Pêche Melba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pêche Melba
Image illustrative de l’article Pêche Melba
Pêche Melba.

Créateur Auguste Escoffier
Place dans le service Dessert
Température de service Froid
Ingrédients Pêche, glace à la vanille, coulis de framboises

La pêche Melba est un dessert composé de pêches pochées, dressées dans une coupe sur une glace à la vanille, et nappées de coulis de framboises.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce dessert a été créé en 1894[1] par Auguste Escoffier[2], pour la soprano colorature australienne Nellie Melba, après qu'il l'a entendue chanter à Covent Garden dans Lohengrin. Escoffier est alors cuisinier au Savoy à Londres et la cantatrice l'invite à assister à une représentation de l'opéra de Richard Wagner, dans lequel apparaît un cygne.

Le lendemain, il décide de créer un dessert pour la remercier : entre les ailes d'un cygne taillé dans un bloc de glace, est enchâssée une timbale d'argent remplie de glace à la vanille, sur laquelle sont posées des pêches pochées. Le tout est recouvert d'un coulis de framboises fraîches, et d'un voile de sucre filé[3].

D'abord baptisé la « pêche au cygne », le dessert sera rebaptisé « pêche Melba » à l'inauguration de l'hôtel Carlton de Londres en 1899[4].

Préparation[modifier | modifier le code]

La recette est ainsi décrite par Escoffier : « Pocher les pêches au sirop vanillé. Les dresser en timbale sur une couche de glace à la vanille et les napper de purée de framboise[5]. »

D'autres fruits comme la fraise[6] sont ensuite venus remplacer la pêche dans des variantes contemporaines, et la chantilly ou la gelée de groseilles ont remplacé le coulis de framboises[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Pêche Melba : histoire d'un dessert mythique », L'Académie du goût,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Le Grand Larousse gastronomique, Paris, Larousse, , 989 p. (ISBN 978-2-03-582360-1 et 2-03-582360-9), p. 534.
  3. Stéphane Bern, Pourquoi sont-ils entrés dans l'Histoire ?, Albin Michel, , 240 p. (ISBN 978-2-226-43426-5, lire en ligne).
  4. Antoine de Baecque, La France gastronome. Comment le restaurant est entré dans notre histoire, Payot, , 236 p. (ISBN 978-2-228-92265-4, lire en ligne).
  5. Escoffier 1903, p. 731.
  6. Escoffier 1903, p. 729.
  7. « MELBA : Définition de MELBA », sur www.cnrtl.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Escoffier, Le Guide culinaire : aide-mémoire de cuisine pratique, Paris, Art culinaire, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]