Oriental (1997-2015)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oriental
Oriental (1997-2015)
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Provinces Oujda-Angad
Nador
Berkane
Driouch
Taourirt
Figuig
Jerada
Chef-lieu Oujda
Wali(s) Mohamed Mhidia
Démographie
Population 2 097 629 hab. (2014[1])
Densité 25 hab./km2
Population urbaine 1 423 031 hab. (2014)
Population rurale 674 598 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 33° 49′ 13″ nord, 2° 33′ 35″ ouest
Superficie 8 282 000 ha = 82 820 km2
Géolocalisation sur la carte : Maroc
Voir sur la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Oriental

La région de l'Oriental (en arabe: الجهة الشرقية) était l'une des seize régions du Maroc avant le découpage territorial de 2015[2].

À l'issue de celui-ci, la nouvelle région de l'Oriental intègre la province de Guercif de l'ancienne région de Taza-Al Hoceïma-Taounate.

Son chef-lieu reste Oujda.

Géographie[modifier | modifier le code]

La région occupait le nord-est du Maroc et était limitée :

Elle était composée avant 2015 d'une préfecture et de six provinces :

Le nord de la région, le plus peuplé, correspond au rif oriental (provinces de Nador, Berkane, Driouch et de Taourirt).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population totale
1994 2004 2014
1 768 691 hab. 1 918 094 hab. 2 097 629 hab.
recensements officiels

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Routes et autoroutes[modifier | modifier le code]

L'autoroute A2 (Fes - Oujda) dessert plusieurs villes de la région.

Aéroports[modifier | modifier le code]

La région dispose de trois aéroports qui, réunis, ont accueilli 1 081 845 passagers en 2011 :

Ports[modifier | modifier le code]

Le port de Beni Nsar est le port industriel de la région. Un autre grand port, Nador West Med, est en projet et d'autres ports de pêche et de plaisance existent (Saïdia, Ras El Ma, Marchica, etc.).

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Oujda et Nador, les deux plus grandes villes, de la région sont reliées au réseau national.

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2003, la région comptait 491 écoles primaires, 89 collèges et 57 lycées[3].

Au niveau de l'enseignement supérieur, elle dispose de l'université Mohammed Ier.

Galerie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de la plage de Saïdia

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Abdelkader Guitouni, « Le Maroc oriental de l'établissement du protectorat à la décolonisation : les mutations d'un carrefour ethnique frontalier », dans Joël Bonnemaison, Luc Cambrézy et Laurence Quinty Bourgeois (éditeurs scientifiques), Le territoire, lien ou frontière ? : Identités, conflits ethniques, enjeux et recompositions territoriales, Paris, ORSTOM, coll. « Colloques et Séminaires », (lire en ligne)
  • [PDF] Ministère de l'Intérieur, Monographie de la Région orientale, chambre de commerce, d'industrie et de services d'Oujda, , 99 p. (lire en ligne)
  • [PDF] Nations unies, Guide de l'investissement dans la région de l'Oriental du Maroc, , 91 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] Haut-commissariat au Plan, Note sur les premiers résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2014 (lire en ligne)
  2. « Décret n°2.15.40 du 20 février 2015, fixant le nombre des régions, leurs dénominations, leurs chefs-lieux ainsi que les préfectures et provinces qui les composent, publié au Bulletin Officiel n° 6340 du 05 mars 2015 » qui entre en vigueur à la même date que le décret prévu à l'article 77 de la loi organique n°59-11 relative à l'élection des membres des conseils des collectivités territoriales
  3. Mohamed Loucifi, « L'Oriental, un carrefour maghrébin », Le Matin,‎ (lire en ligne)