Orsonnens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orsonnens
Orsonnens
Blason de Orsonnens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Glâne
Commune Villorsonnens
NPA 1694
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 48″ nord, 6° 59′ 44″ est
Altitude 710 m
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg
Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Orsonnens
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Orsonnens
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Orsonnens
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Orsonnens (Ochounin Écoutez en patois fribourgeois) est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Glâne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située sur les flancs du Giboux, sur le versant est du vallon de la Neirigue, Orsonnens forme depuis le la commune de Villorsonnens avec Chavannes-sous-Orsonnens, Villargiroud et Villarsiviriaux[3].

Archéologie[modifier | modifier le code]

On y a trouvé des tertres (tumulus de la Civilisation de Hallstatt?) et nombreux fragments de tuiles romaines[4].

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Orsonnens est un site bâti se développant autour du Château d’En Haut et d’une église mentionnée déjà en 1137.

Église[modifier | modifier le code]

Eglise Saint-Pierre Orsonnens 01.jpg

L'église Saint-Pierre-et-Paul, reconstruite en 1935-1936 par Fernand Dumas, est un véritable « Manifeste du renouveau de l’art sacré dans l'Entre-deux-guerres et l'une des plus belles réalisations du Groupe de Saint-Luc »[5]. Il s'agit là d'une « œuvre d’art totale », de style Art déco.

  • Le 1er prix du concours pour la décoration intérieure fut remporté par le peintre fribourgeois Willy Jordan, qui fut chargé de la création et de l'exécution de la polychromie générale: le chœur, la nef, les plafonds et la galerie de l'orgue. La chaire et le chœur en mosaïque furent réalisés par Willy Jordan, selon ses dessins et cartons, avec les verriers Salviati de Venise.
  • Les vitraux de la tribune et du vestibule (1936), par Alexandre Cingria, sont constitués de petits morceaux de dalles de verre assemblés par du ciment, selon un procédé mis au point par le verrier parisien Albert Gaudin.

Château d’En Haut[modifier | modifier le code]

Rebâti en 1629 par la Famille Mayor de Lutry. Occupé, dès la fin du XIXe siècle, par une école ménagère tenue par des ursulines (Sainte-Marie, 1891-1977) puis monastère Notre-Dame de Fatima (cisterciens vietnamiens) depuis 1979[4].

Château d’en bas[modifier | modifier le code]

Édifice daté 1577. Entrée sur le grand côté sud-ouest avec encadrement aux armes de Jean-Antoine de Montenach (1634-1682), bailli de Romont en 1668-1673, et de son épouse Madeleine Ursule d’Affry. Propriété de la famille de Montenach, qui le restaure au troisième quart du XVIIe siècle[5].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. http://www.villorsonnens.com/
  4. a et b Marianne Rolle, « Orsonnens » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du ..
  5. a et b Guide artistique de la Suisse, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 180-181.
  6. Gérard Pfulg, Vitraux modernes. Romont (FR) et environs (Guides de monuments suisses 50/499-500), Société d’histoire de l’art en Suisse, Berne 1991, p. 22-24.