Éditions P.O.L

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis P.O.L)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir POL.
logo
Logo de Éditions P.O.L
Repères historiques
Création 1983
Fondateur(s) Paul Otchakovsky-Laurens
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Paul Otchakovsky-Laurens
Langue(s) de
publication
Français
Société mère Gallimard
Site officiel www.pol-editeur.fr

Les Éditions P.O.L sont une maison d'édition française créée en 1983 par Paul Otchakovsky-Laurens (« P. O.-L. »), aujourd'hui détenue à 88 % par le groupe d'édition Gallimard[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Paul Otchakovsky-Laurens a d'abord travaillé chez Flammarion avant de créer sa collection POL chez Hachette livre, en 1977.

Il crée finalement sa propre maison d'édition, les éditions P.O.L en 1983, en publiant deux livres : Le Livre des ciels de Leslie Kaplan et L'Invention du corps de Saint Marc de Richard Millet.

En 1984[2], Marguerite Duras devient directrice d'une collection nommée « Outside » dans laquelle elle publie de nouveaux auteurs : Catherine de Richaud, Nicole Couderc et Jean Pierre Ceton (Rapt d'amour, mars 1986)[3] par exemple[4].

En 2003, Antoine Gallimard qui depuis 1994 était actionnaire du capital pour un tiers, devient majoritaire en portant sa participation à 88 % : « Je l'ai fait par amitié et par respect. POL est un artisan rigoureux, intransigeant, indépendant. La littérature a besoin d'hommes tels que lui. »[1]. L'acquisition de capital se fait à l'amiable, le fondateur conservant son siège de PDG et le pouvoir de décision.

Les éditions P.O.L sont établies 33, rue Saint-André-des-Arts, dans le sixième arrondissement de Paris, traditionnellement associé au monde de l'édition parisienne.

[modifier | modifier le code]

Le logo de la maison d'édition, constitué de sept pastilles, quatre noires et trois blanches, évoque le ko, en référence au jeu de go que pratiquait Georges Perec[1],[5].

Catalogue[modifier | modifier le code]

Les éditions P.O.L proposent un catalogue éclectique, mais de haute tenue littéraire, de la littérature expérimentale au roman plus traditionnel.

La maison est reconnue pour sa production importante de pièces de théâtre ou de recueils de poésie. On retrouve une liste de noms d'auteurs récurrents : pour la poésie, des noms comme celui de Marc Cholodenko, douze titres de 1985 à 2009, et pour le théâtre, Valère Novarina, 29 titres de 1984 à 2010. Le théâtre est même présent sur les festivals, notamment au Festival d'Avignon : en 2010, Olivier Cadiot, Pierre Alféri et d'autres auteurs de la maison d'édition sont présents.

La maison d'édition a franchi plusieurs étapes en créant d'autres collections. En 1992, elle lance Trafic, créée par Serge Daney, un proche collaborateur de POL Trafic est une revue trimestrielle sur l'actualité du cinéma.

En 2003, pour fêter ses vingt ans d'existence, POL crée une collection jeunesse, PetitPOL, on y retrouve des auteurs comme Bénédicte Guettier ou Antonin Louchard ; cette collection est destinée à de très jeunes lecteurs.

En 2004, en collaboration avec l'auteur Raphaël Majan, POL lance une collection de romans policiers, qui est aujourd'hui encore très régulière : depuis 2004, quatre livres sortent chaque année.

Elle est aussi l'éditrice de la revue Cahier Critique de Poésie avec le cipM.

Auteurs du catalogue[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive d'auteurs publiés par les éditions P.O.L :

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive d'œuvres récompensées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Olivier Le Naire, « POL position », L'Express,‎ 17 avril 2003 (consulté le 30 juillet 2012)
  2. (notice BnF no FRBNF34244089n), consultée le 4 août 2012.
  3. dépôt légal
  4. Laure Adler, Marguerite Duras, Gallimard, 1998, p. 543.
  5. Odile Benyahia-Kouider, « Éditeur, en trois lettres. », Libération,‎ 20 octobre 1998 (consulté le 30 juillet 2012)
  6. Jean-Paul Guilloteau, « Emmanuel Carrère, prix Renaudot 2011 », sur le site de L'Express,‎ 2 novembre 2011
  7. Emmanuelle Bayamack-Tam, prix Alexandre Vialatte 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Darrieussecq parle des éditions P.O.L, Presses universitaires de Paris Ouest, 2008. (ISBN 9782840160014)

Lien externe[modifier | modifier le code]