Ouragan Rafael (2012)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouragan Rafael
{{#if:
Rafael le 16 octobre 2012 passant à l'est de Bermudes
Rafael le 16 octobre 2012 passant à l'est de Bermudes

Apparition 12 octobre 2012
Dissipation 17 octobre 2012

Catégorie maximale Ouragan catégorie 1
Pression minimale 969 hPa
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
150 km/h

Dommages confirmés 2$ millions
Morts confirmés 1
Blessés confirmés

Zones touchées Petites Antilles, Bermudes, Terre-Neuve (Canada)

Trajectoire de l'ouragan Rafael
Trajectoire de l'ouragan Rafael
Échelle de Saffir-Simpson
D T 1 2 3 4 5
Saison cyclonique 2012 dans l'océan Atlantique Nord

L’ouragan Rafael (et non Raphaël) est le dix-septième cyclone tropical de la saison cyclonique 2012 dans l'océan Atlantique Nord et le neuvième à avoir atteint le stade d'ouragan. Provenant d'une onde tropicale ayant quitté la côte ouest de l'Afrique le 5 octobre, il est devenu une tempête tropicale le 12 et un ouragan de catégorie 1 de l'échelle de Saffir-Simpson le 15. Il a frappée les Petites Antilles, particulièrement durement la Guadeloupe les 13 et 14 octobre, avant de se diriger vers le nord et frôler les Bermudes le 16 octobre. Il est passé au stade post-tropical en soirée du 17 octobre, loin au sud-est de Terre-Neuve (Canada), avant d'être capturé par une dépression des latitudes moyennes dans l'Atlantique Nord. Une personne fut portée disparue à Basse-Terre (Guadeloupe).

Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

Une onde tropicale quitta la côte africaine le 5 octobre[1]. Le 8 octobre, elle développa une centre dépressionnaire et des bandes de orageuses allongées à mi-chemin entre les îles du Cap-Vert et les Antilles[2]. Le système est suivi par le National Hurricane Center des États-Unis sous le nom de 98L à 200 km à l'est-sud-est de la Dominique. Les vents sont estimés alors à 65 km/h, se déplaçant vers le nord-nord-ouest à 19 km/h avec une pression de 1 006 hPa. Dès le 10 octobre, le système était associé avec des vents assez forts dans son quadrant nord et le 12, il atteignit Sainte-Lucie[3],[4].

Tempête tropicale Rafael le 15 octobre octobre à 14 h 50 UTC encore près de la Guadeloupe

Plus tard ce même jour, des avions de reconnaissances confirmèrent que le système avait une circulation cyclonique fermée à 200 km au sud-ouest de la Dominique, ce qui incita le NHC à la déclarer une tempête tropical, lui donnant le nom de Rafael. La plus forte zone d'orages avec la tempête se trouvait dans son quadrant sud-est à cause du cisaillement des vents en altitude près de Porto Rico qui l'empêchait de s'organiser symétriquement[5].

Le 13 octobre, Rafael prit une trajectoire très lente vers le nord-ouest et le 15 à 22 h 45 UTC, il devint un ouragan de catégorie 1 avec des vents de 120 km/h[6]. Le 16 octobre, Rafael courba vers le nord en accélérant. Il passa à 215 km à l'est des Bermudes en soirée, se déplaçant alors à 46 km/h vers le nord-nord-est. Sa pression centrale était de 970 hPa et ses vents soutenus de 140 km/h[7].

Après deux jours passés au niveau d'ouragan, le soir du 17 octobre Rafael transita directement à dépression post-tropicale alors qu'il se trouvait à 760 km au sud-est de Halifax (Nouvelle-Écosse), poursuivant sa route vers le nord-est à 56 km/h. Bien que les vents maximaux furent toujours de 120 km/h, il s'était transformé avec un système frontal des latitude moyennes[8]. Ce puissant cyclone extratropical accéléra en direction du centre de l’Atlantique nord tout en perdant de son intensité avant d'être absorbé par une autre dépression des latitudes moyennes.

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Une alerte cyclonique fut émise pour toutes les îles de l'arc antillais. Météo-France a de plus émis une vigilance orange pour la Martinique, Saint-Martin et la Guadeloupe qui fut rehaussée à rouge le 14 octobre[9],[10]. La préfecture invita la population à faire preuve de prudence et de vigilance en évitant de circuler sur les routes sans nécessité absolue, de franchir les gués inondés même en véhicule tout terrain, de rester à l'écoute des différents médias et d'utiliser le téléphone portable pour rapporter toute situation d'urgence.

Les Bermudes furent mises préventivement en alerte cyclonique. Un secteur maritime à l’extrême sud-est des Grands Bancs de Terre-Neuve (Canada) fut mis en avertissement de vents d'ouragan le 17 octobre, mais aucun secteur de l'île elle-même[11].

Impacts[modifier | modifier le code]

Antilles[modifier | modifier le code]

Martinique[modifier | modifier le code]

Toute la journée du 12 au 13 octobre, la Martinique a subi de très fortes précipitations, des cumuls de pluie allant jusqu'à 180 mm ont été relevés. Ces pluies causèrent des inondations, particulièrement dans la partie sud de l'île[12].Aux Anses-d'Arlet, la voiture d'un automobiliste et de son épouse fut emportée par la crue. Ils purent regagner la terre ferme mais leur voiture s'est retrouvée dans la mer[13]. Tandis que pour le vent, des rafales de force Tempête soufflant jusqu'à 70 km/h ont été relevées sur la presqu'île de la Caravelle.

Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Toute la nuit du 13 et le 14 octobre, des pluies diluviennes venant de la tempête tropicale Rafael se sont abattues sur la Guadeloupe. Selon Météo-France, il est tombé 100 à 150 mm de pluie sur Basse-Terre en 3 heures, de 200 et 300 mm en 48 heures. Sur Grande-Terre, il est tombé de 100 à 200 mm[10]. Le tout a causé des inondations, des glissements de terrains, des maisons inondées et une jeune femme fut portée disparue alors que son automobile fut emportée par les flots en essayant de traverser un gué à Matouba à Saint-Claude[14]. Le cumul des pluies du cyclone a décimé 60 à 80 % des plantations sur la Grande-Terre[réf. nécessaire]. De nombreux impacts de foudre causèrent des incendies et des coupures d'électricité. Les routes de Rivière-Sens de Basse-Terre à Vieux-Fort et celle des Mamelles furent fermées, des portions furent jonchées terre et de pierres.

Porto Rico[modifier | modifier le code]

Plusieurs endroits subirent des inondations à Porto Rico, dont la route 2 entre Manati et Vega Baja et des maisons à Toa Alta High. Quelques arbres furent brisés par les vents[15].

Saint-Christophe-et-Niévès[modifier | modifier le code]

Sur l'île de Saint-Christophe, les fortes pluies causèrent le débordement de la rivière à Basseterre qui inonda une partie du centre-ville[16]. Le service météorologique du pays rapporta 136 millimètres (5,35 po) de pluie à Saint-Christophe en 24 heures, du 13 au 14 octobre, et 301,5 millimètres (11,87 po) au total du 12 au 14[17]. Les vents renversèrent quelques arbres et panneaux de signalisation sans plus. Selon les autorités, malgré les inondations aucun dommage structurel ne fut rapporté mais les boues et les débris jonchèrent les rues et le terminal du traversier. Des pannes électriques et au système de distribution de l'eau furent aussi notées. Quelques automobilistes durent être rescapés de leur véhicule pris dans la crue mais aucun ne furent blessés[17].

Bermudes[modifier | modifier le code]

soir le 16 octobre, les Bermudes subirent des vents forts et de la pluie. Selon le service météorologique, il est tombé 1,65 pouces (42 mm) de pluie en six heures, les vents maximaux atteignirent 45 nœuds (83 km/h) à l'aérodrome de Saint-George juste avant h locale et 42 nœuds (78 km/h) au port avec des rafales à 55 nœuds (102 km/h). Malgré les grandes marées automnales, aucun débordement côtier majeur ne fut signalé selon la police et les pompiers[18]. Le ministre de la sécurité publique, Wayne Perinchief, déclara que les impacts furent mineurs sur les îles : panne de courant pour environ 400 maisons, aucune inondation ou autres dommages significatifs[19].

Terre-Neuve (Canada)[modifier | modifier le code]

Sur Terre-Neuve, il n'est tombé que 6 mm à Cape Race, le point le plus à l'est de l'île. Cependant, la tempête post-tropicale a traversé les Grands Bancs et ses vents générèrent une onde de tempête qui s'ajouta à la marée pour donner une surcote sur les côtes à Placentia et sur la péninsule d'Avalon le jour suivant[20]. À Trepassey, sur la côte sud de la péninsule, les vagues déferlèrent sur la côte et détruisirent le brise-lame en trois endroits, permettant aux eaux d'atteindre la route. Celle-ci fut coupée sur 9 mètres, l'asphalte fut soulevée par la pression sur un demi kilomètre et de grosses pierres se retrouvèrent sur la chaussée. La région fut seulement accessible par véhicule tout-terrain jusqu'aux réparations qui furent estimées entre 1 et 2 millions de dollars canadiens[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mike Formosa, « Tropical Weather Discussion », sur National Hurricane Center,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  2. (en) Robbie Berg, « Tropical Weather Outlook » [txt], sur National Hurricane Center,‎ 8 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  3. (en) Stacy Stewart, « Tropical Weather Outlook » [txt], sur National Hurricane Center,‎ 10 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  4. (en) Eric Blake, « Tropical Weather Outlook » [txt], sur National Hurricane Center,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  5. (en) Michael Brennan, « Tropical Storm Rafael Special Discussion Number 1 », sur National Hurricane Center,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  6. (en) Pasch et Berg, « Hurricane Rafael Tropical Cyclone Update », sur National Hurricane Center,‎ 15 octobre 2012 (consulté le 16 octobre 2012)
  7. (en) Pasch, « Hurricane Rafael Advisory Number 18 », sur National Hurricane Center,‎ 16 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  8. (en) Brown, « Hurricane Rafael Advisory Number 21 », sur National Hurricane Center,‎ 17 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  9. « Tempête Rafaël : alerte orange sur les Antilles françaises », Actualités, sur La Chaîne Météo,‎ 13 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  10. a et b « La Guadeloupe en vigilance rouge dans le sillage de la tempête tropicale Rafael », sur Le Nouvel Observateur,‎ 14 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  11. Centre canadien de prévision d'ouragan, « Bulletin d’information sur les cyclones tropicaux : ouragan Rafael », Service météorologique du Canada,‎ 17 octobre 2012, h 45 UTC (consulté le 18 octobre 2012)
  12. « La Martinique est placée en vigilance orange pour fortes pluies et orages », sur People-Bokay,‎ 13 octobre 2012
  13. « Emportés dans la mer par les crues mais... indemnes ! », sur France-Antilles,‎ 13 octobre 201 2 (consulté le 19 octobre 2012)
  14. « Le sud Basse-Terre très touché par la tempête Rafaël », sur France-Antilles,‎ 14 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  15. (en) « Preliminary Storm » (consulté le accessdate = 17 octobre 2012)
  16. (en) « Rafael becomes hurricane as it churns toward Bermuda », sur CNN,‎ 16 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  17. a et b (en) LK Hewlett, « SKN Recovering from Effects of TS Rafael », The St. Kitts-Nevis Observer,‎ 19 octobre 2012 (lire en ligne)
  18. (en) Elizabeth Roberts, « Hurricane Rafael spares Bermuda », The Royal Gazette, Hurricane Rafael spares Bermuda,‎ 17 octobre 2012 (lire en ligne)
  19. (en) Elizabeth Roberts, « Bermuda buffeted by wind, rain from passing Rafael », BusinessWeek (Nouvelles), Bloomberg LP,‎ 17 octobre 2012 (lire en ligne)
  20. Centre canadien de prévision d'ouragan, « Bulletin d’information sur les cyclones tropicaux : ouragan Rafael », Service météorologique du Canada,‎ 18 octobre 2012, 11 h 45 UTC (consulté le 18 octobre 2012)
  21. (en) « Newfoundland town hit by Rafael damage », sur CBC News, Société Radio-Canada,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 20 octobre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Saison cyclonique 2012 de l’océan Atlantique
A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   R   S   T  
Échelle de Saffir-Simpson
D T 1 2 3 4 5