Otello Zavaroni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Othello Zavaroni)


Otello Zavaroni
Présentation
Naissance
Paris 18e
Décès (à 80 ans)
Paris 14e
Nationalité Française
Activités Architecte, enseignant
Diplôme architecte DPLG
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Ses élèves Henri Chomette, Olivier Clément Cacoub, Alain Sarfati, Michel Folliasson, Michel Holley[réf. nécessaire]
Œuvre
Distinctions Premier second Grand Prix de Rome 1937

Otello Zavaroni né le à Paris[1] et mort dans la même ville le , est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Louis Aublet, d'Alphonse Defrasse et de Louis Madeline à l'école des beaux-arts de Paris[2], il commence sa carrière chez Henry Lacoste et participe à de nombreux projets de l'agence Lacoste-Madeline. Il reçoit le premier second grand prix de Rome le [2].

Il enseigne à l'école des beaux-arts de Paris et dirige l'atelier libre d'architecture Defrasse-Madeline de 1944 à 1957, puis l'atelier officiel de 1957 à 1968. De 1968 à 1978, il devient enfin professeur titulaire.

Il participe à l'Exposition universelle de 1925, à l'Exposition internationale de la technique de l'eau de 1939. Il collabore aux églises de Zwartberg et de Beringen avec Lacoste, puis participe à l'Exposition universelle de 1937 à Paris au pavillon des vins de France avec le peintre Gen Paul[3]

En 1949, il est nommé architecte en chef de la reconstruction de Caudebec-en-Caux, ainsi que de Barentin, Duclair et Yvetot[4].

Il est nommé professeur d'un atelier de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles en 1952.

Il participe à la construction du palais de la Bourse du Havre dont le chantier commence en 1953[5].

Au sein de la Société des architectes diplômés du gouvernement (SADG), il est nommé membre en 1950, puis membre du conseil en 1962 et finalement président entre 1966 et 1969. En 1964, il devient membre titulaire de l'Académie d'architecture au fauteuil de Henri Gautruche[2]. Dans les années 1960, il est également président de l'association des grands prix de Rome[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, « Extrait de l'acte de décès d'Otello Zavaroni », sur MatchID
  2. a b c et d « AGORHA : Bases de données de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) », sur agorha.inha.fr (consulté le )
  3. Ami de Céline et de Marcel Aymé, son voisin de Montmartre.
  4. Didier Mouchel, La reconstruction de la Normandie : archives photographiques du MRU : 1945-1962, Rouen, éd. des Falaises, , 175 p. (ISBN 978-2-84811-224-4).
  5. Raphaëlle Saint-Pierre, « Otello Zavaroni : la chambre de commerce et d’industrie du Havre, 1947-1957, une variante dans la reconstruction « Perret » », Livraisons de l'histoire de l'architecture, no 15,‎ , p. 89–100 (ISSN 1627-4970, DOI 10.4000/lha.169, lire en ligne, consulté le ).
  6. « Les séquestrés de la rue Bonaparte », L’Obs,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  7. « Visite libre de l'église St Martin de Foucarmont, architecture religieuse du XXème siècle - Journées du Patrimoine 2019 », sur Le Parisien Etudiant (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
  • Ressource relative au sportVoir et modifier les données sur Wikidata :