Pères de la Foi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Société de la Foi de Jésus, dont les membres étaient communément appelés Pères de la Foi, était une congrégation religieuse créée en 1797 en Italie par Nicolas Paccanari. Après avoir fusionné avec la Société du Sacré-Cœur en 1799, elle s'implanta dans plusieurs pays d'Europe et exista jusqu'au rétablissement de la Compagnie de Jésus (en 1814) qu'elle avait préparé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pape Pie VI

Après la suppression de la Compagnie de Jésus prononcée par le pape Clément XIV en 1773, on assiste à deux tentatives distinctes de préserver l'esprit et les activités de l'ordre jésuite. La première est la fondation à Louvain en 1794 par l'abbé Léonor de Tournely de la Société du Sacré-Cœur de Jésus[1]. La seconde est la création à Rome en 1797 de la Société de la Foi de Jésus[2] par un laïc, Nicolas Paccanari, ancien soldat de l'armée pontificale originaire du Trentin[3].

Les Pères du Sacré-Cœur, chassés de Belgique en 1796, trouvent refuge en Autriche, où, à la suite de la mort inopinée de Léonor de Tournely, ils élisent comme supérieur le père Joseph Varin. Paccanari s'installe à Spolète, en Ombrie. Le pape Pie VI souhaite que, ayant des objectifs assez semblables, les deux sociétés fusionnent. Celle du père Varin peut se prévaloir de l'antériorité et d'un plus grand nombre de membres, mais Paccanari, qui bénéficie de l'appui de l'archiduchesse Marie-Anne d'Autriche, sœur de l'empereur d'Autriche, et de la bienveillance du pape obtient que sa congrégation absorbe celle du père Varin. La cérémonie au cours de laquelle les pères du Sacré-Cœur renouvellent leurs vœux de religion devant leur nouveau supérieur se déroule en Autriche, à Hagenbrunn le [3].

Les membres de la congrégation unifiée sont appelés Pères de la Foi, dénomination paraissant plus neutre en cette période révolutionnaire. Considérés toutefois comme des fanatiques religieux, ils sont placés sous la surveillance de la police en Italie comme en France[1]. Paccanari est leur supérieur général, et le père Varin est nommé supérieur pour l'Allemagne en 1799, puis pour la France en 1800. Entre-temps, le pape Pie VI décède, et son successeur Pie VII, ayant dès 1801 approuvé l'existence des jésuites en Russie pousse à ce que les Pères de la Foi se rallient au groupe.

En Italie, Paccanari, ordonné prêtre en 1800, installe une trentaine de Pères de la Foi dans la maison de Saint-Sylvestre, achetée à Rome par l'archiduchesse Marie-Anne[3].

En France, les Pères de la Foi fondent ou reprennent plusieurs collèges dans lesquels l'enseignement est assuré par ses membres, généralement des anciens Jésuites. Mais ils sont suspectés de royalisme, et leur enseignement est interdit par Napoléon Ier en 1807; ils parviennent néanmoins à le maintenir jusqu'à ce que leur congrégation soit dissoute par un décret signé par l'empereur au début de l'année 1809. Ils réapparaissent au grand jour sous la Restauration puis intègrent la Compagnie de Jésus lors de son rétablissement universel par le pape Pie VII en 1814.

Établissements des Pères de la Foi[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Ancien collège de Belley

Dans les autres pays[modifier | modifier le code]

  • Collège Mariano à Rome.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Teresa Clements: 'Les pères de la Foi' in France: 1800-1814. Spirituality, Fondations, Biographical Notes, dans AHSI, vol.57 (1989), p. 233.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Phil Kilroy, Madeleine-Sophie Barat - Une vie, Paris, Les Editions du Cerf, (ISBN 2-204-07468-3), p. 61-95
  2. E. Terwecoren, Collection de précis historiques, Bruxelles, J. Vandereydt, , p. 51
  3. a b et c ouvrage collectif, Biographie universelle, ancienne et moderne, tome 76, Paris, L.-G. Michaud, , p. 190-196
  4. https://en.wikisource.org/wiki/Catholic_Encyclopedia_(1913)/Congregations_of_Notre_Dame
  5. a et b « Notre Dame de Namur »
  6. Pierre de Lacretelle, « Les origines et la jeunesse de Lamartine 1790-1812 - Le collège de Belley » (consulté le 3 décembre 2011)
  7. « Des études classiques chez les Pères de la foi à Amiens » (consulté le 14 avril 2012)
  8. « Histoire du lycée Jean-Puy » (consulté le 14 avril 2012)
  9. « Histoire du centre médical de l'Argentière » (consulté le 14 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]