Pélican brun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pelecanus occidentalis

Pelecanus occidentalis
Description de cette image, également commentée ci-après

En vol

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Pelecaniformes
Famille Pelecanidae
Genre Pelecanus

Nom binominal

Pelecanus occidentalis
Linnaeus, 1766

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Description de cette image, également commentée ci-après

Pélicans brun à terre

Le Pélican brun (Pelecanus occidentalis) est une espèce d'oiseaux de la famille des Pelecanidae.

Avec leurs larges ailes et leur long bec, les pélicans bruns sont balourds à terre, toutefois les plus grands pélécaniformes sont d'une rare élégance dans les airs et d'une efficacité redoutable lorsqu'ils plongent pour pêcher dans les mers qui bordent le continent américain. Leur sac à provision extensible se teinte de rouge et vert au moment de la parade amoureuse.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure environ 109 cm de longueur pour une envergure de 2 m. Massif, il arbore un grand bec avec une poche gulaire. Le plumage est brun foncé avec la calotte jaune, la tête et le cou pâles. Les pattes sont courtes et les pieds palmés.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit aux USA (Californie), en Amérique Centrale (Costa Rica...) et en Amérique du Sud (Colombie, Pérou, Venezuela...).

Comportement[modifier | modifier le code]

Cet oiseau présente un vol puissant alternant battements et glissades. Il se déplace souvent en files ou en V.

Nourriture[modifier | modifier le code]

Sur les cordons littoraux du Nouveau Monde, les pélicans bruns s'ébrouent et s'ébattent de l'aube au crépuscule. Oiseaux balnéaires, ils passent l'essentiel de la journée à pêcher chacun leurs deux kilos de poissons quotidiens. En escadrilles désordonnées, ils se jouent des courants éoliens puis s'abattent d'une hauteur de 30 m sur les bancs de sardines et d'anchois. Cette espèce suit fréquemment les bateaux de pêche.

Reproduction[modifier | modifier le code]

En novembre, à la saison des amours, les colonies de pélicans bruns s'agitent et chaque mâle tente de trouver compagne. Celle-ci n'accepte son prétendant qu'après une longue gestuelle de séduction très codée. L'accouplement, souvent laborieux, se tient sur l'emplacement du futur nid qui sera construit par la femelle, le mâle fournissant les matériaux nécessaires. Après la naissance, les parents assurent la subsistance de leur progéniture. Les petits affamés viennent quelquefois se nourrir directement dans le sac gulaire du pélican qui leur apporte 3 à 6 kilos de poissons par jour.

Méfiants lorsqu'ils couvent, les pélicans surveillent avec la même vigilance leurs nouveau-nés qu'ils gardent près du nid et à portée de bec. C'est seulement pendant les 11 semaines qui précèdent le grand départ des petits que les parents protègent les jeunes. Ensuite, ces derniers sont livrés à eux-mêmes.

Prédation[modifier | modifier le code]

Dans les airs, le pélican vole à l'économie, laissant planer sa masse qui peut atteindre 14 kilos. Sa vue perçante lui permet de déceler et de choisir sa proie dans un banc de poissons. Le pélican vire pour fondre sur son objectif. Corrigeant légèrement sa trajectoire, il semble suspendu dans le ciel avant de basculer et de piquer, bec à la verticale. Cette technique spectaculaire s'apprend sur le tas : les jeunes pélicans qui s'essayent à pêcher commencent par prendre de sévères bûches en faisant des plats à la surface de l'eau.

Pose conviviale avant l'envol[modifier | modifier le code]

Les jeunes pélicans bruns nés dans l'année se regroupent sur les récifs : s'ils ont quitté la colonie parentale, ils ne s'en éloignent pas réellement. Car ces oiseaux fort sociaux, toutes classes d'âge confondues, se déplacent le long du littoral, en quête de lieux de pêche. Jeunes et adultes mélangés se livrent alors à leurs immuables activités aéronautiques.

Un baume contre les morsures du sel[modifier | modifier le code]

Passant la moitié de son existence dans l'eau de mer, un pélican brun doit préserver son plumage des brûlures du soleil et du sel. Chaque jour, entre deux séances de plongée, il lisse ses ailes et avec maintes contorsions épand sur chacune de ses plumes une sécrétion protectrice qu'il recueille de son bec sur la glande uropygienne, près de son croupion.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :