Oskar Vogt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oskar Vogt
Image dans Infobox.
Le professeur Oskar Vogt (1870-1959) examinant au microscope des coupes histologiques du cerveau de Lénine. Couverture du journal Meditsinskii Rabotnik (Le travailleur médical) No. 47 de 1927.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Enfants
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître
Distinctions
Œuvres principales
Institut Bekhtereva du cerveau humain de l'Académie russe des sciences (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Oskar Vogt, né le à Husum, dans la province du Schleswig-Holstein, et mort le à Fribourg-en-Brisgau est un neuroscientifique allemand.

Résumé biographique[modifier | modifier le code]

D'ascendance pour moitié danoise et allemande, il étudie l'histologie à Kiel, puis à Iéna et consacre sa thèse au corps calleux. Il travaille avec Otto Binswanger la neuroanatomie et la clinique psychiatrique. Il collabore ensuite à Zurich avec Auguste Forel et s'intéresse à l'hypnose : il fonde avec Sigmund Freud la revue Zeitschrift für Hypnotismus.

Il se brouille à Leipzig avec Flechsig et va terminer sa formation en 1897-1898 auprès de Dejerine à Paris. C'est là qu'il rencontre Cécile Mugnier, qu'il épouse en 1899. Grâce au soutien de la famille d'industriels Krupp (les « marchands de canons »), dont il avait soigné un membre, il fonde à Berlin en 1900 un centre de recherche neurologique, la « Neurologische Zentralstation » qui devient en 1902 le « Neurologisches Laboratorium », rattaché à l'université de Berlin. Ce centre abritera notamment les travaux de cytoarchitectonie du cortex de Korbinian Brodmann (alors que le couple Vogt se consacre à la myéloarchitectonie), ainsi que les recherches de Bielschowsky recruté en 1904. Vogt devient en 1911 professeur et directeur du Kaiser Wilhelm Institut für Hirnforschung à Berlin.

Vogt est resté célèbre pour avoir disséqué et décrit la structure histologique du cerveau de Lénine[1].

À côté de sa carrière neuroscientifique, Oskar Vogt, comme Forel s'intéressait à l'entomologie : il fut un spécialiste des bourdons.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative pour Oskar et Cécile Vogt, par Axel Schulz
  • (de)Zur Kenntniss des Wesens und der psychologischen Bedeutung des HypnotismusJohann Ambrosius Barth, 1895.
  • (de)«Die myeloarchitektonische Felderung des menschlichen Stirnhirns», in: J Psychol Neurol, 1910, vol. 15, no 4/5, p. 221-232 Texte intégral
  • «Quelques considérations genérales sur la myélo-architecture du lobe frontal», in: Rev. Neurol. (Paris), 1910, vol. 20, p. 405-420.
  • (de)«Die myeloarchitektonik des isocortex parietalis», in: J Psychol Neurol, 1911, vol. 18, p. 379-390 Texte intégral
  • (en) «Importance of neuroanatomy in the field of neuropathology», in: Neurology, 1951, vol. 1, no 5, p. 205-205.

En collaboration avec son épouse Cécile Vogt-Mugnier :

  • (de) Zur Lehre der Erkrankungen des striäten Systems, J.A. Barth, Leipzig, 1920 Texte intégral

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • Syndrome de Vogt et Vogt[2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marina Bentivoglio, « Cortical structure and mental skills: Oskar Vogt and the legacy of Lenin's brain », Brain Research Bulletin, Volume 47, Issue 4, 1 November 1998, Pages 291–296 [1]
  2. Vogt-Vogt syndrome (Cécile and Oskar Vogt) dans le site Whonamedit
  3. (en)Notice biographique de Marthe Vogt sur le site en ligne The Telegraph

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Foncin JF. Rev. Neurol. (Paris), 2000 ; 156 : 1032-1035
  • (en) Klatzo, Igor: «Cécile and Oskar Vogt : the visionaries of modern neuroscience», in: Acta neurochirurgica. Supplementum, Springer (Wien), 2002, vol. 80, xviii, 129 p. (ISBN 3-211-83798-1)
  • (de) Satzinger, Helga: «Die Geschichte der genetisch orientierten Hirnforschung von Cécile und Oskar Vogt (1875-1962, 1870-1959) in der Zeit von 1895 bis ca. 1927», Deutscher Apotheker, Stuttgart (1998), 365 p. (ISBN 3-7692-2371-3)
  • (en)Walter L. Bruetsch: «In memoriam: Oskar Vogt, M.D., 1870-1959» in: Am J Psychiatry, 1960;116:958-960 Texte intégral
  • (de) Dr. S. v. Stuckrad-Barre, A. Danek: «Oskar Vogt (1870–1959)», in: Der Nervenarzt, October 2004, Volume 75, Issue 10, pp 1038–1041.
  • (en) Nieuwenhuys R.: «The myeloarchitectonic studies on the human cerebral cortex of the Vogt-Vogt school, and their significance for the interpretation of functional neuroimaging data», in: Brain Struct Func, 2013 Mar;218(2):303-52. doi: 10.1007/s00429-012-0460-z. Epub 2012 Oct 18.
  • (en) Lawrence A. Zeidman:«Neuroscience in Nazi Europe Part II: Resistance against the Third Reich», in: Canadian Journal of Neurological Sciences ,Volume 38, Number 6, November 2011, 826-838 Texte intégral
  • (en) J. van Gijn: «The Vogts: Cécile (1875–1962) and Oskar (1870–1959)», in: Journal of Neurology, October 2003, Volume 250, Issue 10, pp 1261–1262.
  • (en) Haymaker W.: «Oskar Vogt», in: Arch Neurol 1961;4(6):675-684. doi:10.1001/archneur.1961.00450120089010.
  • (en) Walter L. Bruetsch: «in memoriam: Oskar Vogt, M.D., 1870-1959»Am J Psychiatry 1960;116:958-960, Texte intégral
  • (en) Miloš Judaš, Maja Cepanec: «Oskar Vogt: The first myeloarchitectonic map of the human frontal cortex», in: Translational Neuroscience, March 2010, Volume 1, Issue 1, pp 72–94.

Liens externes[modifier | modifier le code]