Ouzilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Vienne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Ouzilly
Image illustrative de l'article Ouzilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-1
Intercommunalité Communauté de communes du Lencloîtrais
Maire
Mandat
Franck Reby
2014-2020
Code postal 86380
Code commune 86184
Démographie
Gentilé Ouzillois
Population
municipale
902 hab. (2013)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 38″ N 0° 21′ 45″ E / 46.7772222222, 0.362546° 46′ 38″ Nord 0° 21′ 45″ Est / 46.7772222222, 0.3625
Altitude Min. 62 m – Max. 102 m
Superficie 10,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Ouzilly

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Ouzilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ouzilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ouzilly
Liens
Site web mairie-ouzilly-86380.htm

Ouzilly est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés les Ouzillois.

Elle fait partie de l'espace urbain Poitiers-Châtellerault et appartient au domaine du Haut-Poitou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans le Centre-Ouest de la France. Il est localisé au nord du département de la Vienne. Ouzilly est sur un axe qui relie Saint-Genest-d'Ambière à Vendeuvre-du-Poitou en passant par Signy.

La commune est proche du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine se trouve à environ 75 km vers Saumur.

Le Parc naturel régional de la Brenne est situé à proximité (90 km) à Rosnay dans la région Centre-Val de Loire en Indre.

La commune est située à 20 minutes du site du Futuroscope qui est le second parc de loisirs français situé sur la commune de Chasseneuil-du-Poitou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le village est entouré par les communes de Marigny-Brizay, Lencloître et Vendeuvre-du-Poitou, Ouzilly est situé à 4 km au nord-ouest de Marigny-Brizay, la ville principale des environs.

La grande ville la plus proche de Ouzilly est Châtellerault et se trouve à 14,59 km au nord, à vol d'oiseau.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région d'Ouzilly présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées. Le terroir se compose [1] :

  • pour 4 % de calcaire dans les vallées et les terrasse alluviales,
  • pour 93 % de sables verts dans les collines et les dépressions sableuses des bordures du Bassin Parisien,
  • pour 3 % d'aubues ou de champagne (Ce sont des sols gris clair, argilo-limoneux, sur craie et donc calcaires) sur les autres collines.


En 2006, 68 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 29 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 3 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[2]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

Il y a une carrière de recenser sur le territoire de la commune[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Envigne sur une longueur de 1,6 km. Comme pour l'ensemble de la région Poitou-Charentes, la commune a vu la qualité de son eau se dégrader ces dernières années. Au déficit récurrent s'ajoute une pollution engendrée par les diverses activités humaines, notamment agricoles. Ainsi, la commune se situe en Zone de Répartition des Eaux, où l'on observe une insuffisance chronique des ressources en eau par rapport aux besoins. Par ailleurs, elle est concernée par le classement en Zones sensibles, où une élimination plus poussée des paramètres azote et/ou phosphore présents dans les eaux usées est nécessaire pour lutter contre les phénomènes d’ eutrophisation[2].

47 mares ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire communal (30 000 recensées dans la région de Poitou-Charentes). Les mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les Libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

En 2012, le village a connu deux records de température, avec un écart de 58 °C en 6 mois :

  • La plus froide : −17 °C après la période neigeuse (9 février 2012)
  • La plus chaude : 41 °C ambiante et 48 °C au soleil lors de la période de canicule (18 août 2012).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les bus "Lignes en Vienne" desservent, notamment, Lencloître et Châtellerault.

Les gares et haltes ferroviaires les plus proches du bourg sont:

  • la halte de La Tricherie à 7,7 km,
  • la halte de Dissay-Vienne à 9,1 km,
  • la halte de Naintré-les-Barres à 10 km,
  • la halte de Jaunay-Clan à 10,5 km,
  • la gare du Futuroscope à 11,9 km.

L'aéroports le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard à 21,5 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom de la commune pourrait provenir du nom d’un propriétaire terrien latin "Osiliacus" : « Villa que vocatur Oziliacus in pago Pictavo ». Ce nom apparait dans les textes vers 970. En 1637, le nom du village se stabilise pour être celui d'Ouzilly.

Ouzilly a changé une seule fois de nom, en 1801. Le bourg s'appelait, alors, Onzillé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Ouzilly est dans le canton de Châtellerault-1 (No 2) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Ouzilly était dans le canton No 11 de Lencloitre dans la 4e circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Roland Verdin    
mars 2008 mars 2014 Michèle Veillard    
mars 2014 En cours Franck Reby    

Concernant les élections législatives de 2012 : Au 1er tour, la ville recense 564 inscrits sur les listes électorales, 206 électeurs (36,52 %) se sont abstenus. 358 électeurs ont voté (63,48 %) dont 13 votes (3,63 %) blancs ou nuls. Exprimés : 345 électeurs (61,17 %).

Principaux résultats : 99 voix (28,7 %) pour Jean-Pierre Abelin (NC) / 67 voix (19,42 %) pour Christian Michaud (DVG) / 63 voix (18,26 %) pour Véronique Massoneau (EELV) & Eric Audebert (FN).

Au 2e tour, la commune recense 564 inscrits sur les listes électorales, 213 électeurs (37,77 %) se sont abstenus. 351 électeurs ont voté (62,23 %) dont 26 votes (7,41 %) blancs ou nuls. Exprimés : 325 électeurs (57,62 %).

- Résultats, 184 voix (56,62 %) pour Véronique Massonneau (EELV) / 141 voix (43,38 %) pour Jean-Pierre Abelin (NC).

Concernant les élections présidentielles de 2012 : Au 1er tour, la ville recense 564 inscrits sur les listes électorales, 65 électeurs (11,52 %) se sont abstenus. 499 électeurs ont voté (88,48 %) dont 12 votes (2,40 %) blancs ou nuls. Exprimés : 487 électeurs (86,35 %).

- Principaux résultats, 135 voix (27,72 %) pour François Hollande (PS) / 118 voix (24,23 %) pour Nicolas Sarkozy (UMP) / 108 voix (22,18) pour Marine Le Pen (FN) / 66 voix (13,55 %) pour Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) / 35 voix (5,19 %) pour François Bayrou (Modem).

Au 2e tour, la commune recense 564 électeurs sur les listes électorales avec 68 abstentions (12,06 %). 496 (87,94 %) ont exprimé un vote, dont 40 votes (8,06 %) blancs ou nuls. Électeurs exprimés : 456 (80,85 %).

- Résultats, 262 voix (57,46 %) pour François Hollande (PS) / 194 voix (42,54) pour Nicolas Sarkozy (UMP).

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Gestion de l’eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Le Syndicat Intercommunal d'Aménagement Pallu-Ozon-Envigne est chargé de la gestion des rivières.

La commune a adhéré à un SAGE (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux): SAGE. Les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) définissent les objectifs et les règles, au niveau local, afin de concilier la satisfaction des différents usages, la préservation et la valorisation de ce patrimoine, et de gérer collectivement, de manière cohérente et intégré, la ressource en eau sur un bassin. Toutes les décisions prises dans le domaine de l’eau par les services de l’État et les collectivités locales doivent en effet être compatibles avec le SAGE Vienne[6].

La Directive-cadre sur l'eau (D.C.E.) adoptée par l’Europe en 2000 impose l’atteinte d’un bon état des eaux en 2015. Afin de respecter ces objectifs, des états des lieux ont été réalisés, des enjeux identifiés, puis des programmes de reconquête ont été élaborés, avec la définition de politiques à conduire et d’actions à mener, pour la période 2010-2015. Ces actions sont définies par Unité Hydrographiques de Référence (U.H.R.), c'est-à-dire par territoire ayant une cohérence hydrographique (bassin versant) , de l’habitat et des organismes qui y vivent, hydrogéologique et socio-économique. La commune appartient ainsi à l' U.H.R Vienne aval[2].

Les eaux usées de la commune sont traitées dans une station d'épuration située sur le territoire communal [7].

L'Envigne bénéficie d’un classement afin de protéger ou de restaurer sa continuité écologique : des aménagements sont à prévoir afin d’assurer ou de rétablir la libre circulation des poissons migrateurs et le transit des sédiments[8] .

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 902 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
756 798 638 898 936 996 946 987 1 037
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 066 1 044 1 000 1 003 962 972 1 003 974 958
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
906 900 885 762 747 673 678 663 680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
660 655 641 681 649 706 765 825 871
2013 - - - - - - - -
902 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 83 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Selon les dernières statistiques publiées par l'INSEE en 2012 à partir de données datant de 2009, il ressort que la mairie de Ouzilly administre une population totale de 861 personnes. À cela, il faut soustraire les résidences secondaires soit 13 personnes. En conséquence, la population permanente dans la commune est de 848 habitants.

Ouzilly a connu une nette hausse de 28,9 % de sa population de 1999 à 2005.

La répartition par âge de la population d'Ouzilly est en 2007:

  • 0-14 ans : 184 habitants
  • 15-29 ans : 119 habitants
  • 30-44 ans : 211 habitants
  • 45-59 ans : 149 habitants
  • 60-74 ans : 90 habitants
  • 75 ans & plus : 51 habitants.

La part de la population de 60 ans et plus passerait de 23 % en 2006 à 30 % en 2020 au sein du département de la Vienne (20 % pour Ouzilly en 2007, soit à un niveau inférieur à la moyenne départementale). Le département de la Vienne bénéficie à la fois d’un excédent migratoire significatif et d’un excédent naturel qui contribuent à un moindre vieillissement. En supposant le maintien des tendances démographiques depuis 1990, entre 2006 et 2020, la population de l’aire urbaine de Poitiers devrait s’accroître de +16,5 % et celle de Châtellerault de +5,0 %. En revanche, les zones rurales du département devraient voir leur population diminuer de -5,8 % pour la zone Nord et de -8,6 % pour la zone Sud . Les personnes âgées sont proportionnellement plus présentes en milieu rural. En 2006, elles représentent 34 % de la population de l’espace rural du sud du département et 30 % de l’espace nord[11].

La répartition des sexes de la population est la suivante:

  • en 1999 : 51,0 % étaient des hommes et 49,0 % étaient des femmes.
  • en 2005 : 49,7 % étaient des hommes et 50,3 % étaient des femmes.
  • en 2010 : 52,2 % d'hommes pour 47,8 % de femmes.

En 2005 :

  • Les retraités et les préretraités représentaient 17,5 % de la population.
  • Le nombre de célibataires était de 33,3 % de la population.
  • Les couples mariés représentaient 57,6 % de la population.
  • Les divorcés représentaient 3,2 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 5,9 %.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Ouzilly dépend de l'Académie de Poitiers (Rectorat de Poitiers) et son école primaire publique dépend de l'Inspection académique de la Vienne.

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 2013, l' Association Sportive d'Ouzilly (ASO), club de football d'Ouzilly , évolue en division 5. La commune possède aussi un terrain de moto-cross.

En 2011, les cyclistes du Tour du Poitou-Charentes ont traversé Ouzilly.

En 2012, les participants du Tour de la Vienne Pédestre (TVP) organisé par le Lencloître J.C. 86, ont fait étape à Ouzilly.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[12], il n'y a plus que 8 exploitations agricoles en 2010 contre 27 en 2000. Cette baisse du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune s’inscrit dans une évolution globale qui touche l’ensemble du département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, 660 exploitations ont disparu soit -16 %. Pour l’avenir, une inquiétude demeure quant à la pérennité et à la transmission de ces exploitations agricoles du fait du vieillissement la population agricole. En outre, c’est la tranche des moins de 40 ans qui est concernée par la baisse des effectifs. Ce phénomène concerne également dans une moindre mesure, la tranche des 40 à 49 ans. Ceci illustre les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes agriculteurs pour s’installer et faire perdurer leur exploitations[13].

Les surfaces agricoles utilisées ont très légèrement augmenté et sont passées de 463 hectares en 2000 à 471 hectares en 2010 dont 136 hectares sont irrigables. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares [13].

39 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 12 % pour les oléagineux (tournesol) et 10 % pour le fourrage. En 2000,5 hectares (0 en 2010) étaient consacrés à la vigne[12].

La ville d'Ouzilly vit principalement sur son économie naturelle grâce à ses melons ainsi qu'à des productions comme le blé, le raisin et le tournesol. Des sols très fertiles et faciles à cultiver (sables verts et alluvions). Sa position proche des grands bassins de consommation ont permis le développement des cultures de légumes. Ces cultures prirent une forte expansion au XIXe siècle avec le développement du train et une production globalement déficitaire en France. Jusque dans les années 1950, ces productions alimentaient non seulement les marchés régionaux mais aussi les grands centres urbains comme Paris ou Bordeaux. Les principaux légumes cultivés étaient les asperges, les carottes, les choux, les oignons, les melons et les artichauts. Peu à peu les légumes ont été remplacés par les cultures céréalières : blé, maïs et orge. Il ne reste que quelques maraîchers spécialisés de nos jours dans la culture du melon.

Selon une étude de la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, publiée en juin 2012, la surface consacrée à la culture du melon (3 810 hectares ) en Région Poitou-Charentes est de loin la plus importante de l'Hexagone (Midi-Pyrénées : 3 211 hectares ; Languedoc-Roussillon : 2 751 hectares; Paca 2 525 hectares). Le melon est produit par 314 exploitations. La zone de culture du melon se situe dans le nord de la région, principalement sur une trentaine de communes du département de la Vienne et quatre communes du département des Deux-Sèvres. Un melon français sur quatre provient de la région Poitou-Charentes.

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Chabichou du Poitou (AOC)
  • Beurre Charente-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charente (AOC)
  • Beurre des Deux-Sèvres (AOC)
  • Vin du Haut-Poitou en rouge, blanc et rosé (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Bœuf du Maine (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)
  • Melon du Haut Poitou (IGP)

Commerces[modifier | modifier le code]

Depuis août 2015 un multiservice à ouvert à Ouzilly. On peut y trouver une épicerie, un bar, un dépôt de gaz, la presse quotidienne régionale.

L'hypermarché le plus proche est situé à 5 km Saint-Genest-d'Ambière (Simply Market).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le parc de Saint-Cyr est situé à 9 km . Il propose plusieurs activités ludiques et de loisir grâce, notamment,à sa plage en bordure d'un lac de 85 hectares, à son aire de jeux pour enfants et à son circuit autour du lac : pédalos, kayaks, VTT, canoës, planches à voile et catamarans. Des terrains de beach-volley, beach soccer, sandball et de football sont mis à la disposition du public. L'hébergement et la restauration, un camping 4 étoiles et un snack-bar sont aussi présents sur le site.

Le Golf du Haut-Poitou, situé à Saint-Cyr s'étend sur 300 hectares. Il propose des parcours de 9 et de 18 trous .

À 80 km, se trouve le zoo de Doué-la-fontaine.

À 70 km, se trouve le village de Romagne et son parc zoologique "La vallée des singes".

Emploi et activités[modifier | modifier le code]

Elle fait partie de la zone d'emploi de Châtellerault.

Le taux de chômage était de 10,7 % en 2005 contre 10,6 % en 1999.

Le taux d'activité était de 76,4 % en 2005 contre 71,9 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Hilaire du XIIe siècle se trouvant juste à côté de la mairie est inscrite comme monument historique depuis 1933 pour son élévation et son clocher. Sa façade, fortifiée, a été refaite en 2011. Elle est surmontée d'une tour octogonale percée de quatre fenêtres en plein cintre.
  • L'oratoire situé au lieu-dit "Le Monteil" est une grotte qui a été construite au milieu du XXe siècle par quelques personnes de la commune à l'initiative du Père Loïc Dauger. Une statue est érigée dans cette grotte représentant Marie en train de prier.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne usine à chanvre a été classée au patrimoine et est maintenant protégée. Elle est située au lieu-dit "Launay". L'usine a été créée en 1876 sur un bâtiment préexistant. Culture très développée, le chanvre produit dans la région était réputé pour sa souplesse et sa résistance. La fabrication atteint son plein essor dans les années 1900. L'activité s’arrête dans les années 1921-1925.
  • Le château de Tricon au lieu-dit "Tricon" date du XIXe siècle même si le domaine de Tricon est cité dès le Xe siècle. C'était un fief relevant du duché de Châtellerault.
  • Le trésor d'Ouzilly fut découvert en deux temps au cours des années 2002 et 2005. Il est constitué de 414 monnaies. 42 monnaies étaient des statères en or allié et 372 drachmes en argent. Ces monnaies ont été attribuées à la tribu des Pictons. Le trésor a été vendu et dispersé dans des mains privées en 2009[14].
Drachme du Trésor d'Ouzilly

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque municipale située place de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. a, b et c Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  3. BRGM, Observatoire des Matériaux, mai 2013
  4. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. Office International de l'eau, 2014
  7. Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie
  8. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2012-2013
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  11. Étude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  12. a et b Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  13. a et b Agreste – Enquête Structure 2007
  14. Trésor