Orthèse d'avancée mandibulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une orthèse d'avancée mandibulaire pour traiter l'apnée du sommeil.

Une orthèse d'avancée mandibulaire est une double gouttière réglable, c’est-à-dire confectionnée au laboratoire de prothèse dentaire d'après des empreintes du maxillaire et de la mandibule; ou une orthèse préfabriquée en thermoplastique, l'ajustement s’effectue alors en mordant dans l’orthèse après l’avoir chauffé dans un bain d’eau chaude. Cette orthèse fixe la mandibule, la langue et d'autres structures buccales en avant et augmente la dimension verticale, de façon que l'espace du pharynx s'agrandisse, la résistance respiratoire diminue et les voies respiratoires soient maintenues ouvertes de façon mécanique lors du sommeil.

Indications[modifier | modifier le code]

En 2006 la société américaine « Academy of Sleep Medecine » (AASM) et la société allemande de la médecine du sommeil « Deutsche Gesellschaft für Schlafforschung und Schlafmedizin » (DGSM) ont publié les indications suivantes pour des orthèses d'avancée mandibulaire :

Conception[modifier | modifier le code]

Il existe d’importantes différences entre les modèles d’orthèses, sur leurs fonctionnements mécaniques, leurs structures, ou encore leurs matériaux de fabrication. De plus de nouvelles variantes sont régulièrement conçues et expérimentées.

Structure de l’orthèse[modifier | modifier le code]

Les OAM peuvent être soit bibloc soit monobloc. Dans le cas d’une orthèse monobloc, les deux gouttières sont liées, souvent par de la résine ou du plastique. Cela signifie qu’il est difficile d’ajuster l’avancement mandibulaire, cependant en bloquant la bouche, elles favorisent la respiration nasale, qui est souvent considérée comme plus saine[1]. Les OAM biblocs sont souvent plus confortables car elles permettent une plus grande mobilité et sont souvent plus simple d’utilisation. Il semble cependant que les orthèses monobloc soient plus efficaces que leurs équivalents biblocs, mais elles sont en général moins bien toléré par le patient[2].

Fonctionnement mécanique[modifier | modifier le code]

On distingue ensuite deux modes de fonctionnement différents : les orthèses à poussée mandibulaire, ou à traction. Pour les premières, les connecteurs vont de l'arrière du maxillaire vers l’avant de la mandibule, et inversement pour les orthèses à traction. Il n’y a pas de différence significative d’efficacité ou de tolérance pour l’une ou l’autre, mais il est à noter que les orthèses à poussée ont tendance à ouvrir la bouche durant le sommeil, ce qui n’est pas le cas des orthèses à traction[3].

Diagnostic et traitement par un chirurgien dentiste qualifié[modifier | modifier le code]

Un diagnostic orofacial et fonctionnel par un chirurgien dentiste/stomatologiste qualifié dans la médecine du sommeil est indispensable pour évaluer l'indication d'une orthèse d'avancée mandibulaire. Ce traitement est impérativement accompagné par un groupe de spécialistes de la médecine du sommeil qui prescrit cette orthèse et contrôle l'efficacité de ce traitement.

En France[modifier | modifier le code]

En 2004, à l'hôpital Saint-Antoine la pose d'orthèse d'avancée mandibulaire était vue comme une chance de pouvoir soigner davantage de patients pour un moindre coût[4] par rapport à la ventilation en pression positive continue.

Remboursement par la sécurité sociale[modifier | modifier le code]

Le traitement est remboursé par la sécurité sociale aux conditions expliquées par l'arrêté du 28/10/2008 publié au Journal officiel de la République française[5]. A ce jour 8 orthèses sont remboursées, 6 d’entres elles sont des orthèse sur-mesure; et 2 sont des orthèse thermoformable (ou boil and bite).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jon O. Lundberg, « Nitric oxide and the paranasal sinuses », Anatomical Record (Hoboken, N.J.: 2007), vol. 291, no 11,‎ , p. 1479–1484 (ISSN 1932-8494, PMID 18951492, DOI 10.1002/ar.20782, lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020)
  2. Woo Hyun Lee, Jee Hye Wee, Chul Hee Lee et Min-Su Kim, « Comparison between mono-bloc and bi-bloc mandibular advancement devices for obstructive sleep apnea », European archives of oto-rhino-laryngology: official journal of the European Federation of Oto-Rhino-Laryngological Societies (EUFOS): affiliated with the German Society for Oto-Rhino-Laryngology - Head and Neck Surgery, vol. 270, no 11,‎ , p. 2909–2913 (ISSN 1434-4726, PMID 23455584, DOI 10.1007/s00405-013-2417-0, lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020)
  3. « Choisir une orthèse anti-ronflement | SomniShop », sur Somnishop FR, (consulté le 30 octobre 2020)
  4. « Un progrès médical face à la « contrainte » budgétaire », L'Humanité, (consulté le 19 août 2012)
  5. Arrêté du 28 octobre 2008 relatif à l'inscription de l'orthèse d'avancée mandibulaire O.R.M. des laboratoires NARVAL SA au chapitre 4 du titre II de la liste des produits et prestations remboursables prévue à l'article L. 165-1 du code de la sécurité sociale

Voir aussi[modifier | modifier le code]