Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est
États membres de l'OTASE en 1959
États membres de l'OTASE en 1959
Carte de l'organisation

Création
Dissolution
Type Alliance militaire
Siège Bangkok (Thaïlande)

L'Organisation du Traité de l'Asie du Sud-Est (OTASE ou pacte de Manille ; en anglais : Southeast Asia Treaty Organization, SEATO), mise en place en 1954, était un pacte militaire pro-occidental, regroupant deux pays de l'Asie du Sud-Est non communistes et des états d'autres régions du monde ayant des intérêts dans celle-ci.

Historique[modifier | modifier le code]

Timbre postal américain de 1960 avec l'emblème de l'OTASE.
Avions de patrouille maritime Lockheed SP-2H Neptune australien, P-5B Marlin américain, et Short Sunderland MR.5 néo-zélandais lors d'exercices de l'OTASE en 1963 dans la baie de Manille.
Les porte-hélicoptères australien HMAS Sydney (R17) et américain USS Valley Forge (LPH-8) durant des manœuvres de l’OTASE en mai 1964.
Conférence de l'OTASE à Manille en 1966 présidée par Ferdinand Marcos.

L'OTASE a été créée le , à l'initiative des États-Unis, dans le contexte de la guerre froide dans le cadre du pacte de défense collective de l'Asie du Sud-Est lors de la conférence de Manille débutant le 6 septembre[1]. Le traité rend possible le règlement pacifique des litiges ou conflits entre pays membres, donne force aux institutions existantes en instituant une coopération économique et technique, mais permet surtout de constituer une protection contre ce que certains pays désignent sous le terme d'agression communiste ; il est notamment spécifié, en exécution du présent traité, que les États-Unis interviennent sous réserve expresse que cette intervention ne soit qu'une réponse à une agression ou à une attaque armée communiste ; s'il se manifeste quelque autre forme d'agression ou d'attaque armée qui mette en danger la paix dans cette région du globe, les États-Unis doivent avant toute action consulter les autres signataires[2],[3].

L'organisation formellement établie le devient l'une des dimensions de la politique de containment face au développement du communisme en Asie du Sud à la suite de la guerre d'Indochine[4]. En raison des accords de Genève de 1954, la République du Viêt Nam, Royaume du Cambodge et du Royaume du Laos ne sont pas appelés à en faire partie ; toutefois, un protocole prévoit une protection militaire pour ces pays qui ont le statut d'observateurs[5]. Le Cambodge et le Laos ont finalement renoncé à cette garantie[2].

Les Philippines se sont jointes en partie à cause de leurs liens étroits avec les États-Unis et, en partie, de leur préoccupation face à l'insurrection communiste des Hukbalahap puis de la Nouvelle Armée populaire menaçant son propre gouvernement. La Thaïlande, de la même façon, s'est jointe après la création d'une « Région autonome thaïlandaise » dans la province du Yunnan en Chine du Sud, exprimant sa préoccupation quant au potentiel de la subversion communiste chinoise sur son propre sol[5].

Le Canada contacté préféra se concentrer sur l’OTAN et l'Inde voulut garder sa neutralité.

Le siège de l'OTASE se trouvait sur l'avenue Ratchadamnoen (en) à Bangkok, en Thaïlande[5] sur demande des États-Unis, les britanniques ayant suggéré Singapour. Son budget en 1960 est de 900 000 dollars américains (7286052 dollars actuels)[6].

Emblème de l’exercice militaire Oceanlink de 1958 avec les drapeaux des huit pays membres de l’OTASE.

L'organisation, à vocation défensive, s'inspire largement du modèle de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), mais a été beaucoup moins puissante[7] étant donné la faiblesse militaire de certains pays membres, le fait qu'elle ne disposait pas d'unités en propre, la dispersion géographique de l'ensemble des éléments de l'Alliance et l'obligation d'unanimité des pays membres pour agir[5]. Soulignant cet aspect de mission de défense qu'ont donné au traité les pays membres, l'Office d'assistance spéciale existant au sein de l'O.T.A.S.E. prit, en 1970, le nom d'« Office de contre-subversion et de contre-insurrection ».

L'impact géopolitique de l'OTASE fut assez faible. Ainsi, l'alliance se garda d'intervenir dans la deuxième guerre indo-pakistanaise, la troisième guerre indo-pakistanaise et la guerre du Viêt Nam, le poids militaire de cette dernière incombant dans l'immense majorité aux seuls Américains et les autres membres de l'OTASE s'engageant à leur côté (Australie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Thaïlande) le faisant à titre individuel.

Une conférence à Canberra en 1957 fait du premier ministre thaïlandais Pote Sarasin le premier secrétaire général de l'OTASE. Les premières manœuvres de l'OTASE ont lieu en mai 1958[6].

La non-intervention devant l'avancée du Pathet Lao durant la Guerre civile laotienne en 1960-1961 suite au refus d'une intervention militaire par les franco-britanniques malgré les plans proposés (On a envisagé de dépêcher une brigade américaine et une du Commonwealth pour protéger Vientiane) décrédibilisent l'organisation[6]. Les franco-britanniques obtiennent une garantie de neutralité définie par les principes de non-ingérence et de non-alignement dans les accords de Genève de 1962. Un cabinet d’union nationale fut constitué sous l’autorité du prince Souvanna Phouma, soutenu par la France et la Grande-Bretagne[8] qui ne survécut pas à la fin de la guerre du Viet-Nam, qui vit le Pathet Lao s'emparer du pouvoir en 1975.

Dès avril 1964, il est constaté publiquement les divergences de vues entre la France et les États-Unis sur le conflit vietnamien[9] et le Royaume-Uni refuse les demandes américaines d'envoyer des troupes sur ce théâtre d'opérations qui commencent à partir de décembre 1964[10].

La France suspend sa participation militaire le 23 avril 1965[9], annonce le 28 mai 1965 son refus de soutenir l'intervention américaine au Viet-Nam[11] et son retrait de l'état-major de l’OTASE, retire ses derniers fonctionnaires en 1968 et annonce en juin 1973 qu'elle arrête son financement en 1974[9].

Le Pakistan quitte l'OTASE et dénonce le Pacte de Manille en 1972 suite à sa non-intervention lors de ses guerres avec l’Inde[5].

Après un allégement considérable de ses structures militaires en novembre 1973, la décision de sa dissolution est prise lors d'une réunion à New-York le 24 septembre 1975[9].

Après un ultime exercice le 20 février 1976[5], l'OTASE fut dissoute le , après la fin de la guerre du Viêt Nam et le réchauffement des relations Est-Ouest mais le Pacte de Manille subsiste en tant qu'instrument juridique et seul lien de sécurité entre les États-Unis et la Thaïlande.

Hors participation au financement direct de l’organisation, les pays membres firent des projets culturels, scientifiques et éducatifs qui eurent des effets à long terme. Le Royaume-Uni financera en autre en partie en 1959 la création d'une école d'ingénieurs à Bangkok, la « SEATO Graduate School of Engineering » qui deviendra la Asian Institute of Technology[6] . L'OTASE fondera également deux laboratoires de recherches sur le choléra, un à Bangkok et à un à Dhaka, le « Pakistan-SEATO Cholera Research Laboratory » devenant en 1978 le Centre international pour la recherche sur les maladies diarrhéiques, Bangladesh[12] ainsi que vingts d'écoles d'apprentissage[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

Organigramme en anglais du Conseil de l'OTASE.
Organigramme en anglais de la structure militaire de l'OTASE.

Pays membres[modifier | modifier le code]

États membres Moyenne des contributions aux budgets civil et militaire entre 1958 et 1973[9] Notes
Drapeau des États-Unis États-Unis 25 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 16 % 50 000 £ de budget en 1960, soit un millième des dépenses militaires britanniques en Asie[6].
Drapeau de la France France 13,5 % Annonce de la non-participation aux activités militaires le 23 avril 1965; Annonce du retrait de l’état-major de l’OTASE le [13]; retrait des derniers fonctionnaires en 1969; maintien d'un financement jusqu'en 1974[9].
Drapeau de l'Australie Australie 13,5 %
Drapeau du Pakistan Pakistan 8 % Retrait annoncé en 1972[9].
Drapeau des Philippines Philippines 8 %
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 8 %
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 8 %

Effectifs militaires en Asie du Sud[modifier | modifier le code]

Voici les effectifs des forces armées en Asie du Sud en 1954[6] au sortir de la guerre d'Indochine, le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient en court de rapatriement est dissout le 28 avril 1956[14] et les forces du Commonwealth engagées contre l'insurrection communiste malaise qui compteront environ 40 000 hommes en 1960 ne sont pas comptabilisés :

Pays Effectif approximatif
Pakistan 180 000
Inde 425 000
Birmanie 46 000
Thaïlande 55 000
Philippines 40 000
Indonésie 160 000
Sud Vietnam 180 000 (+ 60 000 paramilitaires)
Laos 30 000
Cambodge 30 000
Forces françaises 170 000
Vietminh 220 000 (+ 100 000 paramilitaires)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 1954 », sur OTAN (consulté le 16 septembre 2017).
  2. a, b et c « O.T.A.S.E. (Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est) », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 septembre 2017).
  3. (en) « Texte fondateur de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est », sur http://perspective.usherbrooke.ca/ (consulté le 26 septembre 2017).
  4. Alfred Stirling, « L’Australie et l’O.T.A.S.E. », Le Monde diplomatique,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  5. a, b, c, d, e et f (en) « Pakistan and the South East Asia Treaty Organization », sur http://historypak.com/ (consulté le 14 septembre 2017).
  6. a, b, c, d, e et f (en) Peter Lowe, Contending With Nationalism and Communism : British Policy Towards Southeast Asia, 1945-65, Palgrave Macmillan, , 312 p. (ISBN 978-0-230-23493-2, lire en ligne), p. 92-93-95-96.
  7. « O.T.A.S.E. : un organisme inefficace sur le plan militaire », Le Monde diplomatique,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  8. Pierre Journoud, L'évolution du débat stratégique en Asie du Sud-Est, Institut de recherche stratégique de l'École militaire, , 473 p. (lire en ligne), p. 38.
  9. a, b, c, d, e, f et g Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam : 1945-1969, Éditions Tallandier, , 542 p. (ISBN 978-2847345698, lire en ligne).
  10. (en) Jonathan Coleman, « Harold Wilson, Lyndon Johnson and the Vietnam War, 1964-68 », sur http://www.americansc.org.uk/, (consulté le 19 septembre 2017).
  11. Maurice Vaïsse, La puissance ou l'influence ? : La France dans le monde depuis1958, (ISBN 978-2213638102, lire en ligne), p. 649.
  12. (en) « SEATO ( Southeast Asia Treaty Organization) - PowerPoint PPT Presentation », sur http://www.slideserve.com/, (consulté le 19 septembre 2017).
  13. Bruno Larebière, Chronique de l’Histoire : De Gaulle, Éditions Chronique, 136 p. (lire en ligne), p. 28 mai 1954.
  14. Ivan Cadeau, « 1954-1956, le départ du corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient », Revue historique des armées, no 258,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]