Outarde kori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ardeotis kori

L'Outarde kori (Ardeotis kori) est une grande espèce d'oiseau appartenant à la famille des Otididae. Elle vit en Afrique. C'est l'oiseau capable de voler le plus lourd du monde.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau a une grande taille et une silhouette massive et trapue. Il possède des ailes et un dos bruns, des épaules blanches marquées de motifs écaillés noirs, un ventre blanc, un cou allongé et une tête grisâtres finement rayés de noir, des moustaches, un front et une crête noirs, des sourcils et un menton blancs, un bec étroit moyennement long et gris, des pattes allongées jaunâtres et des iris brun sombre. Les femelles sont plus petites et plus élancées que les mâles[1].

Le mâle mesure 110 à 130 cm de longueur pour une masse moyenne de 12,4 kg, cela dit les individus les plus lourds peuvent atteindre plus de 20 kg, ce qui fait de cette espèce l’oiseau volant le plus lourd du monde. Certains rapporteraient qu'il existe des spécimens atteignant jusqu'à 34 kg. Cela dit cela n'a jamais été prouvé et les spécialistes sont sceptiques devant la très grande différence entre les records authentifiés et ces records hypothétiques. La femelle mesure de 100 à 105 cm de longueur pour une masse moyenne de 5,7 kg. Elle mesure donc 20 % de moins que le mâle pour une masse de 50 à 75 % inférieure.

Comportement[modifier | modifier le code]

Outardes koris. À gauche: femelle, Parc national Kgalagadi, Afrique du Sud. À droite: mâle, Parc national d'Etosha, Namibie

Cette espèce est peu craintive et assez silencieuse. Elle se déplace lentement à la recherche de nourriture. Il n’est pas rare que des guêpiers se posent sur le dos des outardes koris pour chasser les insectes que ces dernières effraient en marchant dans les herbes. Comme dit plus haut cet oiseau est capable de voler. Il reste cependant principalement terrestre mais peut s'envoler assez loin en cas de danger imminent.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est omnivore mais plus carnivore que les autres outardes. Les insectes composent une grande part de son régime alimentaire, ainsi que les petits reptiles, les rongeurs, les jeunes pousses, les graines et les baies.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Cette espèce est polygyne. Lors de la parade, le mâle hérisse les longues plumes de son cou et gonfle son œsophage (pouvant atteindre 4 fois la taille ordinaire) lui donnant un aspect bulbeux très massif. Il pointe sa crête à la verticale et soulève sa queue contre son dos. Il déploie aussi ses ailes jusqu’au sol. Il produit aussi de lourds cris graves « oom-oom-oom ». Après s’être accouplé, le mâle cherche immédiatement une autre femelle. Cette dernière s’occupera du nid (une simple cuvette creusée dans le sol) où elle pondra 1 ou 2 œufs (olive pâle tachetés de brun) et de l’incubation (23 ou 24 jours). Les poussins sont nidifuges et suivent donc la femelle. Ils atteindront leur maturité sexuelle à 2 ans au plus tôt.[2]

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau affectionne les savanes arides et semi-arides, les prairies, avec des arbres et des broussailles disparates.

Répartition[modifier | modifier le code]

Deux populations isolées existent :

Conservation[modifier | modifier le code]

Espèce assez peu commune, bien que non menacée actuellement, elle devient rare dans certaines zones où elle est en concurrence avec les hommes qui transforment les zones de savanes où elle vit, en terres agricoles ou en élevage. Elle se reproduit par contre assez bien dans les zoos. Donc elle n’est pas encore classée comme espèce dite quasi-menacée (NT – Near threatened)[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Birds of Africa south of the Sahara, Ian Sinclair, Peter Ryan, Struik Publishers, page 147
  2. http://nationalzoo.si.edu/Animals/Birds/Facts/FactSheets/fact-koribustard.cfm
  3. Birds of Africa south of the Sahara, Ian Sinclair, Peter Ryan, Struik Publishers, page 146
  4. * del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1996) Handbook of the Birds of the World, Volume 3, Hoatzin to Auks. BirdLife International, Lynx Edicions, Barcelona, 821 p

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]