Orchestre lyrique de l'ORTF

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orchestre lyrique de l'ORTF
Ville de résidence Paris Drapeau de la France France
Lieux d'activité Maison de la Radio
Années d'activité
Type de formation Orchestre symphonique
Genre Répertoire : Musique légère, opérettes, valses viennoises
Structure de rattachement ORTF
Effectif 60 musiciens

L’Orchestre lyrique de l'ORTF était un ensemble de musique classique légère, créé en 1941 et dissous en 1975.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé pour la reprise d'œuvres négligées ou la création ainsi que la commandes passées par la radio, l'orchestre compte une soixantaine de musiciens. Il porte successivement les noms d’Orchestre radio-lyrique, Orchestre lyrique de RTF, enfin Orchestre lyrique de l'ORTF. En 1975, les effectifs sont reversés au nouvel orchestre philharmonique de Radio France.

Direction[modifier | modifier le code]

Les chefs permanents ont été Jules Gressier entre 1941 et 1958, puis Pierre-Michel Le Conte de 1960 à 1973[1]. En outre, il faut citer Adolphe Sibert rattaché à l'orchestre de 1963 à sa dissolution en 1975.

Ont également dirigé l'orchestre : Tony Aubin (À l'Aimable Sabine), Jean Brebion (Ô mon bel inconnu de Reynaldo Hahn[2]), Charles Bruck (Juliette ou la Clé des songes[3]), Marcel Cariven, Louis Fourestier (Le Calife de Bagdad), Jean-Paul Kreder, Jean-Gabriel Gaussens (Messe de Requiem de Saint-Saëns[4]), André Jouve, Jean Claude Hartemann (Le Médecin malgré lui de Gounod[5]), Jean-Pierre Marty (Le pré aux clercs d'Herold) et Jean Doussard (Un bon garçon, Les rendez-vous bourgeois).

Créations[modifier | modifier le code]

Pendant les années 1960 et 1970, l'ensemble a assumé de nombreuses créations d'œuvres contemporaines[1], notamment :

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Musiques viennoises (vol. 3), Adolphe Sibert en concert : J. Strauss, Lehár, Hellmesberger - Orchestre Lyrique de l'ORTF (enregistrements publiques de 1967 à 1975 extraits des archives de l'INA, Studio SM 12 22.62).
  • Johann Strauss, Le Baron tzigane - Claudine Collard et Lina Dachary, sopranos ; Janine Capderou, contralto ; Michel Caron et Michel Hamel, ténors ; Henri Bedex ; Aimé Doniat, baryton - Orchestre Lyrique de l'ORTF, Dir. Adolphe Sibert (CD Intégrale)
  • Franz Lehár, Pages choisies - Orchestre Lyrique de l'ORTF, Dir. Adolphe Sibert (enregistré entre 1966 et 1971, Naxos "Historical" 8.111010)
  • Franz Lehár, La Veuve joyeuse - Teresa Stich-Randall, Jean-Gui Henneveux, Adolphe Sibert (Intégral classic)
  • Emmerich Kalman, Princesse Czardas - Christiane Chateau, Lina Dachary, Adolphe Sibert (Intégral classic)
  • Carl Millöcker, L’Étudiant pauvre - Anne-Marie Saniai, Huguette Boulangeot, Adolphe Sibert (1972, Intégral classic INT 221.134)[7]
  • Franz Lehár, L'Age d'or de l'Opérette viennoise, Volume 2 : La Veuve joyeuse - Adolphe Sibert, Chœur et Orchestre Lyrique de l' ORTF (Forlane)
  • Nicolo Isouard, Les rendez-vous bourgeois - Lina Dachary, Linda Felder, Monique Stiot, Jean Doussard (18 mars 1971, Musidisc 201832)
  • Martinů, La Comédie sur le pont, Alexandre Bis - Nadine Sautereau (soprano) ; Jane Berbie (mezzo-soprano) ; Jacques Mars (basse) ; Bernard Demigny (baryton) ; Jean Giraudeau (ténor), dir. Manuel Rosenthal – Claudine Collart (soprano) ; Berthe Kal (mezzo-soprano) ; Gérard Friedmann (ténor) ; Aimé Doniat (baryton) ; Marcel Vigneron (basse), dir. Jean Doussard (10 octobre 1963/4 novembre 1969, Ina/Le Chant du Monde LDC 278994) (OCLC 26941758)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pâris 2004, p. 1020
  2. (notice BnF no FRBNF38256792). Enregistrement qui a obtenu le Grand Prix de l'Académie Charles Cros.
  3. (notice BnF no FRBNF38223641)
  4. (notice BnF no FRBNF38006891)
  5. (notice BnF no FRBNF38224453)
  6. (notice BnF no FRBNF39496878)
  7. Revue de Jacques Bonnaure sur www.classicstodayfrance.com.

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]