Pacte électrique breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le pacte électrique breton est un document signé en 2010 et visant à résoudre les problèmes du réseau électrique en Bretagne.

La Bretagne se trouve régulièrement en situation de fragilité électrique lors des périodes de forte consommation du fait de sa situation péninsulaire[1] et sa faible production électrique qui ne couvre que 8% de sa consommation[1] (principalement avec l'usine marémotrice de la Rance). Ces dernières années une forte croissance démographique et un dynamisme économique ont accru cette fragilité[1].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Ce pacte vise à :

  • une maîtrise de la demande en électricité en divisant par trois la croissance de cette demande entre 2010 et 2025[2] ;
  • un important développement de la production d'énergies renouvelables en la portant à 3 600 MW en 2020[2] ;
  • une sécurisation de l'alimentation électrique (production et réseaux) avec :
    • le renforcement du réseau de transport d’électricité par la création d'une ligne à haute tension de 225 000 volts entre Lorient et Saint-Brieuc[2] et des dispositifs pour une meilleure gestion du réseau ;
    • la recherche et développement sur les réseaux intelligents et le stockage de l'énergie[2] ;
    • le développement de la cogénération (en 2010, 77 MW)[2] ;
    • l'implantation d’une centrale à cycle combiné gaz (CCG) dans la nord-ouest de la Bretagne (si possible aire urbaine de Brest) d'une puissance de 450 MW[2].

Signataires[modifier | modifier le code]

Ce document a été signé le par :

Centrale de Landivisiau[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'implantation d'une moyen de production classique, un appel d'offres fut lancé en par l'État[1] que remporta Direct Energie en coopération avec Siemens[1] (via la société créée CEB, Compagnie électrique de Bretagne), qui construira et exploitera une centrale à cycle combiné à Landivisiau dans le nord-Finistère. Sa construction a débuté en et la centrale devrait entrer en service au plus tôt en 2018.

La centrale sera reliée au réseau électrique haute tension à la station RTE de à La Martyre par une ligne souterraine de 225 000 volts spécialement créée de 18,3 km[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sous réserve d'un vote favorable par l'Assemblée régionale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Non trouvé le 28 mars 2019, sur rte-france.com
  2. a b c d e et f [PDF]Le pacte électrique breton, sur bretagne.bzh

Liens externes[modifier | modifier le code]