Outrage (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Outrage.
Outrage
Description de cette image, également commentée ci-après
Outrage en 2017.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock, ska punk, europunk
Années actives Depuis 1996
Site officiel outrage.free.fr
Composition du groupe
Membres Charles
Yves
Fouancis
Jib's
Gniak
Bertrand
Ludo

Outrage est un groupe de punk rock européen, originaire des Pays de la Loire. Formé en 1996, il compte plus de 500 concerts en France et en Europe, aux côtés de Fishbone, Ska-P, Parabellum, Uncommonmenfrommars, Marcel et son Orchestre, Kargol's, Shakaponk, Les Sheriff, ZSK, La Ruda, Les Sales Majestés, Lofofora... Le groupe se tourne actuellement vers un style territorial qui illustre leur volonté d'élargir les frontières du punk rock, l'europunk.

Biographie[modifier | modifier le code]

Outrage en 2014.

Outrage est formé en 1996 au Mans, dans la Sarthe. Formé comme de nombreux autres sur les bancs du collège, le groupe s'étoffe et mute à force de millions d'heures de répètes et d'expulsions de locaux (caves, greniers, fermettes, locaux associatifs...)[1]. Leur premier EP, Persévérer !, est publié en 2000, et est bien accueilli par la presse spécialisée[2],[3]. C'est, dès le début, le DIY (Do It Yourself) qui caractérise le son et le groupe : « la musique, l'harmonie, le tempo, on voulait l'apprendre nous-même, sans structure qui nous aurait formaté en nous empêchant de faire nos propres erreurs ».

Après un premier album studio, Le Souffle des fous, publié en 2004, le groupe publie Irrécupérable, son deuxième opus, en 2005. Plusieurs chansons se retrouvent incluses dans des compilations à travers le monde[2]. Ces premiers longs formats leur permettent d'obtenir pour la première fois une distribution nationale avec Tripsichord. Les compositions électriquement dérangées de l'époque naviguent entre ska et punk rock et les destinations de plus en plus lointaines tombent de plus en plus vite. Dans les années qui suivent, le groupe cherche à se renouveler musicalement et effectue un virage artistique pendant la production de leur prochain album. Ils utilisent dès lors les orgues Hammond et autres machines[2]. Ils jouent entretemps à travers la France, la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas[2]. Vers cette période, le groupe joue avec d'autres groupes comme Archive, Shakaponk, et Les Ogres de Barback[4]. En 2008 sort l'album Court-circuit[5]. Ces albums entraînent alors le groupe hors de France à travers des tournées mythiques tant pour eux que pour leurs rencontres : « L'idée, c'est que le concert, c'est bien sûr le moment le plus attendu, mais ce n'est pas tout, il y a l'avant et surtout l'après. On a des souvenirs qui ne tiendraient pas dans un bouquin de 500 pages. De toute manière le livre serait censuré !! ».

Le 7 novembre 2011, le groupe publie l'album-concept Ryzhom, une compilation de face B et de nouvelles chansons traitant des thèmes de la révolte et de la recherche harmonique[2].Ryzhom se caractérise par des sonorités punk, rock, stoner et ska, avec quelques éléments de musique arabe et de heavy metal[4]. En 2013 sort le coffret DVD-CD Eldorado Pagaille. L'album comprend de nouveaux titres, une session live et un reportage filmé par le groupe[6]. Il fête en même temps, les 15 ans d'existence du groupe[2]. Concernant cet album, le groupe écrit qu'il « est le brûlot punk-rock de l’année 2013 : Outrage, farouchement indépendant et incorruptible, vous offre l’album le plus abouti de sa carrière[2]. »

La septième publication du groupe, Villa Rotenburg, sortie en mai 2017, marque un virage artistique vers un nouveau style, l'europunk. L'album est présenté par les membres du groupe de la manière suivante : « Rotenburg, ville industrielle en déclin du nord de l'Allemagne. C'est là-bas qu'on était perdu, à la recherche d'une salle de concerts qui ne semblait pas avoir d'existence. En fait on y était, la « Villa » était en face de nous, dans le sous-sol de l'une des innombrables maisons identiques de la banlieue grise : un squat autogéré par des Allemands et des expatriés de toute l'Europe. Concert dingue, after improbable sur fond de mix électro-tradi et surtout discussions en anglais, allemand, français, espagnol, italien voir russe (!?!). Le lendemain, tout était réglé : il nous fallait composer des morceaux redonnant vie aux musiques populaires européennes, en les modernisant, en les « punkisant ». Ce disque, c'est « mille fois la même mélodie, mille fois de manière unique », comme une invitation au voyage à travers l'Europe, mais pas n'importe laquelle : l'Europe libertaire, unique et multiple, anti-libérale et anti-fasciste, ouverte et fraternelle. » Onze titres chantés en français, anglais, allemand, italien, russe, espagnol, serbe, yiddish, roumain[7]...

Style musical et image[modifier | modifier le code]

Outrage en concert en 2016.

Après de nombreuses années à écumer les squats et les scènes de musiques actuelles[7], le groupe se tourne dans une nouvelle direction, le punk européen, ou europunk[7], un genre alliant les musiques traditionnelles de l'ensemble de l'Europe géographique (et non politique) avec leur style personnel de punk rock. Fortement marqués par la progression de l'extrême-droite partout en Europe[8] ainsi que par leurs tournées dans les réseaux anti-fa allemands[9], engagés contre l'augmentation des inégalités et la lobbycratie actuelle, farouchement indépendants, ce virage leur permet de chanter aussi bien en français qu'en anglais, espagnol, allemand, italien, serbe, roumain, russe, et yiddish[7]. Seuls maîtres à bord, ils ont choisis l’amateurisme par conviction et rejet du système musical actuel : d’autres possibilités existent.

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Persévérer ! (EP)
  • 2004 : Le Souffle des fous
  • 2005 : Irrécupérable
  • 2008 : Court-circuit
  • 2011 : Ryzhom
  • 2013 : Eldorado Pagaille
  • 2017 : Villa Rotenburg : europunksongs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Encyclopédie du Rock - Outrage », sur Rock Made in France (consulté le 18 juin 2017).
  2. a, b, c, d, e, f et g « Bienvenue au Mans … Venez découvrir avec nous l’univers décalé et libre du groupe Outrage ! », sur beatchronic.com (consulté le 18 juin 2017).
  3. « OUTRAGE - Ryzhom (Autoproduction/Mosaic) - 07/12/2011 @ 08h26 », sur VS-Webzine (consulté le 18 juin 2017).
  4. a et b « Outrage, Rhizom », sur IdolesMag, (consulté le 18 juin 2017).
  5. « Outrage est de retour », sur mowno.com, (consulté le 18 juin 2017).
  6. « Découverte du groupe Outrage au détour d’un concert près du Mans », sur live-webzine.com (consulté le 18 juin 2017).
  7. a, b, c et d « Bio », sur outrage.free.fr (consulté le 6 mai 2017).
  8. Outrage OFFICIEL, « antifa », (consulté le 6 mai 2017)
  9. Outrage OFFICIEL, « Germany Tour 2014 », (consulté le 6 mai 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]