Péri-implantite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La péri-implantite est la perte progressive de l'os péri-implantaire à la suite d'une réaction inflammatoire[1].

Implantologie dentaire et péri-implantite[modifier | modifier le code]

Le risque de péri-implantite est accru lors de la mise en place d'un implant dentaire. La réaction inflammatoire pouvant survenir à la suite du déséquilibre de l'environnement intra-oral induit cette perte osseuse. Il s'agit de la principale source de complications à moyen et long terme des implants dentaires[2]. Selon l'étude Roos-Jansåcker ayant suivi un échantillon de patients, une péri-implantite apparaît dans 16 % des cas de mucosité chez ces derniers (48 % des patients) après 9 à 14 années d'implantation[2],[3].

Le risque de péri-implantite est diminué lorsque toute prolifération et/ou colonisation bactérienne est évitée au niveau de la partie transmuqueuse du site implantaire.

Les fabricants d'implants dentaires utilisent de plus en plus des céramiques techniques telles que la zircone Y-TZP pour pallier l'apparition des bactéries pathogènes.

Une étude de 2009 par Wilson TG Jr (2009) affirme que 25 % des prothèses scellées présentent des excès de ciment, 81 % des péri-implantites seraient dues à ces excès et qu'après le retrait des excès et nettoyage, 74 % de ces implants ne présentent plus de signe de péri-implantite.[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2698939
  2. a et b (en) Roos-Jansåker AM, Renvert H, Lindahl C, Renvert S., « Nine- to fourteen-year follow-up of implant treatment », J Clin Periodontol., vol. 33, no 4,‎ , p. 296-301 (PMID 16553637)
  3. (en) Fransson C., « Prevalence of subjects with progressive bone loss at implants », Clin Oral Implants Res., vol. 16, no 4,‎ , p. 440-6 (lire en ligne)
  4. Thomas G. Wilson Jr., « The Positive Relationship Between Excess Cement and Peri-Implant Disease: A Prospective Clinical Endoscopic Study », Journal of Periodontology, vol. 80, no 9,‎ , p. 1388–1392 (ISSN 0022-3492, DOI 10.1902/jop.2009.090115, lire en ligne)