Ourim et Thoummim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la culture juive ou le judaïsme
Cet article est une ébauche concernant la culture juive ou le judaïsme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dans la Bible hébraïque, l’Ourim et le Thoummim sont des éléments du pectoral[1] porté par le Grand prêtre d'Israël. Ils sont généralement considérés comme des objets ayant trait à l'art de la divination mais aucune description de leur aspect ne figure dans la Bible . En hébreu, le mot ourim signifie lumières, et thoummim, perfections, parfois traduit par vérité. Les érudits juifs les décrivent comme un « instrument qui servait à donner la révélation et à déclarer la vérité »[2]

Extraits de la Bible s'y rapportant[modifier | modifier le code]

  • Exode 28:30 : « Tu joindras au pectoral du jugement l'urim et le thummim, et ils seront sur le cœur d'Aaron, lorsqu'il se présentera devant l'Éternel. »
  • Lévitique 8:8 : « Il lui mit le pectoral, et il joignit au pectoral l'urim et le thummim. »
  • Nombres 27:21 : « Il se présentera devant le sacrificateur Éléazar, qui consultera pour lui le jugement de l'urim devant l'Éternel. »
  • Deutéronome 33:8 : « Sur Lévi il dit : Les thummim et les urim ont été confiés à l'homme saint, Que tu as tenté à Massa, Et avec qui tu as contesté aux eaux de Meriba. »
  • 1 Samuel 28:6 : « Saül consulta l'Éternel ; et l'Éternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l'urim, ni par les prophètes. »
  • Esdras 2:63 : « et le gouverneur leur dit de ne pas manger des choses très saintes jusqu'à ce qu'un sacrificateur ait consulté l'urim et le thummim. »
  • Néhémie 7:65 « et le gouverneur leur dit de ne pas manger des choses très saintes jusqu'à ce qu'un sacrificateur eût consulté l'urim et le thummim. »

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Les mots Ourim et Thoummim, en hébreu, apparaissent sur le blason de l'université américaine Yale, où ils ont figuré depuis 1736[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le pectoral est une pièce de vêtement porté par le souverain sacrificateur selon la Loi de Moïse (voir Ex. 28:13-30 ; 39:8-21). Il était fait de lin et portait douze pierres précieuses.
  2. John M'Clintock and James Strong, Cyclopedia of Biblical, Theological, and Ecclesiastical Literature, 1867-1881, "Urim and Thummim"
  3. (en) « Display looks at... the Yale seal » Retrieved on 27 October 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]