Ott Tänak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ott Tänak
Image illustrative de l’article Ott Tänak
Ott Tänak en 2019.
Biographie
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Estonie Commune de Kärla
Nationalité Drapeau de l'Estonie Estonien
Site web http://www.otttanak.ee
Carrière professionnelle en rallye
Années d'activité Depuis 2004
Équipe M-Sport Ford World Rally Team
Toyota Motorsport
Copilote Drapeau de l'Estonie Hannu Lõpp
Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder
Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk
Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja
Statistiques
Dép. Vic. Pod. Scr.
WRC 97 9 22 188
S-WRC 7 3 5 43
P-WRC 4 2 3 9
Palmarès
1er 2e 3e
WRC 2
S-WRC - 1 -

Ott Tänak, né le dans la commune de Kärla, sur l'île de Saaremaa, en Estonie, est un pilote de rallye estonien. Il remporte sa première victoire en 2017 lors du rallye de Sardaigne sur une Ford Fiesta WRC, de l'écurie M-Sport. Son copilote actuel est Martin Järveoja. En 2018, il quitte M-Sport pour s'engager avec Toyota.

Carrière en rallye[modifier | modifier le code]

Débuts en compétition (2004-2009)[modifier | modifier le code]

La découverte en championnat d'Estonie des rallyes[modifier | modifier le code]

Ott Tänak fait ses débuts en rallye sur son championnat national en 2004, sur une Volkswagen Golf. Entre 2004 et 2006, ses meilleurs résultats sont deux top 10 sur le championnat d'Estonie Rallysprint. Durant cette période, son compatriote Hannu Lõpp est son copilote principal.

Pour la saison 2007, Tänak passe sur une Renault Clio, et change également de copilote, Raigo Mõlder remplace Hannu Lõpp. Il termine par deux fois à la 9e place sur des rallyes du championnat d'Estonie.

Double champion d'Estonie des rallyes[modifier | modifier le code]

En 2008 et 2009, Ott Tänak est champion d'Estonie des rallyes sur une Subaru Impreza, de l'équipe Subaru Autospiritist. Il remporte 4 épreuves, et monte à onze reprises sur le podium. Il participe également à ses premières manches du Championnat du monde des rallye en 2009, il prend la 20e place du Rallye du Portugal, et abandonne sur le Rallye de Finlande.

L'ascension mondiale (2010-2012)[modifier | modifier le code]

  • 2010

Tänak prend part à sept manches du Championnat du monde des rallyes en 2010, en compagnie de son nouveau copilote Kuldar Sikk, sur une Mitsubishi Lancer Evo X (sauf en Suède où il est au volant d'une Subaru Impreza STi). Il l'emporte à deux reprises dans la catégorie des voitures de production (P-WRC), à l'occasion du Rallye de Finlande et du Rallye de Grande-Bretagne. Ce qui lui permet de terminer à la 4e place du P-WRC 2010. Au cours de cette saison, le pilote estonien participe également à quelques manches de son championnat national.

  • 2011
Ott Tänak durant le Rallye de l'Acropole en 2011.

À la suite de ces performances en P-WRC, Tänak accède à la catégorie supérieure en 2011, le Championnat du monde des rallyes des voitures Super 2000 (S-WRC). Il prouve immédiatement ses qualités sur la route avec sa Ford Fiesta S2000, il rentre à trois reprises dans les top 10 au classement scratch sur des épreuves sur terre (Mexique, Sardaigne, Pays de Galles). Il remporte trois manches du S-WRC 2011, le Rallye de Sardaigne, le Rallye d'Allemagne et le Rallye d'Alsace, et se classe deuxième du classement pilote au championnat, derrière Juho Hanninen. Il participe à son premier WRC en fin de saison, au Rallye de Grande-Bretagne, sur une Ford Fiesta RS WRC, équipée de pneus DMack, ce qui représente une première pour le manufacturier de pneus chinois.

  • 2012
Ott Tänak durant le Rallye de Grande-Bretagne en 2012.

En 2012, il rejoint les rangs de l'écurie privée M-Sport Ford WRT de Malcolm Wilson, et pilote dans la catégorie reine au volant d'une Ford Fiesta RS WRC. Au cours de cette saison il ne répond pas aux attentes placées en lui, n'écoutant pas toujours les consignes, et continuant à attaquer lorsqu'il lui est demandé d'assurer et d'être à l'arrivée. Ainsi, il abandonne à cinq reprises sur les treize manches que compte le championnat. Il signe tout de même ses huit premiers scratchs au cours de cette saison. Son meilleur résultat est une troisième place acquise en fin de saison au Rallye de Sardaigne, à plus de deux minutes du vainqueur, Mikko Hirvonen. N'ayant pas satisfait son employeur, il n'est pas reconduit pour la saison suivante.

Une année sans WRC (2013)[modifier | modifier le code]

Ne participant pas au WRC 2013, il est contraint de faire son retour en championnat d'Estonie des rallyes en 2013, avec une Subaru Impreza groupe N, de son équipe OT Racing. Il participe également à des manches de Rally Cup et de Rallysprint, toujours en Estonie. Une saison au cours de laquelle il est régulièrement dominé par son compatriote Georg Gross, et découvre un nouveau copilote, Martin Järveoja.

Retour au plus haut niveau sur Ford (2014-2016)[modifier | modifier le code]

  • 2014
Ott Tänak au rallye de Suède 2014.

Après une saison 2013 du WRC qui s'est déroulée sans lui, et a vu l’avènement d'un nouveau Champion du monde des rallyes, le français Sébastien Ogier, qui succède au nonuple vainqueur Sébastien Loeb, Ott Tänak retrouve le Championnat du monde des rallyes - 2 (WRC-2). Il est de retour avec Raigo Mõlder en copilote, avec une Ford Fiesta R5 pas toujours fiable, de l'écurie DMack.

Il termine trois fois sur le podium en WRC-2, dont une victoire au Rallye de Pologne. Il effectue également les rallyes de Suède, du Portugal et de Grande-Bretagne avec une Fiesta WRC, où il se classe respectivement cinquième, abandonne (il fut second après huit spéciales), et septième. En juillet, Tänak s'impose sur le Rallye d'Estonie, comptant pour le Championnat d'Europe des rallyes (ERC).

  • 2015
Ott Tänak au rallye de Pologne 2015

Suite à ses bonnes performances lorsque la Fiesta WRC lui a été confiée en 2014, Ott Tänak récupère la place laissée libre par Mikko Hirvonen dans l'équipe M-Sport pour la saison 2015 du WRC, le pilote finlandais ayant pris sa retraite sportive en WRC. Jugé plus mature par Malcolm Wilson, ce dernier lui offre une seconde chance et le réintègre dans son équipe officielle, aux côtés du gallois Elfyn Evans.

A l'occasion de la troisième manche du championnat du monde, Tänak manque se noyer dans un lac avec son copilote, à la suite d'une sortie de route dans l'ES3 du rallye du Mexique[1],[2]. Malgré cela, l'équipe M-Sport parvient à remettre sur pied la Ford Fiesta RS WRC, qui avait passé près de dix heures dans l'eau, l’intervention a duré trois heures au parc d’assistance de León. Le pilote estonien repartira en rallye 2 et ira au terme du rallye.

Tänak réalise une saison en dents de scie, il commet plusieurs erreurs. Au championnat pilote, il termine derrière l'autre pilote Ford, Elfyn Evans. Il termine néanmoins à quatre reprises dans le top cinq, dont un podium avec une troisième place au rallye de Pologne. Insuffisant face aux attentes placées en lui, ses deux accidents dans les deux derniers rallyes de la saison, ne parleront pas en sa faveur dans l'optique d'une prolongation qu'il n'obtient pas dans l'équipe M-Sport, que Malcolm Wilson justifie par un manque de concentration et des erreurs stupides de l'estonien.

  • 2016
Ott Tänak au rallye de Finlande 2016

Pour la saison 2016, Ott Tänak, qui n'était pas certain de pouvoir garder un volant, trouve sa place au sein de l'écurie DMACK World Rally Team. Cette dernière aligne pour la première fois une voiture à temps complet sur l'ensemble de la saison en WRC. Il est au volant d'une Ford Fiesta RS WRC, seule voiture du championnat du monde équipée de pneus autre que Michelin et Pirelli, le manufacturier anglo-chinois DMack se servant de sa présence en WRC pour développer ses pneus et se faire un nom. Avec ses pneus DMack, le pilote estonien ne peut lutter face à la concurrence sur les rallyes asphalte, en revanche il réalise de grosses performances sur terre.

Son premier coup d'éclat a lieu en Pologne, il est le plus rapide et signe neuf temps scratch. A deux spéciales du terme du rallye, il possède 18.6 secondes d'avance sur Andreas Mikkelsen. Il est malheureusement victime d'une crevaison dans l'avant dernière spéciale, qui lui coûte une quarantaine de secondes, et doit céder ce qui se présentait comme sa première victoire en WRC au pilote norvégien. A la fin de ce rallye de Pologne, dont il a pris la seconde place, il est réconforté et porté en triomphe par le champion du monde en titre Sébastien Ogier[3]. C'est face à ce dernier qu'il va livrer son autre grosse performance de la saison, à l'occasion du rallye du Pays de Galles. Dans un premier temps distancé par Ogier, il pointe jusqu'à 38.2 secondes de retard au cours de la deuxième étape. Il termine cependant en boulet de canon, en remportant neuf des onze dernières spéciales. Malgré cela Sébastien Ogier parvient à conserver une dizaine de seconde d'avance à l'issue de la Power Stage, dans laquelle Tänak lui a encore repris du temps.

Au cours de la saison, le pilote estonien a prouvé sa vitesse, et trouvé une certaine régularité qui lui faisait défaut jusque-là, il remporte un total de 30 spéciales, et prend la huitième place au championnat pilote avec 88 points. Lors du gala de fin de saison à Sydney, il est récompensé « pilote WRC de l'année ».

Premières victoires en WRC (2017)[modifier | modifier le code]

Ott Tänak au rallye de Portugal 2017.
Ott Tänak, toujours au Portugal.

En 2017, Ott Tänak est promu dans l'équipe M-Sport, il est rejoint par le quadruple champion du monde en titre, Sébastien Ogier, à la suite du retrait de Volkswagen du WRC. Revenu pour de bon en grâce au yeux du patron britannique de l'équipe M-Sport, Malcolm Wilson, Tänak a été grandement impliqué dans le développement de la Fiesta WRC 2017, répondant au nouveau règlement. Le pilote estonien est aiguillé par un nouveau copilote, son compatriote Martin Järveoja, avec lequel il a déjà disputé quelques rallyes lors de la saison 2013. Avant de débuter cette nouvelle saison, Tänak se dit impatient de travailler avec Sébastien Ogier, et souhaite apprendre de ce dernier et de son copilote Julien Ingrassia[4].

Dès la première manche du WRC 2017, au rallye Monte-Carlo, Tänak se met en valeur, il est un solide second derrière Ogier après treize spéciales. Il est néanmoins victime de problèmes moteur et doit terminer le rallye avec une Fiesta tournant sur trois cylindres. Au terme d'une descente enneigé du Turini, dans l'ultime spéciale, il parvient à conserver sa troisième place. Il confirme son statut sur les manches suivantes, à nouveau sur le podium en Suède où il est dauphin de Jari-Matti Latvala, et quatrième au Mexique. La consécration arrive enfin lors du rallye de Sardaigne qu'il remporte avec 12,3 s d'avance sur Jari-Matti Latvala. En Pologne, il se bat avec Thierry Neuville pour la victoire jusqu'à la toute dernière journée où il est victime d'un accident qui le force à l'abandon. Il gagne son deuxième rallye, et son premier sur asphalte, en Allemagne, en août. Il termine la saison à la troisième place du championnat, derrière son coéquipier Sébastien Ogier et Thierry Neuville.

Transfert chez Toyota et lutte pour le titre (2018-)[modifier | modifier le code]

  • 2018
Ott Tänak, ici durant le Rallye d'Allemagne 2018 qu'il remporte.

En 2018, Ott Tänak rejoint Toyota Motorsport où il est aligné sur toutes les épreuves du calendrier. Dès le début de saison, il rassure et monte sur la 2e place du podium au Rallye Monte-Carlo, derrière un Sébastien Ogier indétrônable. Il termine à nouveau deuxième lors du Tour de Corse, toujours derrière Sébastien Ogier. Il remporte ensuite le Rallye d'Argentine, sa première victoire avec Toyota. Ce ne sera pas la seule d'une saison réussie puisqu'il s'adjuge trois épreuves consécutives, avec le Rallye de Finlande où il engrange le maximum de points possibles, le Rallye d'Allemagne, après une lutte intense avec Sébastien Ogier, puis le Rallye de Turquie[5]. Profitant des mésaventures de ces adversaires, il pointe alors à la deuxième place au championnat, 13 points derrière Thierry Neuville et 10 points devant son ex coéquipier Sébastien Ogier. Cependant, il termine le Rallye de Grande-Bretagne qu'à la 19e place tandis que Sébastien Ogier s'y impose. De nouveau 3e au championnat, il est encore devancé par le Français en Catalogne. Le titre se joue néanmoins lors de la dernière manche en Australie mais Tänak est contraint à l'abandon à la suite d'une sortie de piste survenue en attaquant sous des conditions boueuses. Le pilote estonien se classe ainsi 3e du championnat 2018 remporté par Sébastien Ogier.

  • 2019

En 2019, Ott Tänak poursuit avec Toyota. Il monte sur le podium dès le Rallye Monte-Carlo malgré un changement de roue, puis remporte le Rallye de Suède après avoir mené les deux dernières journées de l'épreuve. Il s'empare par la même occasion du commandement du championnat pour la première fois de sa carrière, 7 points devant Thierry Neuville.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Victoires en Rallye[modifier | modifier le code]

Victoires en championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2017 14e Rallye de Sardaigne Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Ford Fiesta WRC
2 2017 34e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Ford Fiesta WRC
3 2018 38e Rallye d'Argentine Drapeau de l'Argentine Argentine Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
4 2018 68e Rallye de Finlande Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
5 2018 36e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
6 2018 11e Rallye de Turquie Drapeau de la Turquie Turquie Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
7 2019 67e Rallye de Suède Drapeau de la Suède Suède Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
7 2019 1er Rallye du Chili Drapeau du Chili Chili Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC
7 2019 53e Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Portugal Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC

Victoire en Championnat d'Europe des rallyes[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2014 5e Rallye d'Estonie Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Ford Fiesta R5

Victoires en Championnat du monde des rallyes des voitures de production (P-WRC)[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2010 60e Rallye de Finlande Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Mitsubishi Lancer Evo X
2 2010 66e Rallye du Pays de Galles (GB) Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Mitsubishi Lancer Evo X

Victoires en Championnat du monde des rallyes des voitures Super 2000 (S-WRC), puis WRC-2[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2011 60e Rallye de Sardaigne Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Ford Fiesta S2000
2 2011 29e Rallye d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Ford Fiesta S2000
3 2011 2e Rallye d'Alsace Drapeau de la France France Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Ford Fiesta S2000
4 2014 71e Rallye de Pologne Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Ford Fiesta R5

Autres victoires[modifier | modifier le code]

# Saison Rallye Pays Copilote Voiture
1 2008 18e Paide Ralli Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Subaru Impreza STi
2 2008 41e Saaremaa Rally Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Subaru Impreza STi
3 2009 Antsla ralli Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Subaru Impreza STi
4 2009 12e Lõuna-Eesti Ralli Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Raigo Mõlder Subaru Impreza STi
5 2011 44e Saaremaa Rally Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Kuldar Sikk Ford Focus RS WRC 03
6 2013 Rally Talsi - Rally of Champions Drapeau de la Lettonie Lettonie Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Subaru Impreza STi N12
7 2017 50e Silveston Saaremaa Rally Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Georg Gross Ford Fiesta RS WRC
8 2018 8e Shell Helix Rally Estonia Drapeau de l'Estonie Estonie Drapeau de l'Estonie Martin Järveoja Toyota Yaris WRC

Résultats en rallye[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés en championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

Saison Rallye Points Classement final
2009 IRL
Drapeau : Irlande
NOR
Drapeau : Norvège
CYP
Drapeau : Chypre
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
ITA
Drapeau : Italie
GRE
Drapeau : Grèce
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
AUS
Drapeau : Australie
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
0 -
- - - 20e - - - - Ab. - - -
2010 SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
JOR
Drapeau : Jordanie
TUR
Drapeau : Turquie
NZL
Drapeau : Nouvelle-Zélande
POR
Drapeau : Portugal
BUL
Drapeau : Bulgarie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
JPN
Drapeau : Japon
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
0 -
Ab. - - Ab. - Ab. - 18e 31e - 19e - 17e
P-WRC 2010 - - - - 1er 5e - 2e 1er 78 4e (P-WRC)
2011 SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
JOR
Drapeau : Jordanie
ITA
Drapeau : Italie
ARG
Drapeau : Argentine
GRE
Drapeau : Grèce
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
15 15e
- 10e - - 7e - Ab. 13e 12e - 11e 27e 6e
S-WRC 2011 3e - 1er Ab. 3e 1er 1er 6e 113 2e (S-WRC)
2012 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
GRE
Drapeau : Grèce
NZL
Drapeau : Nouvelle-Zélande
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
FRA
Drapeau : France
ITA
Drapeau : Italie
ESP
Drapeau : Espagne
52 8e
8e Ab. 5e 14e 10e 9e Ab. 6e Ab. Ab. 6e 3e Ab.
2014 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
POR
Drapeau : Portugal
ARG
Drapeau : Argentine
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
17 15e
- 5e 15e Ab. 17e 21e 11e 12e 10e Ab. - - 7e
WRC-2 2014 - - 4e - 8e 8e 1er 3e 2e Ab. - - - 78 6e (WRC-2)
2015 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
AUS
Drapeau : Australie
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
63 10e
18e 4e 22e 11e 5e 14e 3e 5e 8e 6e 10e 41e Ab.
2016 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
CHN
Drapeau : République populaire de Chine
FRA
Drapeau : France
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
AUS
Drapeau : Australie
88 8e
7e 5e 6e 15e Ab. 5e 2e Ab. 23e An. 10e 6e 2e 7e
2017 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
FRA
Drapeau : France
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
POL
Drapeau : Pologne
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
ESP
Drapeau : Espagne
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
AUS
Drapeau : Australie
191 3e
3e 2e 4e 11e 3e 4e 1er Ab. 7e 1er 3e 6e 2e
2018 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
FRA
Drapeau : France
ARG
Drapeau : Argentine
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
TUR
Drapeau : Turquie
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
ESP
Drapeau : Espagne
AUS
Drapeau : Australie
181 3e
2e 9e 14e 2e 1er Ab. 9e 1er 1er 1er 19e 6e Ab.
2019 MON
Drapeau : Monaco
SWE
Drapeau : Suède
MEX
Drapeau : Mexique
FRA
Drapeau : France
ARG
Drapeau : Argentine
CHI
Drapeau : Chili
POR
Drapeau : Portugal
ITA
Drapeau : Italie
FIN
Drapeau : Finlande
GER
Drapeau : Allemagne
TUR
Drapeau : Turquie
GBR
Drapeau : Royaume-Uni
ESP
Drapeau : Espagne
AUS
Drapeau : Australie
140 en cours
3e 1er 2e 6e 8e 1er 1er

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Accident d'Ott Tänak lors du rallye du Mexique 2015 (caméra embarquée, 6 mars 2015 sur Eurosport).
  2. Vue externe de l'accident mexicain 2015 (6 mars 2015, sur Eurosport).
  3. « Ogier : Tänak le méritait », sur www.wrc.com,
  4. « Tänak veut "apprendre" aux côtés d'Ogier et Ingrassia », sur motorsport.com,
  5. « Rallye de Turquie: la bonne opération de Tänak, vainqueur », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 16 septembre 2018).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]