Oussama Ammar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oussama Ammar
Oussama Ammar en decembre 2021.jpg
Oussama Ammar en décembre 2021
Biographie
Naissance
Nationalités
Domicile
Activités
Autres informations
Condamné pour
Œuvres principales

Oussama Ammar est un entrepreneur et business angel franco-libanais né le à Beyrouth (Liban).

En 2013, il fonde l'incubateur d'entreprises The Family avec Alice Zagury et Nicolas Colin, qu’il quitte fin 2021 à la suite de soupçons pesant contre lui sur des charges d’abus de confiance, de faux et d’usage de faux et de blanchiment.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

À l'âge de deux ans, il quitte le village de Meiss el-Jabal (Sud-Liban) avec sa mère pour Kinshasa (République démocratique du Congo). Son demi-frère Hussein Ali Jaber s'y lance dans la production de chaussures[1]. Oussama est expulsé du pays trois ans plus tard et part avec sa mère en France à Tours (Indre-et-Loire), où cette dernière obtient un permis de séjour et travaille en tant que femme de ménage. À 12 ans, il fonde Sekalok, société de développement de sites internet qu'il immatricule en Uruguay, où la législation autorise un mineur à diriger une entreprise[2]. Il crée entre autres un site de revente d'antiquités en ligne qu'il revendra 8 000 €. Après le lycée, il commence des études de philosophie à l'Université de la Sorbonne qu'il ne finira pas. À 19 ans, il revend un programme de récupération de fichiers PDF à un fonds d'investissement basé à Hong Kong[3]. Il travaillera ensuite pour ce dernier en tant que consultant.

Carrière[modifier | modifier le code]

Hypios[modifier | modifier le code]

En 2008, il cofonde avec Jérémie Bertrand la société Hypios, qui organise des compétitions de résolutions de problèmes en ligne. Des entreprises y mettent à contribution des chercheurs pour trouver des réponses à leurs problèmes de R&D. En 2011, la société fait faillite[4].

Be Sport[modifier | modifier le code]

De juin à , il est directeur général de la société Be Sport Inc., un réseau social consacré au sport.

The Family[modifier | modifier le code]

Contacté par Alice Zagury qui dirige l'incubateur Le Camping, il y donne des cours et encadre des étudiants. En 2013, il co-fonde avec elle et Nicolas Colin The Family, un incubateur de startups inspiré de Y Combinator, qui conseille et met en réseau des startups numériques en échange d’un faible pourcentage de leur capital. En 2015, il y reçoit notamment Emmanuel Macron (alors Ministre de l'Économie) pour débattre avec George Osborne.

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Affaires classées[modifier | modifier le code]

Affaire Hypios[modifier | modifier le code]

En , il est congédié par les actionnaires de Hypios[4], le commissaire aux comptes de la société ayant relevé que « de nombreuses dépenses à caractère personnel ont été effectuées par le président fondateur au cours de l’exercice, ainsi que de nombreuses opérations visant à favoriser une société dans laquelle celui-ci avait un intérêt ». Les sommes évoquées sont évaluées à 200 000 euros environ[5]. En , une transaction tenue secrète met fin au conflit entre actionnaires.

Affaire BeSport[modifier | modifier le code]

Estimant qu'il a utilisé près de 150 000 euros « à des fins étrangères à l’utilité sociale de l’entreprise », notamment pour un contrat de sponsoring passé avec et LeWeb[5], Be Sport porte plainte contre lui. Après la signature d'un protocole transactionnel pour mettre fin à ce litige, Be Sport se désiste, mais en Oussama Ammar est néanmoins condamné à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine)[1].

Procédures judiciaires en cours[modifier | modifier le code]

Affaire The Family[modifier | modifier le code]

A partir d'octobre 2021, Oussama Ammar est soupçonné par le conseil d'administration de The Family d'avoir détourné plus de 3 millions d'euros sur une enveloppe collectée en 2019-2020 et destinée à être investie dans diverses cibles aux États-Unis.

Alors qu’il avait annoncé avoir quitté The Family en novembre 2021 pour orienter sa carrière sur le Web3, il aurait plutôt été remercié et forcé à démissionner par ses associés[6] après la découverte de ces malversations.

The Family a engagé ensuite plusieurs actions aux Îles Caïmans[7], en France et en Angleterre, dont une procédure pénale lancée à Paris le 23 mars 2022 pour abus de confiance, faux et usage de faux et blanchiment [6].

Dans le cadre de la procédure aux Îles Caïmans, les actifs détenus par Oussama Ammar et ses holdings personnelles ont fait l'objet d'une ordonnance de saisie conservatoire dans le monde entier, rendue le 15 mars 2022[6]. Il a par la suite été condamné à une amende de 150 000 $CI pour outrage au tribunal, faute d'avoir consenti à révéler l'état de son patrimoine[7].

Dans le même contexte, la société Thelema, immatriculée au greffe du Tribunal de commerce de Lisieux[8], dirigée par Oussama Ammar et dont il est actionnaire majoritaire, a été placée sous administration provisoire aux termes d'une ordonnance en référé rendue le 3 août 2022[9]. Cette société possède un gîte de luxe dit "Le Petit Manoir"[10], d'une valeur estimée à 2 millions d'euros et dont la construction est contemporaine des détournements soupçonnés, ainsi qu'un investissement de 1,235 million d'euros dans la société Le Domaine d'Ablon[9], dont Oussama Ammar est partenaire[11] et qui exploite le domaine adjacent au Petit Manoir.

Une plainte a également été déposée à Londres le 6 juillet 2022, visant notamment des actes de gestion d'Oussama Ammar en tant que dirigeant de The Family, co-gérant de son portefeuille d'actifs et fournisseur de services stratégiques aux entités du groupe[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il possède deux holdings personnelles immatriculées à Hong-Kong[6].

Le , il est nommé au sein du Global Tech Panel créé par la Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Federica Mogherini[5].

Il réside désormais à Dubaï, aux Émirats arabes unis, où il souhaite lancer activement sa nouvelle activité dans le Web 3 [13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Oussama Ammar, la face cachée d'un gourou de la tech », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Cyrille NÊME, « Oussama Ammar, itinéraire d’un « barbare » précoce - Cyrille NÊME », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « D'étudiant en philosophie à investisseur, Oussama Ammar de TheFamily revient sur son parcours », sur Wamda, (consulté le )
  4. a et b Alice Maruani, « Tu ne le sais pas encore mais tu veux qu’Oussama Ammar pose son regard sur toi », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a b et c « Oussama Ammar, les deux visages d’un gourou de la French Tech », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a b c et d Jamal Henni, « L’incubateur The Family attaque en justice son co-fondateur Oussama Ammar » Accès libre, Capital, (consulté le ).
  7. a et b (en-US) David Marchant, « The Family (Global Godfathers) SPC v. Oussama Ammar et al: Writ of Summons - OffshoreAlert », (consulté le )
  8. « THELEMA (ABLON) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 851220053 », sur www.societe.com (consulté le )
  9. a et b Jamal Henni, « L'incubateur The Family liquide sa filiale française », sur Capital.fr, (consulté le ).
  10. « Un nouvel espace de séjour au Domaine d’Ablon », sur Le domaine d'ablon : Suites et gîtes de luxe en Normandie (consulté le )
  11. « Notre histoire », sur Le domaine d'ablon : Suites et gîtes de luxe en Normandie (consulté le )
  12. (en) « French Startup Brings Legal Fight Against Founder To UK - Law360 », sur www.law360.com (consulté le )
  13. « Oussama Ammar rejoint le monde des cryptomonnaies », sur zonebitcoin, (consulté le )