Onychophora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Péripate)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les onychophores (Onychophora) ou vers de velours sont un embranchement d'animaux terrestres d’une taille de 1 à 15 cm de long, segmentés, portant une paire d'appendices (appelés lobopodes) non articulés sur chaque segment. Ils peuvent compter de 15 à plus de 40 segments.

L'embranchement fossile des Lobopodia (en), rattaché aux onychophores, contient des animaux qui ressemblent à un ver mince au corps mou et possédant des paires de robustes appendices articulés et épineux, formant ainsi un exosquelette, défense originale contre les prédateurs. Ainsi Diania cactiformis (en), surnommé le « cactus ambulant », est une espèce lobopodienne qui possède 10 paires. Daté de 520 millions d'années, les chercheurs suggèrent que cet organisme serait le plus proche parent connu des arthropodes modernes, même s'il n'est pas leur ancêtre commun[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « onychophore » provient du grec ὀνυχος « ongle » et φορειν « porter ». Il veut littéralement dire « qui porte des ongles » en référence aux griffes que possèdent les lobopodes.

Liste des familles actuelles[modifier | modifier le code]

Selon ITIS (mai 2017)[2] :

  • classe Udeonychophora Poinar, 2000:

Classification[modifier | modifier le code]

Premiers onychophores[modifier | modifier le code]

  • Xenusion†, un fossile trouvé en Suède dans des sédiments d'origine glaciaire précambriens, connu seulement par deux spécimens semble être le plus ancien Onychophore fossile.
  • Plusieurs espèces sont présentes dans la faune de Chengjiang, en Chine : Cardiodictyon, Hallucigenia, Luolishania, Magadictyon, Microdictyon, Onychodictyon, Paucipodia et d'autres.
  • Deux espèces des Schistes de Burgess Aysheaia† et Hallucigenia† semblent être des Onychophores

À la différence des Onychophores actuels, ces formes fossiles sont toutes marines et dépourvues d'appareil masticateur.

Les anomalocarides sont considérés par certains auteurs comme intermédiaires entre les onychophores et les arthropodes (cette théorie ne fait pas l'unanimité). Ainsi, à l'heure actuelle, les relations exactes entre les tardigrades, les arthropodes et les onychophores restent à établir.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Grube, 1853 : Über den Bau von Peripatus edwardsii. Müller's Archives of Anatomy and Physiology, 1853, p. 322-360.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jianni Liu, Michael Steiner, Jason A. Dunlop, Helmut Keupp, Degan Shu, Qiang Ou, Jian Han, Zhifei Zhang, Xingliang Zhang, « An armoured Cambrian lobopodian from China with arthropod-like appendage », Nature, vol. 470, no 7335,‎ , p. 526–530 (DOI 10.1038/nature09704).
  2. ITIS, consulté le mai 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :