Orange sanguine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oranges sanguines

L'orange sanguine est une variété d'orange douce, fruit de l'oranger (Citrus sinensis), dont la couleur de pulpe va du rouge sang au rouge sombre. Une forte amplitude thermique hivernale induit la production d'anthocyanines dans le fruit[1]. Ces pigments, connus comme de puissants anti-oxydants, sont rares chez les agrumes dont la couleur jaune à orange parfois rose est causée par des caroténoïdes'[2].

Dénomination[modifier | modifier le code]

En lien avec la couleur rouge : en italien arancia rossa, orange rouge, de même en espagnol naranja roja o sanguina. Evoquant le sang : en anglais Blood orange, en chinois 血橙 (Xuè chéng) : (xuè)sang (chéng) orange, en français, en portugais laranja sanguínea ou laranja-de-sangue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nature morte aux oranges par Bartolomeo Bimbi, où l'on voit des oranges bien rouges

La première description de l'orange sanguine est attribuée au jésuite italien Giovanni Battista Ferrari qui décrit en 1646 dans son chapitre Aurantium Indicum in infulis Philippinis (provenant des Iles Philippines) puisqu'il en décrit la pulpe pourpre[3],[4]. La première représentation d'oranges sanguines est contemporaine par Bartolomeo Bimbi. Il faut attendre 1827 pour avoir une brève description en italien de Arancia rossa di Portogalo, si nomina anche arancia-granata, o di Malta ainsi nommée pour sa couleur (Orange du Portugal signifie orange douce)[5]. Il reste que la fréquence de arancia rossa dans les sources écrites italienne n'est significative qu'à compter de 1990 [6].

En 1805 le Traité complet sur les pépinières d'Etienne Clavel mentionne la Sanguine d'Italie. La diffusion de pieds greffés commence en Algérie, à Blida, en 1865 [7]. En 1875, l'arbre est décrit comme oranger à fruits sanguins Citrus sanguinea en référence aux oranges sanguines du Caire[8]. L'orange sanguine de Malte est également citée, avec des formes à gros fruits (1884) [9],[10]. Les obtenteurs diffusent une orange sanguine de Briskra à la fin de siècle [11].

Blood orange est largement fréquent dans les sources américaines de 1880 à 1914 au moment de la création des vergers de Californie et de Floride [12]. Deux cultivars ont donné de bons résultats : la maltaise sanguine et la Ruby [13].

Renoir, Marchande d'oranges (1889)

Dans toutes les langues la fréquence des mots orange sanguine dans la littérature croit fortement depuis la fin du XXe siècle, en corrélation avec antioxydant [14],[15],[16]. L'inventaire de ses composés antioxydants (anthocyanes, acide ascorbique et acides hydroxycinnamiques) montre que le niveau d'anthocyane notamment est suffisant pour avoir une action positive sur la santé [17]. Une action anti-adipogène de ces mêmes anthocyanes a été démontrée in vitro (2019) [18].

L'histoire des variétés est incertaine, il existe deux zones de domestication : un foyer méditerranéen avec 3 dérivations indépendantes : une sicilienne Doppio Sanguigno / Maltaise Sanguine, une espagnole à partir de Doblefina - qui donne Sanguinelli, et une palestinienne avec Shamouti Blood ou Palestine Blood Jaffa Orange - chimère peut-être dérivée d'un greffage de maltaise sanguine. La seconde zone est chinoise et serait assez récente (vers 1900, ce qui contredit Ferrari), l'orange sanguine Jingxian enregistrée dans le registre officiel de la région de Huaihua en 1996 [1].

Une couleur unique[modifier | modifier le code]

Coloration très rouge de l'orange douce Cara Cara (à gauche), comparée à celle de Newhall (à droite) - fin décembre 2020 fruits portugais.

Les anthocyanes[modifier | modifier le code]

La couleur jaune à orangé des oranges douces leur est donnée par une trentaine de caroténoïdes [19],[20]. Parmi eux, le lycopène - rouge - peut donner quand il est abondant des pulpes d'une rose/rouge profonds comme par exemple celui du cultivar Navel Cara Cara [20]. La particularité des oranges sanguines est la présence d'anthocyanines au fort pouvoir colorant du rouge au noir, ce sont des flavonoïdes dont les influences positives sur la santé humaine sont reconnus de nos jours [21]. On a séparé 7 anthocyanes différentes, les anthocyanidines acétylées par l'acide malonique (cyanidines) sont majoritaires [22].

La biosynthèse de l'anthocyane dans l'orange sanguine a été décrite en 2012. Le niveau de transcription des gènes responsables de la production des anthocyanes varie selon l'activité des amplificateurs tcs (dont il existe 2 variantes Tcs1 pour Tarocco et Doppio Sanguigno et Tcs2 pour la sanguine chinoise de Jingxian), lequel dépend du niveau de stress thermique [1]. Les auteurs notent que ce phénomène ne se manifeste que dans le fruit alors qu'il est fréquent dans la nature dans les feuilles.

Coloration de l'orange sanguine
La peau colore également sur les variétés les plus riches en anthocyanines

Degré de coloration difficilement contrôlable[modifier | modifier le code]

Les sanguines sont plus ou moins colorées à l'extérieur et à l'intérieur selon la variété, la maturité, les amplitudes thermiques, l'exposition du fruit et la variété [23]. Dans les pays à hiver doux, elles colorent peu ou pas[24]. Le stockage au froid (8° C) augmente le niveau d'anthocyanes [25]. La coloration progresse le long des parois avec la maturation. On distingue les light blood ou sanguines claires et les deep blood, sanguines foncées [26].

La coloration est due à l'insertion d'éléments transposables au niveau du génome, phénomène aléatoire qui rend la reproduction et la maitrise du mécanisme de coloration très délicate [27],[28]. Ainsi, c'est par semis qu'ont été obtenus le tangor AMOA8 très coloré (C. sinensis cv. Moro x C. deliciosa cv. Avana) [29].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cuisine[modifier | modifier le code]

Parmi les utilisations classiques en cuisine la sauce maltaise est une sauce hollandaise additionnée de jus d'orange sanguine et d'une pincée de zeste râpé, elle accompagne les asperges [30].

Le jus colore des pâtisseries, et inévitablement en Italie les spaghettis (Spaghetti aux anchois et à l'orange sanguine) ou condimente les agnolotti au beurre de zeste d'orange sanguine [31],[32].

Le jus est utilisé par les chefs actuels dans des préparations froides (Joël Robuchon : Émulsion d'orange sanguine sur gelée de baies sauvages, Jacques Maximim terrine d'orange sanguines en gelée), ou glacées tels les sorbets [33],[34]. L'orange sanguine accompagnent poissons et crustacés, poulet et salades dans la cuisine actuelle qui apprécie sa couleur[35].

Cocktails et boissons[modifier | modifier le code]

La couleur des sanguines est mise à profit dans les boissons : soda Arancia Rossa Polara, liqueurs siciliennes Amara (Amaro di Arancia Rossa), Solerno, des vodka, des gin [36],[37],[38].

C'est dans les cocktails que l'orange sanguine s'exprime le mieux. Le plus ancien : Mimosa (jus d'orange sanguine et Champagne), classique italien le Spritz ( jus d’orange sanguine, de vin mousseux et Apérol ou Campari), Gin sanguine ( avec de la coriandre), Margarita sanguine, Amour sanglant (avec cognac et liqueur de vanille) [39],[40],[41],[42].

Effets sur la santé humaine[modifier | modifier le code]

Il est établi que la consommation fréquente de végétaux riches en caroténoïdes et en flavonoïdes antioxydants est associée à un plus faible risque de cancer, de maladies cardiovasculaires et inflammatoires, pour ce qui concerne l'orange sanguine cette richesse est améliorée par un stockage au froid [43],[44]. Un essai croisé randomisé, contrôlé, en simple aveugle, sur 30 européens à qui on a fait boire quotidiennement 200 ml. de jus d'orange sanguine sucré a montré des effets favorables sur la fonction endothéliale, la pression artérielle, le profil lipidique et les marqueurs inflammatoires (2020) [45].

Un publication italienne (2018) sur les boissons à base d'orange sanguine conclu « la consommation d'oranges sanguines fraîches représente le moyen le moins cher d'assurer la consommation de composés bioactifs favorables à la santé tels que les anthocyanes et les HCA (acide ascorbique, acides hydroxycinnamiques)[46].

Cultivars[modifier | modifier le code]

Les cultivars sont nombreux, la collection de l'Université de Californie Riverside compte 25 cultivars sanguins principalement d'oranges blondes [47]. La liste en est : Delfino Doblafina (cv Entre Finan cv Grosse Ronde), Maltaise sanguine (cv. Boukhobza, cv. Demi sanguine), Moro, Navel sanguine (cv. Shahani et cv. Washington Sanguine), Ruby, Sanguinelli, Sanguinello, Tarocco (vc Bream), Vaccaro (tardive italienne), Valencia (cv Burris blood), Vaniglia sanguine (cv. Rio Farm) à ne pas confondre avec Vaniglia Sanguino (qui n'est pas une sanguine mais colorée par les lycopènes)[48],[49]. L'Orange á Feuilles Laciniées (curiosité décorative peu sanguine conservée à San Giuliano) aurait été décrite par Ferrari[50].

Les cultivars d'orange sanguine les plus diffusés sont :

Moro[modifier | modifier le code]

Orange sanguine asperme (sans pépins)

Moor, ou Moro de Catane, la variété la plus cultivée aux USA [51]. La plus précoce, la chair est violet foncé plus ou moins homogène et la peau rouge-orange. Originaire de la région de Lentini et répandue dans les régions de Catane et Syracuse les cultivars suivants sont admis en culture Moro comune, Moro di Lentini, Moro nucellar 58-8D-1.[52].

Tarocco[modifier | modifier le code]

La Tarocco, (di tutte e tre la Regina : la reine des trois) est un fruit asperme de taille moyenne ou petite, doux et savoureux, particulièrement populaire en Italie. Elle aurait été obtenue à partir d'une mutation de la Sanguinello à Francofonte [52]. Sa richesse en vitamine C est élevée. Tarocco est hâtive [53].

Sanguinello - Sanguinelli[modifier | modifier le code]

La Sanguinello, découverte en Espagne en 1929, largement produite en Sicile, a une peau rougeâtre, peu de graines, une chair tendre et sucrée. Sa maturité est tardive [33],[52]. Sa taille est petite, elle supporte bien un stockage prolongé [54]. Sanguinelli est une seconde obtention espagnole mise en culture en 1950, sans épine, le fruit est de taille moyenne et sa coloration peut être très sombre. Elle porte un nom espagnol (pluriel de Sanguinella) pour la distinguer des sanguines de Sicile, et celui de Sakasli en Tunisie [55],[33].

La maltaise[modifier | modifier le code]

Malte a été un centre de diffusion d'orange sanguine, en 1859 c'est à partir de Malte que l'orange sanguine fut réintroduite en Extrême Orient[56]. Il existe une Bloodred Malta au Pakistan ou la production de Gujranwala est renommée et au Pendjab, en Inde, Beladi Blood qui aurait été importée de Malte en Egypte vers 1830 [57]. La maltaise sanguine semble être un clone de ces variétés [58]. L'orange maltaise demi-sanguine est une variété d'orange douce et semi-sanguine cultivée en Tunisie, sur la péninsule du cap Bon [59].

Labels de qualité[modifier | modifier le code]

Orange sanguine de Sicile IGP

IGP Arancia rossa di Sicilia[modifier | modifier le code]

est une IGP qui couvre une zone de production de Sicile orientale ( Provinces de Catane, d'Enna, et de Syracuse) enregistrée par la Commission Européenne en vertu du règlement (CE) n° 1107/96 le 12 juin 1996 - circulaire italienne d'octobre 1997 [60],[61]. Le cahier des charges indique qu'elle « se caractérise par un grand ensoleillement la journée et par des températures fraîches la nuit, que l'on doit aux courants d'air provenant du massif volcanique de l'Etna ainsi qu'aux faibles précipitations. Dans cette région, les cultivars Sanguinello, Tarocco et Moro ont trouvé les conditions idéales pour fournir une production de qualité »[62].

Il met en évidence de la relation qui peut exister entre des facteurs climatiques et les caractéristiques de ces oranges sanguines [62].

IGC Orange sanguine de Zizhong[modifier | modifier le code]

L'orange sanguine italienne Tarocco, introduite en 1992 dans le comté de Zizhong, sous-préfecture de Neijiang, province du Sichuan, bénéficie d'une indication géographique nationale chinoise depuis 2010 sous le nom 资中血橙 (Zīzhōng xuè chéng). C'est une grosse orange (150 à 200 g.) récoltée à compter de janvier. Elle aurait été améliorée sur place, et dépasserait en qualité les sanguines italiennes d'après les sources chinoises [63],[64].

O.P. Rosaria[modifier | modifier le code]

est une Organisation de Producteurs siciliens qui privilégie la qualité, elle a créé la marque Orange rouge de l'Etna [65].

Granité à l'orange sanguine

Fables et folklore[modifier | modifier le code]

  • Depuis longtemps on raconte que l'orange sanguine (arancia-granata en Italien) est issue d'une greffe d'oranger sur grenadier dont le jus peut prendre une teinte rouge sombre signalant la forte présence d'anthocyanines [66],[67]. Ce qui n'a botaniquement et génétiquement aucun sens.
  • L'orange sanguine est un fruit rare de par sa dépendance au climat méditerranéen à hivers froids, secs et ensoleillés, les fraudeurs ont donc commercialisé des oranges artificiellement colorées au rouge d'aniline imitant les sanguines. En 1908, la Gazette de médecine de Lyon rapporte le cas d'une jeune russe blessée par l'aiguille de la seringue qui avait servi à l'injection du colorant cassée dans le fruit [68].
  • Autre légende : l'orange sanguine rougit extérieurement quand elle reste 2 ans sur l'arbre [69].
  • Il existe un poire nommée Orange rouge et souvent Orange sanguine décrite en 1860, maturité en aout [70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Eugenio Butelli, Concetta Licciardello, Yang Zhang et Jianjun Liu, « Retrotransposons Control Fruit-Specific, Cold-Dependent Accumulation of Anthocyanins in Blood Oranges[W][OA] », The Plant Cell, vol. 24, no 3,‎ , p. 1242–1255 (ISSN 1040-4651, PMID 22427337, PMCID 3336134, DOI 10.1105/tpc.111.095232, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  2. Hyoung S. Lee, « Characterization of Major Anthocyanins and the Color of Red-Fleshed Budd Blood Orange (Citrus sinensis) », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 50, no 5,‎ , p. 1243–1246 (ISSN 0021-8561, DOI 10.1021/jf011205+, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  3. (la) Giovanni Battista Ferrari, Hesperides, sive De Malorum aureorum cultura et usu Libri Quatuor Io: Baptistae Ferrarii Senensis e Societate Iesu, Sumptibus Hermanni Scheus, (lire en ligne), p. 429 chapitre XIV
  4. (en) Luca Stefano Cristini, Oranges, mandarins, cedars, lemons and bergamots...: Artistic engravings of Ferrari, Aldrovrandi, Volckhamer..., Soldiershop Publishing, (ISBN 978-88-96519-74-5, lire en ligne)
  5. (it) Nuovo corso completo di agricoltura teorica e pratica, contenente la grande e piccola coltivazione, l'economia rurale e domestica, la medicina veterinaria ec., ossia Dizionario ragionato ed universale di agricoltura. Opera compilata sul metodo di quella del fu abbate Rozier ... Volume 1. (-32.): ARA-AZZ. 3, (lire en ligne)
  6. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 27 décembre 2020)
  7. Gustave Heuzé, Les primes d'honneur et les médailles de spécialité décernées dans les concours régionaux en 1865, Impr. Nationale, (lire en ligne)
  8. La Belgique horticole, (lire en ligne)
  9. Bulletins d'arboriculture, de culture portagère et de floriculture, (lire en ligne)
  10. Bulletin de la Société nationale d'acclimatation de France, The Sociéte̋, (lire en ligne)
  11. Algeria Service Botanique, Bulletin, (lire en ligne)
  12. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 27 décembre 2020)
  13. (en) California Legislature Senate, The Journal of the Senate During the ... Session of the Legislature of the State of California, (lire en ligne)
  14. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 28 décembre 2020)
  15. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 28 décembre 2020)
  16. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 28 décembre 2020)
  17. (en) Biagio Fallico, Gabriele Ballistreri, Elena Arena et Selina Brighina, « Bioactive compounds in blood oranges (Citrus sinensis (L.) Osbeck): Level and intake », Food Chemistry, vol. 215,‎ , p. 67–75 (ISSN 0308-8146, DOI 10.1016/j.foodchem.2016.07.142, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  18. Barbara Tomasello, Giuseppe Antonio Malfa, Alfonsina La Mantia et Natalizia Miceli, « Anti-adipogenic and anti-oxidant effects of a standardised extract of Moro blood oranges (Citrus sinensis (L.) Osbeck) during adipocyte differentiation of 3T3-L1 preadipocytes », Natural Product Research, vol. 0, no 0,‎ , p. 1–8 (ISSN 1478-6419, DOI 10.1080/14786419.2019.1660337, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  19. Anne-Laure Fanciullino, « Changes in Carotenoid Content and Biosynthetic Gene Expression in Juice Sacs of Four Orange Varieties (Citrus sinensis) Differing in Flesh Fruit Color », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 56, no 10,‎ , p. 3628–3638 (ISSN 0021-8561, DOI 10.1021/jf0732051, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  20. a et b Hyoung S. Lee, « Characterization of Carotenoids in Juice of Red Navel Orange (Cara Cara) », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 49, no 5,‎ , p. 2563–2568 (ISSN 0021-8561, DOI 10.1021/jf001313g, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  21. (en) L. Izquierdo, J.M. Sendra, « Blood Orange », Encyclopedia of Food Sciences , 2003,‎ , Other Minor Constituents (lire en ligne)
  22. Hyoung S. Lee, « Characterization of Major Anthocyanins and the Color of Red-Fleshed Budd Blood Orange (Citrus sinensis) », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 50, no 5,‎ , p. 1243–1246 (ISSN 0021-8561, DOI 10.1021/jf011205+, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  23. (en) Manuel Talon, Marco Caruso et Fred G. Gmitter jr, The Genus Citrus, Woodhead Publishing, (ISBN 978-0-12-812217-4, lire en ligne)
  24. (en) Milind Ladanyia et Milind Ladaniya, Citrus Fruit: Biology, Technology and Evaluation, Academic Press, (ISBN 978-0-08-055623-9, lire en ligne)
  25. Paolo Rapisarda, Santina Elisabetta Bellomo et Sebastiano Intelisano, « Storage Temperature Effects on Blood Orange Fruit Quality », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 49, no 7,‎ , p. 3230–3235 (ISSN 0021-8561, DOI 10.1021/jf010032l, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  26. Ces caroténoïdes peuvent atteindre une forte densité de rouge, ainsi l'orange navel Cara cara à pulpe rose ou rouge selon le climat, les pamplemousses (Citrus × paradisi ) à pulpe rose ou rouge (Star Ruby, Rio Red) sont bel et bien rouges sans être qualifiés de "sanguins".
  27. (en) nola-gilliam, « Exam », sur SlideServe, (consulté le 28 décembre 2020)
  28. (en) Marie-Angèle Grandbastien et Josep Casacuberta, Plant Transposable Elements: Impact on Genome Structure and Function, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-642-31842-9, lire en ligne)
  29. « amoa8 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  30. Auguste (1846-1935) Auteur du texte Escoffier, Le guide culinaire : aide-mémoire de cuisine pratique / par A. Escoffier ; avec la collaboration de MM. Philéas Gilbert, E. Fétu, A. Suzanne, [et al.] ; dessins de Victor Morin, (lire en ligne)
  31. (it) « Torta soffice di carote e Arancia rossa di Sicilia IGP », sur Ricette 10 Minuti, (consulté le 28 décembre 2020)
  32. (it) « Primi piatti », sur O.P. Rosaria (consulté le 28 décembre 2020)
  33. a b et c « Exclusif: Ces 33 variétés d'agrumes cultivées en Tunisie », sur © mangeons bien, (consulté le 28 décembre 2020)
  34. Jacques Auteur du texte Maximim, Couleur, parfums et saveurs de ma cuisine / Jacques Maximim, (lire en ligne)
  35. « Comment cuisiner l’orange sanguine - Elle à Table », sur elle.fr (consulté le 28 décembre 2020)
  36. (en) « Arancia Rossa Antica Ricetta Siciliana x 6 cl 27,5 », sur Sicilyaddict (consulté le 28 décembre 2020)
  37. « Amaro AMARA : l’eau-de-vie sicilienne artisanal », sur Amaro Amara (consulté le 28 décembre 2020)
  38. « LIQUORE SOLERNO ARANCIA ROSSA 40° CL 70 », sur www.cilentowinestore.com (consulté le 28 décembre 2020)
  39. « Mimosa », sur Marie Claire (consulté le 28 décembre 2020)
  40. All Time Digital, « Gin sanguine | Cocktail à base de gin », sur Boire Mixologie (consulté le 28 décembre 2020)
  41. « Margarita orange sanguine », sur Marie Claire (consulté le 28 décembre 2020)
  42. Guy MUSART, Les Cocktails Pour les Nuls, edi8, (ISBN 978-2-7540-4897-2, lire en ligne)
  43. (en) Alessandra Gentile, Stefano La Malfa et Ziniu Deng, The Citrus Genome, Springer Nature, (ISBN 978-3-030-15308-3, lire en ligne), p. 204
  44. (en) Biological Pigments—Advances in Research and Application: 2012 Edition, ScholarlyEditions, (ISBN 978-1-4649-9135-6, lire en ligne)
  45. (en) « PRIME PubMed | Blood Orange Juice Consumption Increases Flow-Mediated Dilation in Adults with Overweight and Obesity: A Randomized Controlled Trial », sur www.unboundmedicine.com (consulté le 29 décembre 2020)
  46. (en) Fabio Licciardello, Elena Arena, Valeria Rizzo et Biagio Fallico, « Contribution of Blood Orange-Based Beverages to Bioactive Compounds Intake », Frontiers in Chemistry, vol. 6,‎ (ISSN 2296-2646, DOI 10.3389/fchem.2018.00374, lire en ligne, consulté le 29 décembre 2020)
  47. « blood_oranges », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  48. « vaccaro3242 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  49. « riofarmsvaniglia », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  50. « orange_a_feuilles », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  51. « moro », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  52. a b et c (it) Agricultura.it, « Moro, Tarocco e Sanguinello. In tre varietà, tutta la qualità dell'Arancia Rossa di Sicilia Igp », sur Agricultura.it, (consulté le 28 décembre 2020)
  53. « tarocco7 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  54. (en) Fariborz Habibi, Asghar Ramezanian, Fabián Guillén et Salvador Castillo, « Changes in Bioactive Compounds, Antioxidant Activity, and Nutritional Quality of Blood Orange Cultivars at Different Storage Temperatures », Antioxidants, vol. 9, no 10,‎ , p. 1016 (DOI 10.3390/antiox9101016, lire en ligne, consulté le 29 décembre 2020)
  55. « sanguinelli », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  56. Paul (ingénieur-chimiste) Auteur du texte Hubert, Fruits des pays chauds / par Paul Hubert,..., (lire en ligne)
  57. (en) George Watt, A Dictionary of the Economic Products of India, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-108-06874-1, lire en ligne)
  58. « malta », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  59. « CRC4224 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 28 décembre 2020)
  60. Commission européenne, « RÈGLEMENT (CE) N° 1107/96 DE LA COMMISSION du 12 juin 1996 relatif à l'enregistrement des indications géographiques et des appellations d'origine au titre de la procédure prévue à l'article 17 du règlement (CEE) n°2081/92 du Conseil », Journal officiel des Communautés européennes,‎ , N0 L 148 /8 (lire en ligne)
  61. « IGP - Arancia rossa di Sicilia », sur web.archive.org, (consulté le 27 décembre 2020)
  62. a et b « C_2012369FR.01001601.xml », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 27 décembre 2020)
  63. (zh) « 资中血橙 », sur baike.baidu
  64. (en) « 全国最大的血橙规模化生产地 “柑中珍品”资中血橙来了!_发展 », sur www.sohu.com (consulté le 27 décembre 2020)
  65. (it) « O.P. Rosaria - Produzione Arance Rosse », sur O.P. Rosaria (consulté le 28 décembre 2020)
  66. F. Auteur du texte Cossonnet, Botanique simplifiée. Acotylédones, 8 ; Monocotylédones, 35 ; Dycotylédones. 175 Total : 218 familles. Notices sur les caféiers, les cafés, les thés, les cèdres du Liban, les céréales, le jardin des apothicaires à Paris, le jardin potager de Versailles, l'école d'horticulture, l'oranger grand connétable, les pêches de Montreuil, les polypiers-éponges, les pommes de terre, les raisins de Thomery, la reine des fleurs, les roseraies, le saule de Sainte-Helène, le sucre de canne, le sucre de betterave, le tabac, et une bibliographie botanique / F. Cossonnet, (lire en ligne)
  67. Revue horticole, Librairie Agricole de la Maison Rustique, (lire en ligne)
  68. Société médicale des hôpitaux de Lyon Auteur du texte et Société médico-chirurgicale des hôpitaux (Saint-Etienne) Auteur du texte, « Lyon médical : Gazette médicale et Journal de médecine réunis », sur Gallica, (consulté le 28 décembre 2020)
  69. Journal d'agriculture, d'horticulture, d'économie rurale et des manufactures du Royaume des Pays-Bas, Hayez, (lire en ligne)
  70. André (1801-1875) Auteur du texte Leroy, Dictionnaire de pomologie : contenant l'histoire, la description, la figure des fruits anciens et des fruits modernes le plus généralement connus et cultivés. Tome 1 / par André Leroy,..., 1867-1879 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • La page de Elle à table : L’orange sanguine met de la couleur dans l’assiette [1]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]