péta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peta.

péta (symbole P) est le préfixe du Système international d'unités (SI) qui représente 1015 soit un billiard - en échelle longue - (un million de milliards).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Adopté en 1975, il provient du grec πέντε, cinq, car égal à 10005.

Précisions[modifier | modifier le code]

Bien qu'officiellement épelé peta, l'usage a consacré l'épellation péta, usage reconnu par le BIPM[1].

En informatique, il ne faut pas confondre le pébioctet Pio (en anglais PiB, pour pebibyte) et le pétaoctet Po (en anglais PB, pour petabyte). Le premier représente 10245 (250 soit 1 125 899 906 842 624 octets et le second représente 1015 (soit 1 000 000 000 000 000) octets[2].

À titre d'exemple, en , l'ensemble des fichiers mis à disposition par les utilisateurs des réseaux pair-à-pair représentait quelques dizaines de pétaoctets (une quarantaine à une cinquantaine environ)[3]. L'ensemble des flux de données de l'European Synchrotron Radiation Facility est de 2 pétaoctets par an[4], celui du CERN (Centre Européen d'Etudes Nucleaires) est de 30 pétaoctets par an[5].

L'ordre de grandeur du contenu des librairies académiques de recherche américaines (USA) est de 2 pétaoctets[6].

En astronomie, une année-lumière vaut environ 9,5 Pm.

Par ailleurs, la barre des 10 pétaflops (10 000 téraflops) a été franchie par un superordinateur japonais en novembre 2011[7].
La barre des 100 petaflops est ensuite franchie par un superordinateur chinois, le Sunway TaihuLight en 2016[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Système international d'unités, 8e édition, 2006, Annexe 1, Résolution 10, page 68 (lire) : « En français, il est d’usage courant de mettre un accent à péta »
  2. Voir préfixe binaire
  3. Le P2P a de très beaux jours devant lui !, sur le site infos-du-net.com du 23 octobre 2008
  4. Infrastructures de recherche : Sciences de la matière et ingénierie, Source Européenne de rayonnement synchrotron/European Synchrotron Radiation Facility.
  5. (en) « Computing | CERN », sur home.cern (consulté le 26 janvier 2017)
  6. (en) « data-volume-and-units », sur nasa.gov (consulté le 25 janvier 2017)
  7. Le superordinateur japonais « K » dépasse la barre des 10 pétaflops, sur le site lemonde.fr du 3 novembre 2011
  8. « Supercalculateur : la Chine dépasse les 100 pétaflops », Silicon,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :