Oscar Roty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oscar Roty
Oscar Roty.jpg

Portrait d'Oscar Roty tiré de Figures contemporaines de l’Album Mariani (1894)

Naissance
Décès
(à 64 ans)
Paris
Nom de naissance
Louis Oscar Roty
Nationalité
Française
Activités
Formation
Maîtres
Distinction
Œuvres réputées
La Semeuse
la Médaille de mariage
La République casquée

Louis Oscar Roty est un graveur de monnaies et médailleur français né à Paris le et mort à Paris le [1].

Il est principalement connu pour l'une de ses œuvres dénommée la Semeuse, utilisée en France sur les pièces de monnaie dès 1898 et sur les timbres postaux dès 1903.

Louis Oscar Roty signe ses œuvres d'un O. Roty[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Oscar Roty naît à Paris le durant la Monarchie de Juillet.

Il est l'élève d'Horace Lecoq de Boisbaudran à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris et celui de François Joseph Hubert Ponscarme à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

En 1878, il épouse Marie Boulanger, fille du ferronnier d'art Pierre François Marie Boulanger[2].

Il est principalement connu pour l'une de ses œuvres dénommée la Semeuse dont l'origine remonte à 1887. C'est au départ un projet, qui restera sans suite, de médaille de récompense pour le ministère français de l'Agriculture.

En 1896, quand le ministre français des Finances commande de nouvelles pièces, il reprend et modifie la Semeuse de 1887. Dès 1898, les pièces de monnaie de type Semeuse en francs français sont utilisées en France[3].

On a longtemps cru que le modèle d'Oscar Roty était une jeune Italienne âgée de 15 ans, habitant le quartier Montparnasse à Paris et nommée Rosalina Pesce. Mais la découverte, en Italie, de son acte de naissance, indique qu'à l'époque de la création de la Semeuse monétaire elle avait 11 ans! Ce ne peut donc être elle sur la photo prise du modèle dans l'atelier du graveur, qui n'a peut-être utilisé que son visage...Le mystère demeure.

La Semeuse figure aussi dès 1903 sur les timbres postaux, gravés par Eugène Mouchon d'après une plaque en relief fournie par Roty.

On peut rattacher son style à celui de l'Art nouveau, par la fluidité et la délicatesse de son trait, avec une influence marquée de l'art antique dans le goût des drapés bien travaillés, toujours à la mode à cette époque. Certaines de ses œuvres sont chargées d'une symbolique traditionnelle assez profonde.

Oscar Roty meurt à Paris le (à 64 ans) et est inhumé au cimetière du Montparnasse (première division) dans le 14e arrondissement de Paris[5].

Le fils d'Oscar Roty, Georges, a choisi la commune française de Jargeau dans le département du Loiret pour implanter le musée Oscar Roty[6],[7]. La cire de 1896 préparant les pièces en argent pour la Monnaie de Paris y est conservée ainsi que toute l'œuvre gravée de l'artiste, avec les dessins et les cires.

La cire préparatoire sur ardoise de la Semeuse de 1887 est conservée au musée d'Orsay à Paris[8] où se trouvent également plus de 150 autres œuvres de Roty[9]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Concourant pour le grand prix de Rome, Oscar Roty obtient une mention en 1869[10], la deuxième place en 1872[11] et remporte le premier prix en 1875[2].

Il gagne également le grand prix de l'exposition universelle de 1889 et de 1900[12].

Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1888 et élu président pour l'année 1897.

Il est fait commandeur de la Légion d'honneur en 1900[13].

En 1905, il reçoit la médaille de la sculpture au Salon, celle-ci étant pour la première fois attribuée à la gravure en médailles[12].

Un prix portant son nom est décerné à un graveur en médaille, en 1975, il fut attribué à Claudine Béréchel (1925-2011).

Deux rues portent son nom, la rue Oscar-Roty dans le 15e arrondissement de Paris, une autre à Chambon-la-Forêt (Loiret) ainsi qu'un square à Jargeau (Loiret).

Sculptures[modifier | modifier le code]

Monuments publics[modifier | modifier le code]

Médailles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Revue hebdomadaire (1911) (p. 159/160) », sur gallica.bnf.fr
  2. a, b et c « Oscar Roty », sur www.oscar-roty.fr, Fondation Oscar Roty (consulté le 20 avril 2010)
  3. À partir de 1960, le passage au « nouveau franc » introduit la Semeuse modernisée de Laurent Jorio puis, en 2008, des pièces en euro de la France sont illustrées par la Semeuse cinétique de Joaquin Jimenez.
  4. Sur la base Commons se trouve une autre photo de Rosalinda Pesce légèrement différente.
  5. Caveau Roty Boulanger.
  6. « Le musée », sur www.oscar-roty.fr, Fondation Oscar Roty (consulté le 20 avril 2010)
  7. « Musée Roty », sur www.jargeau.fr
  8. « La Semeuse - 1887 - Cire sur ardoise », sur www.musee-orsay.fr
  9. « Liste de résultats dans le catalogue des collections », sur www.musee-orsay.fr
  10. « La Comédie (1869) (p. 3) », sur gallica.bnf.fr
  11. « La Revue hebdomadaire (1911) (p. 159) », sur gallica.bnf.fr
  12. a et b « La Revue hebdomadaire (1911) (p. 161) », sur gallica.bnf.fr
  13. « Oscar Roty », base Léonore, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]