est une brioche saupoudrée de sucre parfois parfumée à la fleur d'oranger ou de graines de sésame qui est consommé principalement dans les régions centrales du Mexique. Il ne s'agit pas d'un produit de consommation courante mais d'une préparation exclusive du Jour des morts. Le pain des morts a une forme significative: la forme humaine est la plus basique avec une base circulaire supérieure rappelle le crâne humain. Les traces sur le dessus rappellent les tibias et la saveur de la fleur d'oranger rappelle l'esprit du défunt. Le pain peut cependant, avoir une forme zoomorphique (lapin, poisson, chien, papillon...), végétale (fleurs diverses, feuilles...) ou même des formes inspirées d'êtres surnaturels.

Origine[modifier | modifier le code]

Un étal de vente de pain de mort, à Coyoacán.

Il existe plusieurs hypothèses quant à l'origine de cette pratique :

- Selon la tradition orale, elle daterait de 1519, à l'époque où la Nouvelle-Espagne est découverte, par les conquistadors espagnols. A leur arrivée dans ce territoire d'Amérique du Nord, ils découvrent les sacrifices humains. L'histoire raconte qu'une princesse a été offerte aux dieux. Son cœur battant encore a ,ensuite, été disposé dans un récipient avec des amarantes, plantes appelées aussi "immortelles", qui ne se fanent donc jamais (image d'immortalité). Ce sacrifice devait assurer la bonne récolte et la protection contre les ennemis. Les espagnols, condamnant ces pratiques païennes, élaborèrent un pain de blé, en forme de coeur, recouvert de sucre de couleur rouge, pour rappeler le sang du sacrifice de la princesse. C'est ainsi que le Pain des Morts voit le jour[1].

José Luis Curiel Monteagudo, dans "Azucarados Afanes, Dulces y Panes" , voit dans cette pratique une façon noble, à la fois, de se moquer de cette ancienne pratique anthropophage, et de vaincre la mort, en la mangeant[2].

- Une autre hypothèse daterait cette pratique de l'époque de la Mésoamérique avec les peuples indigènes Aztèques, Tarasques et Mayas. Ce pain, enterré avec le défunt, était confectionné de grains d'amarantes moulus et grillés, et du sang du défunt lui-même, afin d'être offert aux divinités Izcoxauhqui, Cuetzaltzin ou Huehuetéotl, pour garantir son passage vers l'au-delà. Ce pain prenait souvent la forme d'une idole appelée Huitzilopochtli, dieu tribal de la guerre et du soleil, protecteur des tribus aztèques, notamment[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Revista Buen Viaje » (consulté le 17 juillet 2017)
  2. (es) Kurczyn, Silvia, Azucadores afances, dulces y panes, Mexico, Xpert Press, , 120 p. (ISBN 9687533188)
  3. (es) Atienza, Juan G, Leyendas mágicas de España : el rescate de sorprendentes leyendas, origen de muchas de nuestras tradiciones / recopilación y comentarios., Madrid, EDAF, , 220 p. (ISBN 8441402752)

Articles connexes[modifier | modifier le code]