Ouang Te Tchao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ouang Te Tchao ou Wang Dezhao, né en Chine le 20 décembre 1905 et mort en Chine le 28 décembre 1998, est un physicien chinois, spécialiste en acoustique et en électronique. Il a aussi travaillé sur la radioactivité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Guanyun, dans la province de Jiangsu, en Chine, en 1905. Il a été diplômé du département de physique de l'université de Pékin en 1928[1].

Grand chercheur et physicien, élève de Paul Langevin, Wang Dezhao arrive en France dans les années 1930 pour étudier la physique et la chimie sous le pseudonyme de Ouang Te Tchao.

La destinée de Wang Dezhao a été surprenante. Jeune chercheur physicien, il arrive à Paris en 1934. Entré sous le nom de Ouang Te Tchao, dans le laboratoire de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles que dirige le Pr Paul Langevin, il devient l’un de ses meilleurs chercheurs et son fidèle ami. Des relations inattendues avec sa famille chinoise, les hasards de la vie, les catastrophes entrecoupées de miracles qui émaillent son existence, font de lui le témoin précieux de nombreux épisodes de l’Histoire depuis le début du XXe siècle.

Son livre sur l'électrisation des particules en suspension dans les gaz, publié en 1941, a été dédicacé « À Monsieur et Madame André Langevin, très cordial souvenir ». Il est dédié à Paul Langevin[2].

Ouang Te Tchao est retourné en Chine en 1956, où il a effectué la suite de sa carrière. À partir des années 1960, il a participé à la construction socialiste chinoise. Il a été directeur général du bureau d'équipement de l'Académie chinoise des sciences, directeur du Laboratoire de séparation isotopique de l'Institut d'énergie atomique, directeur associé de l'Institut d'électronique, puis directeur de l'Institut d'acoustique pendant vingt ans. Il a dirigé aussi un groupe de recherche de propagation acoustique sous-marine. Il a obtenu plusieurs prix scientifiques, dont le National Natural Science Award et le Prize for Important Scientific and Technological Achievements, respectivement en 1982 et 1989[3]. Il était membre de l'Académie chinoise des sciences et du Parti communiste chinois.

Il est décédé à 94 ans le 28 décembre 1998 en Chine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouang Te Tchao, Action des rayons β de 204Tl et de 90Sr sur les films photographiques ordinaires, in Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, 1946, p. 800, en collaboration avec Éliane Montel, présenté par Jean Cabannes, lire en ligne
  • Ouang Te Tchao, Sur l'analyseur de Paul Langevin pour l'étude de mobilités des ions gazeux, en collaboration avec Éliane Montel, présenté par Frédéric Joliot, Journal de physique et du radium, t. 10, 1949, lire en ligne
  • Ouang Te Tchao, Sur un électromètre monofilaire de grande sensibilité, en collaboration avec Éliane Montel et P. Pannetier, Journal de physique et du radium, t. 14, 1953.
  • Ouang Te Tchao, Sur la mobilité des ions dans l'air, avec Éliane Montel, Journal de physique et du radium, t. 15, 1954.
  • Ouang Te Tchao, Recherches sur l'électrisation des particules en suspension dans les gaz - au moyen des ions produits par les rayons X ou par des corps radioactifs, Annales de Physique, 1941 (sujets du livre : théorie de l'équilibre entre gros ions et petits ions, étude de la formation des gros ions en fonction du nombre de particules, étude de la variation du nombre de gros ions en fonction de l'intensité ionisante, étude expérimentale de la formation des gros ions en fonction de la grosseur des particules en suspension, coefficient de formation des gros ions, considérations théoriques sur le coefficient de formation, équilibre entre les ions atmosphériques, spectre de mobilité des gros ions), lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Sonia Zak, Ouang Te Tchao, le chinois de P.C., Éditions Causette, 2000, en français[4].
  • Liu Tian Ming et Liu Zhen Kun, Twentieth century, the famous scientist book series: Wang Dezhao, 1991, en chinois[5].

Références[modifier | modifier le code]