Oxyde de rhénium(VII)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Oxyde de rhénium.

Oxyde de rhénium(VII)
Image illustrative de l’article Oxyde de rhénium(VII)
structure de Re2O7
__ Re     __ O
Identification
Nom UICPA trioxo(trioxorhéniooxy)rhénium
Synonymes

heptoxyde de rhénium
heptoxyde de dirhénium

No CAS 1314-68-7
No ECHA 100.013.857
No CE 215-241-9
PubChem 123106
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline de vert pâle à jaune foncé[1] inodore[2]
Propriétés chimiques
Formule brute O7Re2Re2O7
Masse molaire[3] 484,41 ± 0,004 g/mol
O 23,12 %, Re 76,88 %,
Propriétés physiques
fusion 220 °C[1]
ébullition 360 °C[1]
363 °C[2]
Solubilité décomposition par l'eau[2]
Masse volumique 6,103 g·cm-3 à 25 °C[1]
Précautions
SGH[1],[2]
SGH03 : ComburantSGH05 : Corrosif
H272, H314, P280, P310, P305+P351+P338,
Transport[1]
-
   3260   

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'oxyde de rhénium(VII) est le composé inorganique de formule Re2O7. Ce solide jaunâtre est l'anhydride de l'acide perrhénique HReO4 soit Re2O7.2H2O. Re2O7 est la matière première brute pour tous les composés du rhénium, étant la fraction volatile obtenue lors du grillage du minerai hôte[4].

Synthèse et réactions[modifier | modifier le code]

L'oxyde de rhénium(VII) se forme lorsque du rhénium ou ses oxydes ou sulfures sont oxydés à 500-700 °C dans l'air[5].

Re2O7 réagit fortement avec l'eau. Il se dissout dans l'eau pour donner l'acide perrhénique. C'est le précurseur du trioxyde de méthylrhénium ("MTO"), un catalyseur d'oxydation[6].

Structure[modifier | modifier le code]

L'oxyde de rhénium(VII) cristallise dans le système orthorhombique avec le groupe d'espace P212121 (no 19). Les paramètres du réseau sont a = 1250 pm, b = 1520 pm et c = 540 pm. Dans le cristal, l'oxyde de rhénium(VII) forme des tétraèdres ReO4 et des octaèdres ReO6, qui alternent les uns avec les autres et sont reliés par les angles[7]. Re2O7 cristallin est donc un polymère inorganique, constitué de centres Re octaédriques et tétraédriques alternés. Lors du chauffage, le polymère craque pour donner Re2O7 moléculaire (non polymérique). Cette espèce moléculaire ressemble étroitement à l'heptoxyde de dimanganèse, étant constituée d'une paire de tétraèdres ReO4 qui partagent une arête, i.e., O3Re-O-ReO3[8].

Catalyseur d'hydrogénation[modifier | modifier le code]

L'oxyde de rhénium(VII) est utilisé en synthèse organique comme catalyseur pour l'éthénolyse[9], la réduction des carbonyles et la réduction des amides[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Fiche Sigma-Aldrich du composé Rhenium(VII) oxide 99.995% trace metals basis, consultée le 16 septembre 2019. + (pdf) fiche MSDS.
  2. a b c d et e « Fiche Oxyde de rhénium(VII) », Merck [PDF] (consulté le 24 avril 2011).
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. Hans Georg Nadler, "Rhenium and Rhenium Compounds", Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry, Wiley-VCH, Weinheim, 2000. DOI:10.1002/14356007.a23_199
  5. Schmidt, M.; Schmidbaur, H., Trimethylsilyl perrhenate, Inorg. Synth., 1967, col. 9, pp. 149-151. DOI:10.1002/9780470132401.ch40
  6. (en) W. A. Herrmann and F. E. Kuhn, « Organorhenium Oxides », Acc. Chem. Res., vol. 30, no 4,‎ , p. 169–180 (DOI 10.1021/ar9601398)
  7. B. Krebs, A. Müller, H. Beyer, The Crystal Structure of Rhenium(VII) Oxide, Inorg. Chem., 1969, vol. 8(3), pp. 436–443. {{DOI:10.1021/ic50073a006}}.
  8. Wells, A.F. (1984) Structural Inorganic Chemistry, Oxford: Clarendon Press. (ISBN 0-19-855370-6).
  9. (en) « Metathesis », dans Kirk-Othmer Encyclopedia of Chemical Technology, Wiley
  10. (en) Shigeo Nishimura, Handbook of Heterogeneous Catalytic Hydrogenation for Organic Synthesis, Newyork, 1st, , 42-43, 182, 389-390, & 408 p. (ISBN 9780471396987, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]