Otho Robichaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Otho Robichaud
Naissance
Annapolis Royal
Décès
Néguac
Nationalité Britannique
Pays de résidence Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse, puis Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Profession
Fermier, marchand, juge de paix, officier de milice et fonctionnaire
Distinctions
Ascendants
Famille
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robichaud.

Otho Robichaud[note 1] (né le à Annapolis Royal, mort le à Néguac), était un marchand canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Otho Robichaud nait le à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse[1]. Il est le fils du marchand Louis Robichaud et de Jeanne Bourgeois[1].

Son père a de bonnes relations avec les autorités de la Nouvelle-Écosse mais la famille est tout de même victime de la Déportation des Acadiens, en 1755 ; ils ont toutefois le luxe de choisir leur destination, qui est le Massachusetts[1]. Ils vivent d'abord à Boston et ensuite à Cambridge, où Otho fréquente une école anglophone ; sa famille entretient des liens avec la famille Vassal et avec Edward Winslow[1].

Les Robichaud, supportant les Loyalistes, se déplacent à Québec lors du déclenchement de la révolution américaine en 1775 ; Otho y fait la rencontre d'Acadiens de la rivière Miramichi, qui l'incitent probablement à venir s'y établir[1].

Entrepreneur à Néguac[modifier | modifier le code]

Le , il achète la propriété du marchand Pierre Loubert, à Néguac[1]. Il devient fermier et se lance dans les affaires, notamment la vente au détail, le commerce du bois et l'exportation ; il fait affaire avec James Fraser, Francis Peabody, Richard Simonds et Charles Robin, dont il est probablement le représentant[1]. Il acquiert aussi plusieurs propriétés dans la région grâce à des concessions du gouvernement de Fredericton, dont l'une de 500 acres dans la région de Baie du Vin pour y construire un moulin à bois[2].

Otho Robichaud entretient une correspondance avec sa sœur Vénérande, résidant à Québec ; cette dernière participe aussi à ses activités commerciales[1].

Il épouse Marie-Louise Thibodeau, de Baie-du-Vin, le , devant l'abbé Antoine Girouard ; le couple a 8 filles et 4 garçons[1]. Ce mariage semble causer des problèmes avec sa famille même s'il garde de bonnes relations avec ses sœurs[1].

En 1788 il se joint, à la demande de James Fraser, à un groupe demandant la création d'un palais de justice dans le comté de Northumberland ; il est nommé juge de paix en 1794, probablement à la recommandation de Winslow[1]. Il occupe aussi les fonctions de responsable des pauvres, de commissaire scolaire, de cotiseur municipal et de commissaire de la voirie[1]. Il s'implique aussi dans la milice et obtient le grade de capitaine en 1799[1].

Il est marguillier et, selon la tradition, il célèbre aussi des messes blanches, c'est-à-dire sans prêtre[1].

Il meurt le à Néguac[1].

Héritage[modifier | modifier le code]

Sa maison est désormais un lieu historique provincial, sous le nom de maison Otho-Robichaud. Otho Robichaud est mentionné dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il signait Robichaud ou Robichaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o Cedric L. Haynes, « Robichaux, Otho », sur Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Université de Toronto/Université Laval, (consulté le 26 mai 2011)
  2. Maurice Basque, Des hommes de pouvoir. Histoire d'Otho Robichaud et de sa famille, notables acadiens de Port-Royal et de Néguac, Néguac, Société historique de Néguac, , p. 135-158
  3. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée, , 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 33

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]