Othmar Schoeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Othmar Schoeck
Image dans Infobox.
Othmar Schoeck (vers 1917).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Friedhof Manegg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Instrument
Maître
Genre artistique
Site web
Distinction
Archives conservées par
Bibliothèque centrale de Zurich (Nachl. O. Schoeck, Mus OSA)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Notturno (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
GrabOthmarSchoeck.png
Vue de la sépulture.

Othmar Schoeck est un chef d'orchestre et compositeur suisse né le 1er septembre 1886 à Brunnen et mort le à Zurich.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du peintre Alfred Schoeck, Othmar Schoeck se voue à la musique après avoir étudié la peinture pendant une brève période. Il travaille au Conservatoire de Zurich, puis passe quelque temps à Leipzig où il étudie la composition chez Max Reger.

À son retour en Suisse, il connait une intense activité pratique dans le domaine musical : il dirige différents chœurs à Zurich et a été surtout le chef d'orchestre des concerts symphoniques de Saint-Gall, titre qu'il conserve pendant de longues années. Cette occupation fait peu à peu place à l'activité créatrice. Il écrit de nombreuses œuvres vocales et instrumentales, dont un Concerto pour violon et orchestre (1911-1912), un Concerto pour violoncelle et orchestre à cordes (1947), un Concerto pour cor et orchestre à cordes (1951), ainsi que Sommernacht (Nuit d'été) pour orchestre à cordes (1945), des opéras – notamment Penthesilea (1923-1925), dont la première mondiale a lieu à la Semperoper de Dresde, en 1927, et qui, ces dernières années, a connu plusieurs mises en scène très applaudies par le public et par la presse : à Bâle (2007), à Dresde (2008), à Lübeck (2009), à Francfort (2011) et à Bonn (2017) – et des cycles de lieder dont le plus important s'intitule Lebendig begraben (Enterré vivant) sur un cycle de poèmes du poète suisse Gottfried Keller, pour baryton, petit chœur et orchestre (1927).

Schoeck a été le premier à se voir décerner, en 1945, le Prix de compositeurs de l'Association des Musiciens suisses.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres pour la scène[modifier | modifier le code]

  • Erwin und Elmire (« Erwin et Elmire »), op. 25, mise en musique d'un Singspiel (opéra-comique allemand, mêlant texte parlé et texte chanté) sur un livret de Goethe (1916)
  • Don Ranudo de Colibrados (première représentation : , Zurich)
  • Venus, op. 32, opéra en trois actes Armin Rüeger, inspiré par la nouvelle La Vénus d'Ille de Mérimée (première représentation : , Stadttheater Zürich : « Théâtre municipal de Zurich »)
  • Penthesilea (« Penthésilée »), op. 39, opéra en un acte d'après la tragédie d'Heinrich von Kleist (première représentation: , Staatsoper Dresden : « Opéra d'État de Dresde »)
  • Vom Fischer un syner Fru (Le Pêcheur et sa femme, d'après un conte populaire allemand ; première représentation : , Staatsoper Dresden : « Opéra d'État de Dresde »)
  • Massimilla Doni, op. 50, opéra en 4 actes (6 scènes), texte d'Armin Rüeger d'après la nouvelle du même nom d'Honoré de Balzac (première représentation : , Staatsoper Dresden)
  • Das Schloss Dürande (« Le Château Dürande »), op. 53, opéra en 4 actes; poème d'Hermann Burte d'après la nouvelle de Joseph von Eichendorff (première représentation : , Staatsoper Berlin : « Opéra d'État de Berlin »)

Récemment ont été découverts des fragments d'une œuvre de jeunesse (Der Schatz im Silbersee (Le Trésor dans le lac d'argent), un opéra d'après Karl May). Les parties conservées de cette œuvre ont été enregistrées et le CD a été joint au Jahrbuch der Karl-May-Gesellschaft 2005.

Œuvres instrumentales[modifier | modifier le code]

  • Sonate, op. 41, pour clarinette basse et piano (1928); dédicacée à Werner Reinhart. Cette pièce est souvent citée comme la première œuvre majeure écrite pour la clarinette basse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]