Pacôme Thiellement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pacôme Thiellement
Image dans Infobox.
Pacôme Thiellement à la librairie Humus de Lausanne, en octobre 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
Paris (France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Pacôme Thiellement, né le à Paris, est un essayiste et vidéaste français[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1975 d’un père français et d’une mère franco-égyptienne de culture orthodoxe copte[3], Pacôme Thiellement crée en 1987 le fanzine de bande dessinée Réciproquement, puis une maison de micro-édition Vitrine, où il publie des auteurs alternatifs de renom (comme Gilbert Shelton, Édika ou Carali) ainsi que de jeunes auteurs (comme Jean-Christophe Menu, Mattt Konture ou Stanislas Barthélémy — qui participeront notamment à la fondation de L'Association). Cette activité éditoriale lui vaut d'être repéré par la critique : l'émission de télévision L'Assiette anglaise lui consacre un reportage en 1989[4], et il reçoit l'Alphart Fanzine en 1991.

Il écrit ensuite des essais, des articles et des romans sur la culture populaire (musique rock, bande dessinée, séries télévisées…) et sur la pensée gnostique. Il a, par exemple, écrit à plusieurs reprises sur David Lynch dont il dit :

« À partir de Blue Velvet, Lynch met en place son Amérique. C'est, parmi les premiers, celui qui m'a donné envie d'écrire. D'une part, cette idée de l'innocence, quels que soient les univers qu'il va montrer. Il ne va jamais dans les ténèbres par complaisance ; d'autre part, son cinéma est rempli de tant de mystère, qu'il m'a transformé en enquêteur[5]. »

Il se consacre par ailleurs au cinéma expérimental en étroite collaboration avec Thomas Bertay : certaines de leurs œuvres ont notamment été projetées au Palais de Tokyo[6]. Il intervient aussi régulièrement dans diverses revues spécialisées (L'Éprouvette, Rock & Folk, Chronic'art…) et à la radio (émission Mauvais Genres[7] sur France Culture).

En 2020, paraît Tu m’as donné de la crasse et j'en ai fait de l’or, « roman d’un essayiste pop culture qui s’essaye au récit autobiographique[8]. »

En 2021, il participe à l'atelier de recherche PARVIS, organisé par l'Institut Francilien d'Ingénierie des Services (IFIS) et l'Université Gustave-Eiffel autour de l’excavation du passé ou de l’archivage du présent[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Poppermost - considérations sur la mort de Paul McCartney (essai), MF, 2002 ; rééd. 2013 augmentée d'une postface de l'auteur et de textes inédits de Mark Alizart, Christophe Claro, Aurélien Lemant, Laure Limongi, Wilfried Paris, Pierre Pigot et Laurent de Sutter[1]
  • Économie Eskimo - le rêve de Zappa (essai), MF, 2005
  • Mattt Konture (essai), L'Association, 2006
  • Schreber Président ! (dir.), Fage, 2006
  • L'Homme électrique - Nerval et la vie (essai), MF, 2008
  • Cabala - Led Zeppelin occulte (essai), préface de Philippe Manœuvre, Hoëbeke, 2009
  • La main gauche de David Lynch - Twin Peaks et la fin de la télévision (essai), Paris, PUF, coll. "Travaux pratiques", mai 2010.
  • Les Mêmes Yeux que Lost (essai), Léo Scheer, 2011
  • Tous les Chevaliers Sauvages - un tombeau de l'humour et de la guerre (essai), Philippe Rey, 2012
  • Soap Apocryphe (roman), Inculte, 2012
  • Pop Yoga (recueil d'articles), Sonatine, 2013
  • Les Cinq Livres du King (feuilleton littéraire illustré), avec des illustrations de Jonathan Bougard, Le Feu sacré Éditions, 2014.
  • Cinéma Hermetica (recueil d'articles), Super 8 éditions, 2016[10]
  • La Victoire des Sans Roi. Révolution gnostique, Paris, PUF, coll. « Perspectives critiques », août 2017. 224 pp.
  • Sycomore Sickamour, Paris, PUF, coll. « Perspectives critiques », octobre 2018. 228 pp.[11]
  • Serpent, Rouen, Les éditions Derrière la salle de bains, 2018. 2 feuilles pliées l'une dans l'autre.
  • Trois essais sur "Twin Peaks", Paris, PUF, coll. "Quadrige", octobre 2018. 208 pp.[5]
    • La main gauche de David Lynch (réédition augmentée de l'original de 2010)
    • Exégèse de la Black Lodge
    • La substance de ce monde
  • Tu m'as donné de la crasse et j'en ai fait de l'or, Massot Édition, 2020[8]
  • Apocalypse Bertrand Mandico, Rouen, Les éditions Derrière la salle de bains, 2020. 2 feuilles pliées l'une dans l'autre.
  • Prince des fêtes brûlantes et des aubes froides, Rouen, Les éditions Derrière la salle de bains, 2021. 2 feuilles pliées l'une dans l'autre.
  • L'Enquête infinie, PUF, 2021[12]

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Laurent de Sutter, Vies et morts des super-héros, PUF, coll. « Perspectives critiques » : « Chaos reigns », texte de Pacôme Thiellement consacré à South Park et aux super-héros

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • La Conspiration des danseuses (avec Thomas Bertay et le collectif SPECTRE), Sycomore Films, 2002
  • Le Leurre à mort (avec Thomas Bertay et le collectif SPECTRE), Sycomore Films, 2003
  • Deux ou trois poissons (avec Thomas Bertay et le collectif SPECTRE), Sycomore Films, 2004
  • Le Dispositif (avec Thomas Bertay, 52 épisodes), Sycomore Films, 1999-2013
  • Stupor Mundi (avec Thomas Bertay et Antoine Mocquet), Sycomore Films - Les Editions de l'Octet, 2016
  • Infernet, série Youtube pour la chaine Blast, 2022

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pacôme Thiellement : culte ! », Le Monde.
  2. « Pacôme Thiellement », sur pacomethiellement.com (consulté le ).
  3. Présentation sur le site des Presses universitaires de France
  4. L'Assiette anglaise, extrait de l'émission du , archive INA.
  5. a et b « Quarante ans après sa sortie,Elephant Man de David Lynch continue de nous déstabiliser », France Culture, Le réveil culturel par Tewfik Hakem, le .
  6. « Le dispositif Thomas Bertay et Pacôme Thiellement au Palais de Tokyo », sur larevuedesressources.org, (consulté le )
  7. Par exemple : « Les cris de l'abîme : Nick Cave, Pacôme Thiellement », France Culture, Mauvais Genres par François Angelier, le .
  8. a et b « Pacôme Thiellement : "Le malheur a été très formateur pour mon travail et pour moi-même" », France Culture, Le réveil culturel par Tewfik Hakem, le .
  9. [1], IFIS
  10. « Cinema Hermetica », monde-diplomatique.fr, novembre 2016.
  11. « Pacôme Thiellement, malade d'amour », France Culture, La grande table Culture par Olivia Gesbert, le .
  12. « A la recherche de Colette Thomas », France Culture, Poésie et ainsi de suite par Manou Farine, le .
    « De Colette Thomas et de quelques autres figures légendaires du XXe siècle en compagnie d’un poète-essayiste, Pacôme Thiellement, explorateur des réseaux de correspondances qui tissent notre réalité. »

Liens externes[modifier | modifier le code]