Orchestre des femmes d'Auschwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'orchestre des femmes d'Auschwitz était l'orchestre constitué dans le camp des femmes d'Auschwitz-Birkenau. Il fut créé en , sur ordre de la SS, par Zofia Czajkowska, professeure de musique de nationalité polonaise. Les membres de cette formation étaient toutes des déportées[1], qui se virent pour la plupart protégées par l'appartenance à l'orchestre de l'extermination dans les chambres à gaz, ou par les travaux forcés, jusqu'en . Zofia Czajkowska fut remplacée en tant que cheffe d'orchestre par Alma Rosé, la fille de la sœur de Gustav Mahler, Justine, et d'Arnold Rosé[2]. Alma Rosé dirigeait précédemment un orchestre de femmes dans sa ville natale de Vienne. Parmi les 150 pièces du répertoire qui sont jouées, l'ouverture de La Pie voleuse de Gioachino Rossini, Le Beau Danube bleu de Johann Strauss, les Danses hongroises de Johannes Brahms, Judith de Franz Lehar, Rigoletto de Giuseppe Verdi.

L'orchestre jouait principalement pour accompagner les départs des déportées au travail, ainsi que les retours des kommandos le soir. Il jouait également sur la demande des SS lors de visites officielles ou pour la distraction des gardiens et officiers, à disposition desquels un répertoire était disponible dans le baraquement où les déportées s'entraînaient[3].

En 2018, Esther Bejarano, Hilde Simha, Rivka Bacia (Regina Kuperberg) et Anita Lasker-Wallfisch sont les dernières survivantes de l'orchestre d'Auschwitz.

Membres de l'orchestre par activité[modifier | modifier le code]

Cheffes d'orchestre[modifier | modifier le code]

Violon[modifier | modifier le code]

Violoncelle[modifier | modifier le code]

Contrebasse[modifier | modifier le code]

Mandoline[modifier | modifier le code]

Piano[modifier | modifier le code]

Guitare[modifier | modifier le code]

Flûte[modifier | modifier le code]

Accordéon[modifier | modifier le code]

Batterie[modifier | modifier le code]

Voix[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Girls in the Auschwitz Band », sur The Girls in the Auschwitz Band (consulté le 14 avril 2021)
  2. Bruno GINER, Survivre et mourir en musique dans les camps nazis, Univers poche, , 220 p. (ISBN 978-2-8238-1607-5, lire en ligne)
  3. Élise Petit, Des usages destructeurs de la musique dans le système concentrationnaire nazi, Les Etudes du Crif, (lire en ligne), p. 14
  4. Esther Bejarano joue encore aujourd'hui dans le groupe Coincidence — jouant des musiques du Ghetto, et des chansons yiddishs et anti-fascistes