Pablo Rodriguez (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pablo Rodriguez (politique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pablo Rodriguez.
Pablo Rodriguez
Pablo Rodriguez en 2011.
Pablo Rodriguez en 2011.
Fonctions
Député à la Chambre des communes
pour Honoré-Mercier
En fonction depuis le
(1 an, 10 mois et 2 jours)
Réélection 19 octobre 2015
Législature 42e
Groupe politique Libéral
Prédécesseur Paulina Ayala

(6 ans, 10 mois et 4 jours)
Élection 28 juin 2004
Réélection 23 janvier 2006
14 octobre 2008
Législature 38e, 39e et 40e
Groupe politique Libéral
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Paulina Ayala
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance San Miguel de Tucumán (province de Tucumán, Argentine)
Parti politique Parti libéral du Canada
Diplômé de Université de Sherbrooke
Profession Expert-conseil en communication et en gérance

Pablo Rodriguez, né le 21 juin 1967 à San Miguel de Tucumán (Argentine), est un conseiller en communication et gérance et homme politique canadien d'origine argentine. Il est depuis 2015 député à la Chambre des communes pour la circonscription d'Honoré-Mercier (Québec), après avoir déjà occupé ce siège de 2004 à 2011. Depuis décembre 2015, il est également secrétaire parlementaire auprès du ministre de l'Infrastructure et des Collectivités Amarjeet Sohi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à San Miguel de Tucumán, en Argentine, Pablo Rodriguez est diplômé en administration des affaires de l'Université de Sherbrooke.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Pablo Rodriguez est élu député fédéral canadien sous la bannière libérale dans la circonscription québécoise d'Honoré-Mercier en 2004 et réélu en 2006 et en 2008. Il est alors président de l'aile québécoise du Parti libéral du Canada. Directeur de la campagne de Michael Ignatieff lors de la course à la direction du parti en 2006, celui-ci est défait par Stéphane Dion. Lors des élections de 2011, il perd son mandat parlementaire au profit se la néo-démocrate Paulina Ayala, mais regagne son siège aux élections de 2015 avec plus de 56 % des voix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]