Optimum climatique romain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'optimum climatique romain est une courte période de climat inhabituellement chaud en Europe et dans l'Atlantique nord, qui court d'environ à

Théophraste (371 – c. ) écrivait que les dattiers pouvaient pousser en Grèce s'ils étaient plantés, mais qu'ils ne pouvaient donner de fruits. C'est le cas aujourd'hui, ce qui suggère que les températures estivales moyennes de l'Égée méridionale aux IVe et Ve siècles av. J.-C. se situaient à un niveau comparable à celles actuelles. Ceci, ainsi que d'autres indications littéraires de l'époque, confirment que le climat grec était alors fondamentalement le même que celui de l'an 2000. Des preuves dendrochronologiques, trouvées au Parthénon, montrent une variabilité du climat au Ve siècle av. J.-C. qui ressemble au modèle moderne de variation[1].

Des anneaux de croissance d'arbres d'Italie au IIIe siècle av. J.-C. indiquent des conditions climatiques « douces » à l'époque où Hannibal traverse les Alpes avec ses éléphants ()[1].

Le refroidissement à la fin de la période dans le sud-ouest de la Floride est peut-être dû à une réduction de l'irradiation solaire, ce qui aurait déclenché un changement dans le mode de circulation atmosphérique[2].

L'expression en langue anglaise Roman Warm Period (littéralement « période chaude romaine ») apparaît en 1995 dans une thèse de doctorat[3],[note 1] puis est popularisée par un article du journal Nature en 1999[4].

Indicateurs[modifier | modifier le code]

Pollen[modifier | modifier le code]

Une analyse à haute résolution du pollen contenu dans un échantillon provenant de Galice conclut, en 2003, que l'optimum climatique romain a duré de à dans le nord-ouest de la péninsule ibérique[5].

Glaciers[modifier | modifier le code]

En 1986, une analyse des glaciers alpins permet de conclure que la période est significativement plus chaude que les périodes immédiatement antérieures et ultérieures[6].

Des artefacts, retrouvés lors du retrait du glacier de Schnidejoch (en), sont considérés comme des preuves d'optimums climatiques (climats chauds) à l'âge du bronze, à l'époque romaine et à l'époque médiévale[7].

Sédiments de fonds océaniques[modifier | modifier le code]

En 1999, une reconstruction des flux de la circulation océanique, fondée sur la granularité des sédiments océaniques profonds, permet de confirmer une « période chaude romaine », qui culmine vers [4]

Coquilles de mollusques[modifier | modifier le code]

En 2010, une analyse des isotopes de l'oxygène dans des coquilles de mollusques islandais permet de déceler une période chaude allant de à [8]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Morris, Saller et Sheidel 2013.
  2. (en) « Seasonal climate change across the Roman Warm Period/Vandal Minimum transition using isotope sclerochronology in archaeological shells and otoliths, southwest Florida, USA », Quaternary International, vol. 308-309,‎ , p. 230–241 (DOI 10.1016/j.quaint.2012.11.013, lire en ligne)
  3. (en) William Paul Patterson, Stable isotopic record of climatic and environmental change in continental settings (thèse de doctorat), University of Michigan,
  4. a et b (en) G.G. Bianchi et I.N McCave, « Holocene periodicity in North Atlantic climate and deep-ocean flow south of Iceland », Nature, vol. 397, no 6719,‎ , p. 515–517 (DOI 10.1038/17362, lire en ligne)
  5. (en) S. Desprat, M.F.S. Goñi et M.-F. Loutre, « Revealing climatic variability of the last three millennia in northwestern Iberia using pollen influx data », Earth and Planetary Science Letters, vol. 213,‎ , p. 63–78 (DOI 10.1016/S0012-821X(03)00292-9, lire en ligne)
  6. (de) F. Röthlisberger, 10,000 Jahre Gletschergeschichte der Erde, Sauerländer, (ISBN 3794127978)
  7. (en) Imogen Foulkes, « Alpine melt reveals ancient life », BBC News, (consulté le 11 juillet 2018)
  8. (en) W.P. Patterson, K.A. Dietrich, C. Holmden et J.T. Andrews, « Two millennia of North Atlantic seasonality and implications for Norse colonies », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 107, no 12,‎ , p. 5306–5310 (DOI 10.1073/pnas.0902522107)

Note[modifier | modifier le code]

  1. « La période chaude romaine, bien qu'il a été suggéré qu'elle était en partie responsable des progrès de la civilisation, avait également un côté dangereux[trad 1]. »

Citation originale[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Roman warm period though it has been suggested was responsible in part for advances in civilization, also had a dangerous side. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anders Moberg, Dmitry M. Sonechkin, Karin Holmgren, Nina M. Datsenko, Wibjörn Karlén et S. E. Lauritzen, « Highly variable Northern Hemisphere temperatures reconstructed from low- and high-resolution proxy data », Nature, vol. 433, no 7026,‎ , p. 613–617 (DOI 10.1038/nature03265).
  • (en) Anders Moberg, Dimitry M. Sonechkin, Karin Holmgren, Nina M. Datsenko, Wibjörn Karlén et Stein-Erik Lauritzen, « Corrigendum: Highly variable Northern Hemisphere temperatures reconstructed from low- and high-resolution proxy data », Nature, vol. 439, no 7079,‎ , p. 1014 (DOI 10.1038/nature04575, lire en ligne).
  • (en) Jansen, chap. 6 « Palaeoclimate », dans IPCC Fourth Assessment Report: Climate Change 2007, (lire en ligne).
  • (en) S. Solomon, D. Qin, M. Manning, Z. Chen, M. Marquis, K.B. Avery, M. Tignor et H.L. Miller, Climate Change 2007: The Physical Science Basis, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-88009-1, lire en ligne).
  • (en) S. Huang, H. N. Pollack et P. Y. Shen, « A late Quaternary climate reconstruction based on borehole heat flux data, borehole temperature data, and the instrumental record », Geophysical Research Letters, vol. 35, no L13703,‎ , p. L13703 (DOI 10.1029/2008GL034187, lire en ligne).
  • (en) Michael E. Mann, Zhihua Zhang, Malcolm K. Hughes, Raymond S. Bradley, Sonya K. Miller, Scott Rutherford et Fenbiao Ni, « Proxy-based reconstructions of hemispheric and global surface temperature variations over the past two millennia », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 105, no 36,‎ , p. 13252–13257 (DOI 10.1073/pnas.0805721105).
  • (en) Richard Black, « Climate 'hockey stick' is revived », BBC News, 1 septembrer 2008 (consulté le 11 juillet 2018)
  • (en) « Arctic Warming Overtakes 2,000 Years of Natural Cooling », University Corporation for Atmospheric Research, (consulté le 11 juillet 2018).
  • (en) David Bello, « Global Warming Reverses Long-Term Arctic Cooling », Scientific American [webpage],‎ (lire en ligne).
  • (en) Darrel Kaufman, David P. Schneider, Nicholas P. McKay, Caspar M. Ammann, Raymond S. Bradley, Keith R. Briffa, Gifford H. Miller, Bette L. Otto-Bliesner, Jonathan T. Overpeck et Bo M. Vinther (Arctic Lakes 2k Project), « Recent warming reverses long-term arctic cooling », Science, vol. 325, no 5945,‎ , p. 1236–1239 (DOI 10.1126/science.1173983, lire en ligne).
  • (en) Michael E. Mann, Zhihua Zhang, Scott Rutherford, Raymond S. Bradley, Malcolm K. Hughes, Ddrew Shindell, Caspar M. Ammann, Greg Faluvegi et Fenbiao Ni, « Global Signatures and Dynamical Origins of the Little Ice Age and Medieval Climate Anomaly », Science, vol. 326, no 5957,‎ , p. 1256–1260 (DOI 10.1126/science.1177303, lire en ligne).
  • (en) F. C. Ljungqvist, « A New Reconstruction of Temperature Variability in the Extra-Tropical Northern Hemisphere During the Last Two Millennia », Geografiska Annaler: Series A, Physical Geography, vol. 92, no 3,‎ , p. 339–351 (DOI 10.1111/j.1468-0459.2010.00399.x, lire en ligne).
  • (en) F. C. Ljungqvist, P. J. Krusic, G. Brattström et H. S. Sundqvist, « Northern Hemisphere temperature patterns in the last 12 centuries », Climate of the Past, vol. 8,‎ , p. 227 (DOI 10.5194/cp-8-227-2012).
  • (en) I. Morris, P. Saller et W. Sheidel, The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, Cambridge University Press, . .
  • Emmanuel Le Roy Ladurie, « Le climat et son histoire », Revue de la BNF, no 36,‎ , p. 5-11 (p. 5) (lire en ligne).
  • (en) Kyle Harper, The Fate of Rome. Climate, Disease & the End of an Empire, Princeton University Press, , 417 p.