Orange Blossom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Orange Blossom
Description de cette image, également commentée ci-après
Collage des membres d'Orange Blossom, en 2021.
Informations générales
Pays d'origine Nantes, Loire-Atlantique, Pays de la Loire, Drapeau de la France France
Genre musical Trip hop, musique électronique, world music
Années actives Depuis 1993
Labels Washi Washa, Bonsaï Music
Site officiel orangeblossom.band
Composition du groupe
Membres PJ Chabot
Carlos Robles Arenas
Hend Ahmed
Jonas Dufrêne
Léo Guérin
Anciens membres Jay C.
Leïla Bounous
Mathias Vaguenez
Rasim Biyikli
Éric Le Brun
Sylvain Corbard

Orange Blossom est un groupe français, originaire de Nantes, en Loire-Atlantique. Leur style musical mélange diverses origines se situe entre la musique électronique pure et la world music d'influences arabe et occidentale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rencontre et premières compositions[modifier | modifier le code]

Orange Blossom – dont le nom est tiré du morceau Orange Blossom Special (1961) du groupe suédois The Spotnicks – est le fruit de la rencontre musicale, en 1993, de Pierre-Jean Chabot (violon et basse), Jean-Christophe Waechter alias Jay C. (chant, guitare et orgue), et Éric Le Brun (guitare et orgue)[1]. Ils enregistrent des cassettes audio, donnent des concerts, et participent en 1994 au baptême rock de la MJC de Rezé[2]. Le groupe se stabilise en 1995 avec l'arrivée de Carlos Robles Arenas – Mexicain d'origine, ayant vécu sur différents continents avant de venir s'installer à Nantes[3] – à la batterie et au djembé (il s'occupe également des samples), puis le départ d'Éric[4].

Les influences musicales revendiquées – trip hop, rock progressif, musique arabe et musiques du monde[4] – par le groupe sont alors Joy Division, Transglobal Underground, Tricky, Minimal Compact et Tindersticks[3],[5],[6].

Deux albums remarqués[modifier | modifier le code]

Concert d'Orange Blossom au festival de Buguélès 2016.

Après deux cassettes audio auto-produites, leur premier album, Orange Blossom, sort en mai 1997 sur le label Prikosnovénie et se vend à 15 000 exemplaires[réf. nécessaire]. Avant la sortie du second album, le groupe subit plusieurs influences, notamment dans le domaine des musiques ethniques et traditionnelles.

Ils rencontrent et collaborent avec plusieurs artistes étrangers, comme le percussionniste ivoirien Fatoma Dembélé de la troupe du Yelemba d'Abidjan ou le collectif égyptien Ganoub, avant de se lancer dans une tournée en Égypte, en France et en Belgique. Mais, le chanteur Jay C. n'adhère plus à ces influences et se sépare du groupe en 2000 pour créer Prajna. En 2001, Mathias Vaguenez (percussionniste) et Leïla Bounous (chanteuse algéro-bretonne) se joignent aux deux autres musiciens[7].

Le groupe travaille durant deux ans sur un nouvel album, Everything Must Change, qui est sorti le sur le label Bonsaï Music. Cet album plaît notamment à Robert Plant, chanteur de Led Zeppelin, qui propose au groupe de faire la première partie de la tournée du groupe britannique pour une quinzaine de concerts[4],[6]. De nouvelles dissensions dans le groupe apparaissent à l'issue de la tournée qui suit la publication de l'album conduisant finalement au départ de Leïla Bounous[4].

Troisième opus et Kabullywood[modifier | modifier le code]

Depuis l'été 2012, le groupe se compose de Carlos Robles Arenas (batterie, machine), PJ Chabot (violon), la chanteuse égyptienne Hend Ahmed[8],[6] (chant), Rasim Biyikli (clavier), Sylvain Corbard (basse), Fatoma Dembélé (percussions). Ensemble, ils peaufinent les compositions (dont les textes sont confiés à Hend Ahmed[3]) pour publier en , sur le label Washi Washa, leur troisième album en vingt ans de carrière, Under the Shade of Violets, qui s'inscrit dans la lignée du précédent opus[9].

Le groupe signe ensuite la bande originale du long métrage Kabullywood de Louis Meunier, montré au festival de Hambourg de 2017[10], puis sorti en France en 2019.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Article de presse », Presse-Océan,‎ .
  2. [vidéo] Concert à la MJC de Rezé en 1994 sur YouTube.
  3. a b et c Imanol Corcostegui, « A quoi ressemble l’avenir de la musique ? Sans doute à ça... », sur rue89 (archives), (consulté le ).
  4. a b c et d Gilles Renault, « Orange Blossom envoie le jus », sur Libération (archives), (consulté le ).
  5. « Interview de Jay C. », sur Prikosnovénie, .
  6. a b et c Éric Guillaud, « Nantes : Orange Blossom nous offre le monde sur un album », sur France 3 Pays de la Loire (archives), (consulté le ).
  7. « Orange Blossom - Le nouveau départ du groupe nantais », sur RFI, (consulté le ).
  8. Gilles Renault, « Hend Ahmed « Sur scène, j’ai aussi appris à bouger » », sur Libération (archives), (consulté le ).
  9. Bertrand Lavaine, « Les folies électro égyptiennes d’Orange Blossom – Under The Shade of Violets, nouvel album », sur RFI (archives), (consulté le ).
  10. (de) « Kabullywood (2016) », sur kino-zeit.de (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :