Pacte autobiographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le pacte autobiographique est un concept forgé par Philippe Lejeune, théroricien de la littérature et spécialiste de l'autobiographie.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Lejeune, les auteurs d'autobiographies nouent un pacte — explicite ou non — avec leurs lecteurs, qui consiste pour les premiers à se montrer tels qu'ils sont, dans « toute la vérité de la nature de leur récit autobiographique »[1], quitte à se ridiculiser ou à montrer leurs défauts. C'est un engagement que prennent les auteurs à raconter directement leur vie, ou en partie, dans un esprit de vérité. Seul le problème de la mémoire peut corrompre ce pacte. En contrepartie de cette mise à nu parfois difficile — qui distingue fondamentalement l'autobiographie de la fiction —, les auteurs sont en droit d'attendre de leurs lecteurs un jugement loyal et équitable.

Dans son Pacte autobiographique, Lejeune définit l'autobiographie comme un « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité ». Le pacte autobiographique est un contrat tacite de vérité entre auteur et lecteur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, Cazin, 1782-1789, voir plus particulièrement le "Préambule".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]