Ouville-la-Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouville-la-Rivière
Image illustrative de l'article Ouville-la-Rivière
Blason de Ouville-la-Rivière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Dieppe-1
Intercommunalité Communauté de communes Terroir de Caux
Maire
Mandat
Jacques Thélu
2014-2020
Code postal 76860
Code commune 76492
Démographie
Gentilé Ouvillais
Population
municipale
518 hab. (2014 en diminution de 6,83 % par rapport à 2009)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 25″ nord, 0° 57′ 37″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 74 m
Superficie 6,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Ouville-la-Rivière

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Ouville-la-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ouville-la-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ouville-la-Rivière

Ouville-la-Rivière est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Haute-Normandie, dans le département de la Seine-Maritime, Ouville-la-Rivière est un village français proche de Dieppe sur la bordure du pays de Caux. Tous les Mesnils est le principal hameau appartenant à Ouville-la-Rivière. Le bourg se trouve dans la vallée de la Saâne, un peu avant son embouchure. Le hameau est lui situé sur les hauteurs, dans la plaine d'Offranville, à l'est du village, relié à Ouville par la cavée Sainte-Apolline. Au sud-est se trouve aussi le Tessy, hameau séparé du village et très proche d'Ambrumesnil.

Trois rivières traversent Ouville : la Saâne, le Monceau et le Clapet. Ce dernier est alimenté par le lac du château, lui-même alimenté par une source qui donne une eau très limpide. La présence de ces cours d'eau explique le nom du village, mais aussi le nom que l'on pouvait trouver au siècle dernier sur les cartes postales : Ouville-les-Trois-Rivières.

De la cavée Sainte-Apolline jusqu'au Tessy s'étend un bois qui longe la route d'Offranville.

Jusqu'en 2015, la commune faisait partie du canton d'Offranville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village date de l'implantation du colon scandinave (vers le Xe siècle) : Ulfr "loup", nom qui survit dans le patronyme normand Ouf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles réalisées en 1854 par l'abbé Cochet sur les hauteurs du village ont mis au jour un cimetière franc, mais aussi des traces de constructions de type gallo-romain. Ceci prouve que le lieu est depuis longtemps habité, sûrement grâce à la présence de rivières mais aussi de la mer qui, sans les digues d'aujourd'hui, pouvait remonter jusqu'à Longueil, le village voisin.

La première mention d'Ouvilla date du XIe siècle à propos de l'église, mais le village même est cité pour la première fois vers 1150.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  Jean-Pierre Caron    
juin 1804 mai 1843 Antoine François Dupont de Tous-les-Mesnils    
juin 1843 mai 1844 Jean Levaillant    
mai 1844 juillet 1852 Jean-Baptiste Lesueur    
août 1852 mai 1856 Casimir Xavier Legras    
mai 1856 novembre 1870 Jean Édouard de La Bigne    
décembre 1870 décembre 1877 Édouard Alexandre Tassel    
janvier 1878 août 1903 François Bovin    
septembre 1903 octobre 1941 François Leclerc    
décembre 1941 mai 1944 Jules Hébert    
juin 1944 septembre 1944 Gustave Brimont    
septembre 1944 janvier 1965 Robert Boulet    
février 1965 mars 1989 Georges Paumier    
mars 1989 mars 2001 Odile Delgove    
mars 2001 en cours
(au 30 avril 2014)
Jacques Thélu    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2014, la commune comptait 518 habitants[Note 1], en diminution de 6,83 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : +0,48 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422 469 485 484 603 634 621 637 653
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682 693 638 630 666 668 628 607 599
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
606 608 603 596 616 649 609 650 691
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
674 642 645 609 634 602 590 556 518
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

On dénombrait 79 feux en 1738 et 90 feux en 1789[5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'[église Saint-Gilles http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/76/accueil_76492.htm], dont les plus anciennes parties datent du XIe siècle, est placée sur les hauteurs du village dans la côte Sainte-Appoline. Elle a été retravaillée aux XVIe siècle et XVIIIe siècle. À côté se trouve l'if de l'ancien cimetière qui est maintenant proche du millénaire. Les vitraux ont été restaurés par la maître verrier Isabelle Regnier durant les années 1990 lorsqu'elle résidait à Ouville.

Le château de Tous les Mesnils qui date du XVIIIe siècle. Il était le lieu de résidence des seigneurs de Tous-les-Mesnils, les Dupont des Mousseaux. Il est accompagné d'un colombier et d'une chapelle ainsi que de dépendances et d'une écurie.

Le château d'Ouville est aujourd'hui une grande habitation du village. Il a fort souffert durant la Seconde Guerre mondiale. Il remplace le château primitif détruit durant les guerres de religion au XVIe siècle.

Le manoir de Tessy (1582) demeure en grès et briques et son colombier (1587) fait aujourd'hui chambres et table d'hôtes. Comme le château d'Ouville, il est à la place d'un château plus ancien dont les fondations et d'anciennes traces ont été mis au jour par d'anciens propriétaires.

On dénombre cinq anciennes croix dans ce village : une devant le parvis de l'église; une autre en haut de la côte Sainte-Appoline qui est encore utilisé par certaines mères pour calmer les bébés lors de la pousse des dents selon de vieilles croyances ; une devant la vieille porte de Tous les Mesnils ; une le long de la route d'Offranville et une dans le cimetière.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Ouville-la-Rivière

Les armes de la commune de Ouville-la-Rivière se blasonnent ainsi :

Tiercé en pairle renversé: au 1er d’or à l’écusson de sable à la fasce d’argent chargée de trois croisettes de sable accompagnée de trois étoiles d’or percées du champ, au 2e de gueules à la biche saillante d’or onglée de sable, au 3e d’argent à trois burelles ondées d’azur surmontées d’une quintefeuille du même.

Création M. Jean François Binon, 2009.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gustave Flaubert venait parfois à Ouville-la-Rivière chez sa nièce dans une villa qui existe encore aujourd'hui et qui porte le nom de « Salammbô » en hommage à son auguste visiteur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  5. Maurice Millière, Ouville-la-Rivière, mon beau village, Édition Bertout, 1982.