PaRappa the Rapper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
PaRappa The Rapper
Image illustrative de l'article PaRappa the Rapper

Éditeur Sony Computer Entertainment
Développeur NanaOn-Sha
Concepteur Masaya Matsuura

Date de sortie PlayStation
Drapeau : Japon
Drapeau : États-Unis
Drapeau : Canada
Drapeau : Europe [1]

PSP
Drapeau : Japon
Drapeau : Europe
Drapeau : États-Unis

Genre Rythme
Mode de jeu Un joueur (PlayStation)
1 à 4 joueurs (PSP)
Plate-forme PlayStation, PSP
Média CD-ROM, UMD
Contrôle Manette

Évaluation PEGI : 3+

PaRappa the Rapper (パラッパラッパー?) est un jeu de rythme développé par NanaOn-Sha et édité par Sony Computer Entertainment en 1996 sur PlayStation. Il a été adapté sur PSP en 2006.

Système de jeu et level design[modifier | modifier le code]

Le jeu reprend le principe de la plupart des jeux de rythme: Il vous faut appuyer en rythme sur les bonnes touches de la manette pour terminer le niveau[2]. Un taux de réussite pour chaque niveau est là pour vous donner un aperçu de vos compétences.

Il faut évidemment conserver une réussite moyenne pour ne pas se voire amené à un "quit or try again".

Parappa the rapper est un jeu musical assez particulier. Ici ce ne sont pas des notes de musiques que le joueur produit, mais des mots qui s’enchaînent pour former un texte de rap. L'oreille nécessaire pour progresser dans le jeu est donc différente de celle des jeux de rythme plus classiques. Cela peut être au début déroutant et participe à la difficulté mais aussi à l'attrait du jeu.

Chacun des six niveau met en scène un "maître" différent, qui pose son texte et que le joueur doit suivre.Tout le jeu se découpe donc entre des phases d'écoutes suivies de phases de reproduction en rythme. Chaque "maître" possède un style, de mélodie, de tempo et de diction qui lui est propre. Ces caractéristiques peuvent aussi changer en cours de niveau.

Le dernier niveau amène quant à lui une phase 'freestyle".

Aspect visuel et scénario[modifier | modifier le code]

La totalité du jeu baigne dans une ambiance très colorée.

Les personnages et certains objets sont des plans 2D découpés comme sur du papier, mais néanmoins mouvants et "pliables". Les pixels sont très voyants et grossiers. La pâte artistique est donc étrange, mais assez déroutante et variée pour être agréable à suivre.

Accueil[modifier | modifier le code]

En 2014, Marcus évoque la qualité musicale des morceaux composés, quel que soit le style utilisé[2].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SCEE Press office, consulté le 5 mai 2008.
  2. a et b Marcus (ill. Guillaume Lapeyre, photogr. Raoul Dobremel, mise en couleurs Julien Nido), Nos Jeux vidéo 90-2000 : De la raquette de Pong au racket dans GTA, l'irrésistible ascension des jeux vidéo, Hors Collection, coll. « Nostalgie / Nostalgie illustré »,‎ , 1e éd. (1re éd. 2014), 260 × 260 mm, broché, 142 p. (ISBN 978-2-258-11049-6, notice BnF no FRBNF44203686, présentation en ligne), partie 1, « La PlayStation, le retour du jeu cool ! », p. 13