Oviraptorosauria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oviraptorosauria
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution de la tête d'Oviraptor.
Classification
Règne Animalia
Classe Sauropsida
Ordre Saurischia
Sous-ordre Theropoda

Infra-ordre

 Oviraptorosauria
Barsbold, 1976

Familles de rang inférieur

Oviraptorosauria forme un groupe de dinosaures théropodes éteints proches des oiseaux. Ils vivaient en Amérique du Nord et en Asie et ont disparu au cours de l'extinction du Crétacé il y a environ 66 Ma.

Description[modifier | modifier le code]

Les preuves que des Oviraptorosaures possédaient des plumes existent sous plusieurs formes. Les plus directes sont celles d'empreintes de plumes bien développées notamment sur les ailes et la queue, retrouvées pour quatre espèces d'Oviraptorosaures primitifs : Caudipteryx zoui et Caudipteryx dongi, Protarchaeopteryx robusta et Similicaudipteryx yixianensis. Deuxièmement, au moins quatre genres d'oviraptorosaures (Nomingia, Similicaudipteryx, Citipati et Conchoraptor) ont des queues se terminant par un pygostyle, structure osseuse à l'extrémité de la queue qui, chez les oiseaux modernes, supporte un éventail de plumes[1],[2]. De petits excroissances osseuses ressemblant à des picots, correspondant aux points d'ancrage des plumes des ailes, ont retrouvées sur les cubitus de l'espèce Avimimus portentosus. De plus, un certain nombre de spécimens d'oviraptoridés ont été découverts dans une position de nidification semblable à celle des oiseaux modernes. Les bras de ces spécimens sont positionnés de telle manière qu'ils puissent parfaitement recouvrir leurs œufs, s'ils avaient de petites ailes et un plumage substantiel.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les habitudes alimentaires de ces théropodes sont imparfaitement connues, on pense qu'ils pouvaient être carnivores, herbivores ou malacophages, et non pas particulièrement mangeurs d'œufs, comme on le croyait auparavant. Certains fossiles trouvés fournissent la preuve que certains de ceux-ci consommaient des petits vertébrés et que d'autres consommaient des mollusques. On a trouvé des gastrolithes dans un Caudipteryx.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Oviraptorosauria signifie « lézard voleur d'œufs ». Les fossiles qui ont valu leur nom à ce groupe ont été trouvés près d'un nid, on a donc pensé dans un premier temps qu'ils s'en nourrissaient. En fait, les œufs trouvés étaient de la même espèce. Des oviraptosaures ont ensuite été retrouvés étendus sur des œufs contenant des embryons fossilisés, suggérant que ces dinosaures couvaient leurs œufs. Cette suggestion a été confirmée en 2017 par une étude franco-chinoise : le rapport isotopique 18O/16O mesuré dans le carbonate des coquilles et le phosphate des os des embryons indique que les œufs avaient été maintenus à une température comprise entre 35 et 40 °C[3],[4].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs comme Gregory S. Paul pensent que les Oviraptorosauria sont en fait plus proches des oiseaux que Archaeopteryx. La communauté scientifique maintient cependant qu'ils sont des Maniraptora non aviaires plus primitifs que les Dromaeosauridae par rapport aux oiseaux ou plus exactement en termes cladistiques, que les Dromaeosauridae sont plus proches des oiseaux que les Oviraptorosauria.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Oviraptorosauria » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) T. He, X.-L. Wang et Z.-H. Zhou, « A new genus and species of caudipterid dinosaur from the Lower Cretaceous Jiufotang Formation of western Liaoning, China », Vertebrata PalAsiatica, vol. 46, no 3,‎ , p. 178–189.
  2. (en) W. Scott Persons IV, Philip J. Currie et Mark A. Norell, « Oviraptorosaur tail forms and functions », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 59, no 3,‎ .
  3. Laurent Sacco, « Dinosaures : les oviraptors étaient bien des papas-poules », sur Futura-Sciences, (consulté le 26 juillet 2017).
  4. (en) Romain Amiot, Xu Wang, Shuo Wang, Christophe Lécuyer et al., « δ18O-derived incubation temperatures of oviraptorosaur eggs », Palaeontology,‎ (DOI 10.1111/pala.12311).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]