Ottavio Rinuccini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ottavio Rinuccini
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Targa ottavio rinuccini.JPG
plaque commémorative

Ottavio Rinuccini, né le à Florence et mort le dans la même ville[1], est un poète et librettiste d'opéra italien de la fin de la Renaissance et du début du Baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Poète et dramaturge italien, proche des camerate (académies) florentines, dans lesquelles s'est pensée et préparée l'invention de l'opéra, comme une restauration de la tragédie antique.

Ottavio Rinuccini a suivi Marie de Médicis en France, et fut gentilhomme de la Chambre sous Henri IV.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit les premiers poèmes d'opéra de l'histoire, des drames lyriques :

De nombreux poèmes de Rinuccini ont été également mis en musique par Monteverdi, dont il fut l'un des proches. Cf. le « Lamento della Ninfa » dans le VIIIe Livre de Madrigaux, « guerriers et amoureux ».

Dans son Euridice, la déclamation, pensée comme imitation des anciens, et privilégiant l'intelligibilité du texte et la traduction expressive des sentiments (affetti) qu'il porte, est appelée recitar cantando (récit chanté). Elle est à l'origine du style vocal appelé récitatif, qui s'opposera plus tard au lyrisme plus prononcé des airs (arie).

Ses Œuvres ont été imprimées, de manière posthume, à Florence, en 1622 :

  • Poesie del Signor Ottavio Rinuccini : alla Maesta cristianissima di Luigi XIII, re di Francia, e di Navarra, appresso I. Giunti, Florence, 1622 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF12364008

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé de Fontenai, « Rinuccinni (Ottavio) », dans Dictionnaire des artistes : ou Notice historique et raisonnée des architectes, peintres, graveurs, sculpteurs, musiciens, acteurs & danseurs, imprimeurs, horlogers & méchaniciens, t. 2, Paris, chez Vincent, (lire en ligne), p. 455

Liens externes[modifier | modifier le code]