Otto Dobrindt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Otto Dobrindt
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Otto Dobrindt né le à Henkendorf (Prusse-Occidentale), aujourd'hui Hanki (en Pologne) et mort à Berlin le , est un chef d'orchestre, arrangeur de musique légère et compositeur de musique de film allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dobrindt a commencé comme gérant des différentes labels de disques du groupe Carl Lindström (en) AG (Odeon, Parlophone et Beka), dont il était le directeur en chef. À partir de 1925, il prend sous divers pseudonymes (notamment saxophone orchestre Dobbri, Odeon Dance Orchestra, Wiener Bohème Orchestra, Dobbri, Robert Renard, Eddie saxonne, Frank Sandler, Eric Harden, Götz Höhne, Horst Platen[1]) ses propres productions dans différents styles qui va du swing à la musique légère classique. L’Orchestre Otto Dobrindt a accompagné de nombreuses stars de cinéma de la firme UFA par des enregistrements de disques ; par exemple, Lilian Harvey (1931–1932), Willy Fritsch et Hans Albers. Dobrindt a réalisé l'enregistrement de pots-pourris de La Veuve Joyeuse avec la chanteuse et actrice suédoise Zarah Leander (1907–1981), également vedette de la UFA, la soprano Emmy Bettendor (de) (1928)[2], le ténor Joseph Schmidt (1932)...

Après le départ du chef et violoniste Dajos Béla en 1933, il reprend la direction du Wiener Boheme-Orchester[1] qui enregistrait aussi sous étiquette Odeon.

En 1935 il reprend la gestion de l'animation de l’Orchestre Otto Dobrindt sur Deutschlandsender (de), l'une des premières radio allemande. La même année, il a écrit la musique de pour le film « Alles hört auf mein Kommando » (avec Marianne Hoppe, Adele Sandrock, Gustav Püttjer[3]). Il a dirigé de nombreux concerts en arborant, au revers de sa veste, le Badge du Parti du NSDAP.

À partir de 1945, Dobrindt, abandonnant ses pseudonymes, se consacre uniquement à la musique classique à partir de 1955. Il dirige l'orchestre de divertissement de la Berliner Rundfunk, dans le secteur oriental de la ville. Dobrindt a également dirigé d'autres orchestres dans la RDA. Après 1961, il prend la responsabilité du département opérettes de l'orchestre symphonique de la radio de Leipzig et travaille avec l'Orchestre symphonique de la DEFA, ensemble de la firme de production cinématographique, créé au début des années 1950 en RDA (Rauschende Melodien, 1955[4], musique de Johann Strauß).

Malgré son passé, « la musique était toute sa vie, il ne se consacrait tout entier qu'à elle [...] ce grand Artiste était un homme affable et un humaniste[5] ».

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Disques noirs
Rééditions
  • Dobbri, Robert Renard & Cie, Dynamisme, pittoresque et facétie... (enregistrements 1928–1944, coll. "Joyaux de la musique de divertissement" CD ILD 642163)[6]

À quoi s'ajoute de nombreuses pièces en récital avec des chanteurs des années 1930 à 1960 ; par exemple le ténor Charles Kullman (1931, un air des Contes d’Hoffmann d'Offenbach, deux mélodies du Das lied der liebe, de J. Strauss-Korngold : Die eine Frau et Du bist mein Traum chez Nimbus) ou le baryton Karl Schmitt-Walter (ca. 1960, Wagner, Verdi chez Berlin Classics).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Otto Dobrindt (1886-1963) », sur bnf.fr (consulté le 29 mars 2015)
  2. Eugen Hildach (1849–1924), Der Spielmann et Mozart, Abendempfindung (10 février 1928, Parlophon P.9225).
  3. (en) Alles hört auf mein Kommando sur l’Internet Movie Database
  4. (en) Rauschende Melodien sur l’Internet Movie Database
  5. Gilbert Pilon, « Présentation de la compilation IDL », sur http://www.ild.tm.fr/ (consulté le 29 mars 2015)
  6. Grand prix de l'Académie Charles Cros 1998. Comprend : S.O.S, Acrobatic, Le bal des sorciers, Niagara, Clarinette comique, Doux rêves, Belle argentina, Pachita, Bâle-Zurich, Larmes de crocodile, Jolly Joker, Danse des mauvais garçons, Fais attention, Tango espagnol, Tango illusion, L'heure du thé à la grenouillère, Coucou, Première danse alsacienne, Hanka, Nenette, Buvons, buvons, mes frères, buvons, La fanfare villageoise du dimanche, Allons danser !