Daniel Ouezzin Coulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ouezzin Coulibaly)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant ivoirien
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique ivoirien et un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulibaly.
Daniel Ouezzin Coulibaly
Nom de naissance Daniel Ouezzin Coulibaly
Alias
Le Lion du RDA
Naissance
Pouy, Haute-Volta (désormais Burkina Faso)
Décès
Paris, France
Nationalité Voltaïque, citoyen de l'Union française
Profession
Professeur de psychologie, Surveillant Général à l'Ecole William Ponty de Dakar
Autres activités
Famille
Marié à Macoucou Traoré (née 1914); 7 enfants

Daniel Ouezzin Coulibaly, né en 1909 et mort en 1958, est un homme politique voltaïque[1]. En 1930 il épouse Makoukou Traoré. L'année d'après il se convertit au christianisme avec son épouse qui prend alors le nom de Célestine Ouezzin Coulibaly[2].

Le 10 novembre 1946, il est élu député et représente le territoire de Côte d'Ivoire au parlement français en même temps que Félix Houphouët-Boigny, qui avait au préalable été élu député de la Côte d'Ivoire à la première assemblée constituante française le , et Philippe Zinda Kaboré.

Non réélu en 1951, il est, de 1953 à 1956, sénateur du territoire de la Côte d'Ivoire[3].

Lors des élections législatives du 2 janvier 1956 à l'Assemblée nationale française, il est, avec Félix Houphouët-Boigny, l'un des deux députés élus pour représenter la Côte d'Ivoire.

En 1958, il devient président du conseil de gouvernement de la Haute-Volta, conseil mis en place par la loi-cadre Defferre, puis vice-président de la République de Haute-Volta[4].

Hommage[modifier | modifier le code]

Dans les années 1940, le stade Ouezzin-Coulibaly est construit à Bamako.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages :

  • Ouezzin Coulibaly, Le Lion du RDA, Semi-Bi Zan, Éditions Puci, 1995,
  • Combat pour l'Afrique 1946-1958, Claude Gérard; Les Nouvelles Éditions Africaines 1988
  • Légendes et Histoires des Peuples du Burkina Faso, Salfo-Albert Balima, JA Conseil 1996
  • Un combattant pour une Afrique Nouvelle: Le Président Daniel Ouezzin Coulibaly 1909-1958, Salfo-Albert Balima
  • Cahier de la Fondation Félix Houphoüet-Boigny - Daniel Ouezzin Coulibaly, le Lion du RDA, Doudou Guèye; Inter Afrique Presse, 1977

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Haute-Volta s'appelle désormais Burkina Faso. Entre 1932 et 1947, la Côte d'Ivoire inclut l'actuel Burkina Faso, la colonie de Haute-Volta ayant été supprimée le et son territoire partagé entre la Côte d'Ivoire, le Soudan français et le Niger. De 1947 à 1960, le territoire est cependant reconstitué.
  2. (en) Kathleen E. Sheldon, Historical Dictionary of Women in Sub-Saharan Africa, Lanham, Scarecrow Press, , 405 p. (ISBN 0-8108-5331-0, lire en ligne)
  3. senat.fr
  4. Merneptah-Noufou Zougmoré, « Daniel Lazare Ouezzin Coulibaly : L’homme qui crut au RDA », Mutations, no 37,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]