Ordres mineurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la religion catholique, les ordres mineurs sont des ministères ou fonctions, plus étroitement liés à la liturgie, qui ont été considérés comme des institutions précédant la réception des ordres majeurs ou sacrés[1].

Église latine[modifier | modifier le code]

Dans l'Église latine, ces ordres mineurs étaient au nombre de quatre, selon la hiérarchie croissante :

Depuis l'entrée en vigueur du motu proprio du pape Paul VI Ministeria quaedam du 15 août 1972, ces fonctions sont appelées ministères[2].

Sont conservés pour toute l'Église latine les ministères de lecteur et acolyte, et ce dernier peut en certains lieux, au jugement de la conférence épiscopale, porter le nom de sous-diaconat[3]. Outre à ces deux fonctions, les conférences épiscopales sont autorisées à proposer au Saint-Siège « celles dont elles auraient jugé, pour des raisons particulières, l'institution nécessaire ou très utile dans leur propre région. De cette catégorie relèvent, par exemple, les fonctions de portier, d'exorciste et de catéchiste, et d'autres encore, confiées à ceux qui sont adonnés aux œuvres caritatives, lorsque ce ministère n'est pas conféré à des diacres[1]». La seule conférence qui a montré un intérêt est la Conférence des évêques de France, mais sans faire aucune proposition concrète[4].

Les ministères peuvent être exercés par des laïcs[5], mais les candidats au diaconat et au sacerdoce ministériel doivent être institués comme lecteurs et acolytes et exercer ces deux ministères pendant une période convenable[6],[7].

Déjà avant 1972 on considérait que ce qu'on appelait l'ordination aux quatre ordres mineurs n'était pas un sacrement[8],[9]. Et certains prêtres, sans le caractère épiscopal, pouvaient les conférer comme ministres extraordinaires[10].

Les communautés (instituts de vie consacrée et sociétés de vie apostolique) qui maintiennent ce que le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI appelle forme extraordinaire du rite romain peuvent utiliser encore le Pontifical romain en vigueur en 1962 (dix ans avant le Ministeria quaedam) pour conférer les ordres mineurs[11]. Ceux qui reçoivent ces ordres mineurs restent dans le laïcat, parce qu'on ne devient clerc que par l'ordination diaconale[12].

Parmi les hommes célèbres qui ont reçu les ordres mineurs sans devenir diacres ou prêtres on trouve les noms de Giacomo Casanova[13] et Franz Liszt[14].

Avant l'entrée en vigueur du Code de droit canonique de 1917, on pourrait devenir cardinal sans avoir reçu les ordres majeurs. Ainsi Ferdinand d'Autriche (1609-1641) fut nommé cardinal à l'age d'environ 10 ans. En effet les ordres mineurs pouvaient être conférés à des enfants encore plus jeunes[9],[15].

Églises catholiques orientales[modifier | modifier le code]

Selon le canon 327 du Code des canons des Églises orientales, les églises catholiques orientales ont leurs propres ordres mineurs (acolyte, chantre, sous-diacre) qui sont régis par le droit particulier de leur église sui iuris[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]