Otto Nicolai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolai.
Otto Nicolai
Description de l'image Otto_Nicolai.jpg.
Naissance
Königsberg, Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Décès (à 38 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Activités annexes Kapellmeister
Maîtres Carl Friedrich Zelter

Œuvres principales

Carl Otto Ehrenfried Nicolai (né le à Königsberg, aujourd'hui Kaliningrad en Russie – mort le à Berlin) est un compositeur romantique allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant prodige, Otto Nicolai apprend dans un premier temps le piano avec son père. À l'âge de 16 ans, il fugue et se rend à Berlin étudier auprès de Carl Friedrich Zelter. Il connaît plusieurs succès en Allemagne, par ses compositions (avec sa Première symphonie en 1831) et, dans des concerts publics, par ses dons d'interprète.

En 1833, il est nommé organiste à la chapelle de l'ambassade de Prusse à Rome. Il est ensuite nommé Kapellmeister à Vienne en 1837, dont il devient rapidement une figure importante de la vie musicale. En 1844, on lui propose de succéder à Felix Mendelssohn à Berlin, mais il n'y retournera que la dernière année de sa courte vie.

Le , son chef-d'œuvre, l'opéra Les Joyeuses commères de Windsor, d'après Shakespeare, est représenté au Hofoper de Berlin. Nicolai veut innover en créant un opéra débarrassé des influences italiennes et prussiennes. On y sent toutefois les influences de Rossini et de Carl Maria von Weber. Le 11 mai de la même année, deux jours après avoir été nommé directeur musical de l'Opéra de Berlin (Hofkapellmeister du Staatsoper Berlin[1]), il meurt d'une attaque. Le même jour, il avait été élu membre de l'Académie royale de Prusse.

Otto Nicolai fut aussi un des créateurs de l'orchestre philharmonique de Vienne.

On lui doit cinq opéras. Outre Les Joyeuses commères de Windsor, adapté du drame de Shakespeare, il est l'auteur d'un très important Il Templario (en français : « Le templier », 1840), dont le livret est tiré d’Ivanhoé de Walter Scott. L'œuvre a été créée la même année que La Vestale de Saverio Mercadante et Saffo de Giovanni Pacini.

Il a laissé aussi des lieder, de la musique pour orchestre, pour chœur et des sonates.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Operas[modifier | modifier le code]

Titre Genre Actes Livret Composition Date de création Lieu de création
La figlia abbandonata (« La Fille abandonnée »)     1837 inachevé  
Rosmonda d'Inghilterra (donné sous le titre de : Enrico II, lors de la première représentation) melodramma serioso (« mélodrame sérieux ») 2 actes Felice Romani 1837–1838 26 novembre 1839 Trieste, Teatro Grande
Il templario (« Le Templier ») melodramma 3 actes Girolamo Maria Marini, d'après Walter Scott 1839–1840 11 février 1840 Turin, Teatro Regio
Gildippe ed Odoardo[2] melodramma 3 actes Temistocle Solera 1840 26 décembre 1840 Gênes
Il proscritto (« Le Proscrit »)   3 actes Gaetano Rossi 1841 13 mars 1841 Milan, La Scala
Die Heimkehr des Verbannten (« Le Retour de l'exilé », révision de Il proscritto) tragische Oper 3 actes Siegfried Kapper 1843 3 février 1844 Vienne, Theater am Kärntnertor (« Théâtre de la Porte de Carinthie »)
Der Tempelritter (« Le Chevalier du Temple », révision de : Il templario)   3 actes Siegfried Kapper 1845 20 décembre 1845 Vienne, Theater am Kärntnertor (« Théâtre de la Porte de Carinthie »)
Die lustigen Weiber von Windsor komische-fantastische Oper 3 actes Salomon Hermann Mosenthal, d'après The Merry Wives of Windsor de William Shakespeare 1845–1846 9 mars 1849 Berlin, Königliche Hofoper

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Littéralement : « Maître de chapelle de la cour, à l'Opéra d'État de Berlin » (l'expression « maître de chapelle » s'est éloignée, en allemand, de son sens exclusivement religieux et a pris une signification plus générale).
  2. Cf. « La Jérusalem délivrée, poème du Tasse »

Liens externes[modifier | modifier le code]