Pédagogie Pierre Faure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La pédagogie Pierre Faure est une pédagogie alternative fondée par le jésuite Pierre Faure, qui la qualifie d'« enseignement personnalisé et communautaire ». Elle se fonde sur une anthropologie personnaliste et chrétienne.

Elle vise à susciter un intérêt chez l'enfant, au même titre que par exemple les pédagogies différenciées[1] , celles de Montessori et Freinet (parmi les méthodes les plus connues), ou encore les écoles qui se réfèrent à la gestion mentale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans son livre « Précurseurs et témoins d’un enseignement personnalisé et communautaire» »[3], Pierre Faure fait remonter cette pédagogie à Platon. Celui-ci avait saisi l’unité  foncière de l’être humain, son aspiration profonde à l’unité et la dimension à la fois personnelle et sociale de ses actes. Sa pédagogie, la maïeutique socratique, n’avait pour Platon d’autre but que d’aider à cette libération, à cet enfantement, à cette marche vers la vérité.

Pierre Faure se réfère à de nombreux autres pédagogues et philosophes. Et en premier lieu à Montaigne, pour qui l’activité de l’esprit, le jugement qui ne peuvent être que personnels était pour celui-ci la source et garantie d’une éducation véritable.

Pierre Faure, qui était jésuite, s’est inspiré également de la tradition jésuite telle qu’elle s’est développée dans les collèges de la renaissance. Les méthodes développées, notamment l’étude des textes anciens, devaient former des hommes sachant prendre en main leur travail car habitués au travail personnel, rompus à l’expression et aptes à la communication.

Il n’omet pas les pédagogues de ce qu’on a appelé « l’école nouvelle » et en particulier la filière sur laquelle il s’appuie et qui commence par Itard et Séguin pour arriver à Maria Montessori, Hélène Lubienska de Lenval et Hélen Parkhurst. Mais Pierre Faure s’intéresse aussi aux psychologues de son temps, notamment Piaget, ainsi qu'aux possibilités qu’offrent l’audio-visuel et l’informatique ainsi que les neurosciences.

Mais la principale originalité de Pierre Faure est de toujours partir de l’enfant tel qu’il est comme personne libre et responsable. Pour lui, la mission essentielle de l’éducateur est de lui donner les moyens de se prendre lui-même en charge, de se situer dans le monde dans lequel il vit, de l’aider à opérer des choix personnels, d’assimiler et d’intérioriser ses découvertes, de se contrôler lui-même, mais aussi d’apprendre à entrer en relation avec les autres.

L'attitude de l'enseignant et le climat de la classe[modifier | modifier le code]

En enseignement personnalisé, l’attitude du maître est primordiale[4]. Il n’est plus là pour « faire la leçon » depuis une estrade et devant des bancs alignés. Il est au milieu des élèves pour les guider, les accompagner, les encourager, parfois évaluer leur travail. Cela suppose une certaine souplesse pour passer d’un élève à l’autre puisque les jeunes travaillent sur des matières et des exercices différents. Il faut aussi que l’enseignant sache observer et respecter les élèves au travail.  Le tout dans un climat où respirent la confiance, le bien-être et l’esprit de recherche Il y a donc une ambiance à créer pour faciliter l’activité intérieure de chacun.

Il faut selon Pierre Faure une proposition vivante, une autorité, une présence provocante qui engendre la nouveauté, l’étonnement, le respect[5].

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’école ne se limite pas à l’instruction. Elle doit aussi contribuer à la construction de la personnalité, de toute la personnalité y compris sur le plan physique, moral, relationnel, culturel[6] et spirituel[7]. C’est à l’enfant lui-même de se construire par ce processus que Piaget appelle « l’autogenèse »[8].

La pédagogie personnalisée fait appel au dynamisme de la personne. Chaque enfant, chaque jeune est différent et demande à être pris au sérieux. Il a sa propre histoire, ses désirs, ses secrets, ses limites. Le tout est de ne laisser personne sur le bord du chemin[9].

L’objectif premier est de rendre les élèves plus autonomes et véritablement responsables de leur travail. D’où la possibilité de leur offrir de choisir librement les matières qu’ils veulent étudier. Cet apprentissage de la responsabilité doit s’accompagner d’un certain nombre d’exigences, d’où tout un système de contrats et de plans de travail ainsi que des évaluations régulières.

Cela nécessite pour l’enseignant de restreindre la part du magistral pour faire place à des travaux individualisés ou par petits groupes. Chaque élève doit pouvoir progresser à son rythme et utiliser tout son potentiel pour acquérir de nouvelles connaissances, les assimiler et les intérioriser.

Mais l’éveil du sens communautaire et du vivre ensemble ne doit pas être négligé selon Pierre Faure. D’où l’importance de l’entraide entre les élèves et du partage des responsabilités dès le plus jeune âge.

Organisation et instruments de travail[modifier | modifier le code]

Chez Pierre Faure, la journée scolaire est partagée en trois périodes :

  • Le temps du travail personnel seul ou à plusieurs, généralement en début de matinée,  
  • Le temps des restitutions et des échanges appelés « mises en commun », qui est généralement précédé de psychomotricité[10] et de retour au calme (leçon de silence).
  • Et dans l’après-midi, des temps plus collectifs plus ludiques ou plus conviviaux ( sport, éveil artistique, laboratoires divers…).

L’espace doit être autant que possible modulable pour permettre à certains moments des activités personnalisées et à d’autres des séances collectives.[11]

Divers outils peuvent faciliter l’usage d’un enseignement personnalisé. Les outils les plus performants sont ceux qui correspondent à des progressions didactiques rigoureuses. Ils doivent être adaptés à l’âge, aux besoins et aux niveaux d’apprentissage des élèves.

Voici quelques instruments de travail qui ont été expérimentés depuis plusieurs années avec succès :

  • Les plans d’année ou programmations par matière où sont énumérés les diverses notions à acquérir. Elles permettent aux élèves de savoir où ils en sont et ce qu’il leur reste à acquérir[12],
  • Un libre accès à la documentation, avec une bibliothèque comprenant des dictionnaires, des encyclopédies, des grammaires et différents livres ou manuels ainsi que des tablettes ou ordinateurs permettant l’accès à internet.
  • Des fiches ou directives de travail ainsi que des fiches d’auto-évaluation,
  • Des outils indispensables à tous les niveaux et pour toutes les matières :  globe et atlas pour la découverte du monde, frises multiples pour situer les hommes, les espèces ou les civilisations…
  • Des tableaux de classification et des vues d’ensemble.
  • Pour les plus jeunes, du matériel de manipulation, en particulier en français et mathématiques pour la plupart empruntés à Seguin, Montessori ou Lubienska de Lenval, comme les dictées muettes[13] ou la table de Pythagore[14].

Tous ces outils, si perfectionnés soient-t-ils, ne sont que des moyens qui permettent l’acquisition de notions, l’observation, la mémorisation, le raisonnement et le passage à l’abstraction.

Développement et mise en oeuvre de l'enseignement personnalisé[modifier | modifier le code]

Diverses écoles à travers le monde ont développé cette forme d’enseignement, en particulier en France[15], au Canada[16], en Espagne[17], en Amérique Latine[18] et au Liban[19]. Des centres de formation et diverses institutions forment les enseignants à ces méthodes[20]. On citera en particulier en France l’Association Louis Beaulieu et l’Association Internationale pour la recherche et l’Animation Pédagogique (AIRAP), au Mexique l’Instituto Pierre Faure à Guadalajara et l’Instituto America à Léon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Marie Audic, Pierre Faure, s.j., Vers une pédagogie personnalisée et communautaire, Éd. Don Bosco, 1998, 308 p.
  •  Jean Marie Diem, Pédagogie personnalisée, On n’ouvre pas une fleur avec les doigts, Éd. Don Bosco, 2010, 257 p.
  •  Pierre Faure, L’école et la cité, Éditions Spes, 1945
    • Au siècle de l’enfant, Éditions Mame, 1958
    • Lire et les Carnets de lire, Éditions L’Ecole, 1965.
    • Fichier de Poésies, Éditions l’École, 1969.
    • La Mathématique, Éditions l’École, 1970.
    • Ideas y Methodos en la Educacion, Editions Narcea, Madrid, 1972.
    • L’Enseignement du français par l’observation des textes, Éditions     Hatier,      1977.
    • Un enseignement personnalisé et communautaire, Éditions Casterman,   1979, nouvelle édition, Artège, 2019.
    • Ensenanza personalizada y tambien comunitaria, Éd. Narcea, Madrid, 1981.
    • Ensino personalizado e comunitário, São Paulo, Éd. Loyola, 1993.
    • Précurseurs et témoins d’un enseignement personnalisé et communautaire,      Éditions Don Bosco, 2008 (ouvrage posthume).
    • Idées et méthodes en enseignement personnalisé et communautaire (en préparation, extraits d’articles et de conférences de Pierre Faure)
  • Maurice Feder, Un collège sans classe, ça existe, Éd. ESF, 1980, 111 p.
  • Maurice Feder, Un autre collège, un collège autre, Dynado copie, 1998, 201 p.
  • HURATADO Carlos, Educacion personalizada communication, Editoral Unes, Santiago Chili, 2001
  • JARAMILLO José Carlos, La Educacio personalizada, un modelo educativo en el pensamiento de Pierre Faure, Ed Indo American press, Bogota Colombie, 1993, 195 p.
  • KLEIN Luiz Fernando, Educação personalizada – Desafios e perspectivas, Ediçoes Loyola, Sao Paulo, (Brésil)1998, 219 p.
  • KLEIN Luis Fernando, Educaçao Personalizada, Desafios y perspectivas, Obra National de la Buena Pensa, Ciudad de Mexico , 2002, 269 p.
  • LE GALL Monique, Apprendre à écrire et à lire, Association Louis Beaulieu, 2018, 38 p.
  • LE GALL Monique et DIEM Jean Marie, Petit guide pratique de l’Enseignement Personnalisé, Association Louis Beaulieu 2018, 23 p.
  • LUBIENSKA DE LENVAL Hélène, L’Éducation de l’homme conscient et l’entrainement à l’attention, Éd. Spes 1968, réédition Don Bosco, 2001
  • LUBIENSKA DE LENVAL, Hélène, Le silence à l’ombre de la parole, Éd. 1957, réédition Don Bosco, 2001
  • MESA José Alberto, Educacion personalizada liberadora, Indo-American Press Service Editores, Bogota, Colombie, 1986, 136 p.
  • NEYRET Madeleine, Hélène Lubienska de Lenval, Pour une pédagogie de la personne, Éd. Lethiellieux, 1994, 511 p.
  • PEIRERA Niéves, Educacion persanalizada : un proyecto pedagogico en Pierre Faure, Narcea (Espagne), 1976, Ed. Trillas (Mexique), 1983, Bauru Edusc (Brésil), 1997.
  • VÁSQUEZ, Carlos, Educación personalizada. Una propuesta educativa para América Latina, Indo-american press, ed. Bogota (Colombie)1993. 85 p.
  • VELEZ Alvaro, Practica de la éducacion personalizada, Conaced, Bogota (Colombie) 1990, 183 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur les pédagogies différenciées il existe de nombreux ouvrages et articles. On citera plus particulièrement le livre de Louis Legrand sur les « différenciations de la pédagogie », Puf 1995 et celui de Philippe Perrenoud « Pédagogie différenciée, des intentions à l’action », ESF 1997.
  2. La gestion mentale a été élaborée par Antoine de La Garanderie. 6 de ses livres ont été rassemblés dans l’ouvrage « Réussir ça s’apprend » paru aux Editions Bayard en 2013.
  3. Pierre Faure ; « Précurseurs et témoins d’un enseignement personnalisé et communautaire » ouvrage posthume édité en 2008 par les Editions Don Bosco qui reprend les cours d’histoire de la pédagogie dispensés par Pierre Faure à l’Institut catholique de Paris. Préface de Jean Marie Diem et postface de Laurent Gutierrez.
  4. Jean Marie Diem : « L’attitude de l’éducateur » n°2-3 1971
  5. Dominique Randriamanantsoa : « Liberté d’action et exigences » in « Lettre de l’ALB Pour une pédagogie personnalisée » n°1, 2021
  6. Sur la transmission de la culture en pédagogie, on peut se référer à l’article d’Anne Marie Cordin paru dans  la lettre de l’ALB «  Pour un enseignement personnalisé » n°10, 2021.
  7. Cf en particulier l’article d’Etienne Petit : « Développer une éducation intégrale pour tous » in «La lettre ALB Pour un enseignement personnalisé «  n°1, 2022
  8. Piaget a développé le concept d’autogenèse dans son discours de réception du Prix Erasme en 1972
  9. La pédagogie personnalisée s’adresse à tous quels que soient leurs niveaux ou leurs handicaps. Cf. Jean Marie Leconnétable, qui est l’auteur d’une thèse de doctorat en sciences de l’éducation et en particulier de son article  « Pédagogie personnalisée et communautaire , pédagogie inclusive », publié dans la « Lettre de l’ALB Pour un enseignement personnalisé » n°8,2020
  10. On lira en particulier l’article d’Anne Marie Audic  « Fondements de la psychomotricité », paru dans Recherche et animation pédagogique, revue de l’AIRAP n°29, 1979.
  11. Lorsque toute l’école fonctionne en pédagogie personnalisée, Maurice Feder, l’un des principaux disciples de Pierre Faure,  a supprimé les classes qui sont remplacées par des ateliers matières. Cf l’article du républicain lorrain du 25 novembre 1971 intitulé « Une expérience qui plait aux élèves » et le livre de Maurice Feder « Un collège sans classe ça existe »,âru en 1980 aux éditions ESF.
  12. C’est à  Hélène Parkhurst, disciple de Montessori, qu’on doit l’utilisation de plans de travail qui portent le nom de la ville, Dalton, où elle enseignait.
  13. Les dictées muettes ont été créées par Hélène Lubienska de Lenval . C’est une méthode d’apprentissage simultanée de la lecture et de l’écriture à base phonétique. On peut en trouver une présentation à l’adresse : http://lasalle-mounier.fr/crea_pdf.php?article_id=82161242827b703e6acf9c726942a1e4 et on lira sur ce sujet le fascicule de Monique Le Gall « Apprendre à écrire et à lire » publié par l’Association Louis Beaulieu.
  14. L’utilisation de la table de Pythagore est décrire dans le livre de Pierre Faure  « La mathématique » (Editions de l’Ecole, 1970) pp. 53-63
  15. De nombreuses sessions de formation à l’enseignement personnalisé ont été organisées en France qui ont été relatées par divers organes de presse, par exemple dans les années 70 à Saint Dié (Est Républicain du 22 aoùt 1970), à La Roche sur Yon (Presse Océan du 3 août 1971), à aux Editions de Nîmes (Midi libre, 4 septembre 1972) à Montauban (Sud Ouest du 16 juillet 1974) à Vienne (Le Dauphiné Libéré du 17 juillet 1976) à Quimper  ( Ouest France » du 1er septembre 1976), à Lyon (Le Progrès du 10 juillet 1977) à la Réunion (Croix sud du 28 mars 1978).
  16. Au Canada, cf l’hebdomadaire « Le Madawaska » dans ses éditions du 13 juillet 1972, du 29 août 1973 et du 14 août 1974, qui relate la formation des enseignants organisée à Edmundston (Nouveau Brunswick) ainsi que le journal « L’Evangéline » de Moncton 16 juillet 1975
  17. En Espagne, notamment à l’université de Murcia où avaient  lieu régulièrement  « las jurnadas de Educacion Personalisada ».
  18. Pierre Faure est intervenu dans différents pays d’Amérique Latine, notamment au Mexique, au Brésil, en Equateur, en Colombie, en Argentine, au Chili... Il a publié de nombreux articles dans la revue brésilienne « Servir » publiée par l’Associaçao da Educaçao Catolica à partir de juillet 1954, dans le bulletin mexicain de Guadalajara « Intercom » en 1975.
  19. Au Liban, lors du 50ème anniversaire de l’Institut Libanais d’éducateurs fondé par Pierre Faure, relaté dans le journal « L’Orient » du 15 mai 2006. Outre au Moyen-Orient, Pierre Faure est également intervenu en Egypte et en Tunisie.
  20. Cf l’article de Jean marie Diem « Los metodos de formacion en la educacion personalizada », Revista de Educaion, Madrid n°247, 1976.