Osendé Afana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Osendé Afanda
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 36 ans)
NdeleleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Castor Osendé Afanda
Nationalité
camerounaise
Activités
Autres informations
Parti politique

Castor Osendé Afana est un économiste[1] et militant nationaliste camerounais, né en 1930 à Ngoksa (Ebebda) dans la région du Centre (Cameroun) et assassiné le 15 mars 1966[2] dans le maquis de la Boumba Ngoko au sud-est du pays, près de la frontière congolaise[3]. Brillant économiste, Osende Afana est considéré par une partie des Camerounais comme un héros national.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Castor Osendé Afana est le tout premier camerounais a avoir obtenu un Doctorat ès Sciences Economiques, thèse portant sur "l'économie de l'Ouest-Africain", parue aux éditions Maspero[4].

Militant politique[modifier | modifier le code]

Il est vice-président de la Fédération des étudiants d'Afrique noire en France (FEANF) et directeur du journal L’Étudiant d'Afrique noire. Les numéros du journal mettant en accusation la répression exercée par l'armée française au Cameroun sont censurés par le gouvernement. Décrit par la Sureté comme « marxiste-léniniste convaincu » et « stratège politique de premier ordre », il fait l'objet d'une surveillance policière permanente[5].

Au début de l'année 1958, il quitte la France clandestinement pour rallier Le Caire où se trouve plusieurs dirigeants en exil de l'UPC. Après le départ de Moumié et de ses compagnons, il devient le représentant du parti en Égypte et le représente lors du Conseil de solidarité afro-asiatique. En 1960, il accompagne Moumié au Congo pour rencontrer le président Patrice Lumumba, qui avait manifesté des sympathies pour la cause upéciste, mais celui-ci est alors renversé par les troupes du colonel Mobutu, qui les chasse du pays[5].

De retour en Égypte, il est amené à rencontrer des représentants de nombreux mouvements de libération nationale africains : MPLA angolais, PAIGC cap-verdien et guinéen, ANC sud-africain, etc. Situant ses espoirs au-delà du seul Cameroun, il considère appartenir à la lutte « de toute l'Afrique, de toute l'humanité contre l'oppression et l'exploitation, pour des lendemains qui chantent[5]. »

Moins connu que ses prédécesseurs à la tête de l'UPC[6], Ruben Um Nyobe et Félix-Roland Moumié, et même que son alter ego pour le front de l'Ouest, Ernest Ouandié, il trouve comme eux la mort en luttant contre le colonialisme et néocolonialisme. Il est tué avec quelques compagnons par des troupes du gouvernement camerounais en mars 1966.

Fin tragique dans le Maquis du Cameroun[modifier | modifier le code]

François Fosso donne un récit des circonstances de l’assassinat de Osendé Afana[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.peuplesawa.com/ », sur www.peuplesawa.com (consulté le 3 juillet 2017)
  2. « OSENDE AFANA, BRILLANT ÉCONOMISTE, MARTYR DU COMBAT POUR LA LIBERATION NATIONALE AU CAMEROUN », sur afrodiasporarts, (consulté le 3 juillet 2017)
  3. « Osendé Afana, brillant économiste, martyr du combat pour la libération nationale au Cameroun », Afrodiasporarts, 18 mars 2012
  4. Sylvain Djache Nzefa, Les civilisations du Cameroun, Dschang, La route des chefferies, , 223 p. (ISBN 9789956702008), p. 58
  5. a b et c Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsita, KAMERUN !, La Découverte,
  6. (en) Historical dictionnary of Cameroon (lire en ligne), p. 24
  7. « L'histoire de la guerre d'indépendance du Cameroun: OSENDE AFANA par Henri Hogbe Nlend », sur Afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire, (consulté le 3 juillet 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh et Mark W. Delancey, « Afana, Osende (1930-1966) », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, Lanham, Md, 2010 (4e éd.), p. 22-23 (ISBN 9780810873995)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]